Meiway prend position: « Avec Gbagbo à La Haye, pas de réconciliation»

L’artiste ivoirien, Meiway, de son vrai nom Frédéric Désiré Ehui, s’est brièvement exprimé sur les antennes de Radio Netherlands Worldwide (Radio Pays-Bas internationale), lors de son passage dans la ville de la Haye au Pays-Bas, siège de la CPI, au sujet du cas Laurent Gbagbo et de la réconciliation. Meiway qui avait pris position pour le camp Ouattara au plus fort de la crise post-électorale et par la suite (après avoir été l’interprète d’un des chants de la campagne du président sortant d’alors), a fait une sorte de mea culpa dans son intervention.

Lundi 8 Juillet 2013 - 02:33


Meiway prend position: « Avec Gbagbo à La Haye, pas de réconciliation»
Meiway fait partie des grosses pointures de la musique ivoi- rienne qui ont conduit la fameuse caravane de la réconciliation, organisée par la présidence et la Cdvr et qui a sillonné plusieurs villes du pays, dans un contexte de division entre les Ivoiriens. L’objectif de réconciliation a-t-il été atteint ? Avec du recul, quelques-uns artistes de la caravane, dont Meiway, ont le courage de dire certaines vérités. Ainsi, c’est à La Haye, en Hollande – coïncidence troublante –, où est détenu Laurent Gbagbo,  que le créateur du «zoblazo» a clairement appelé à la libé - ration du président Laurent Gbagbo, détenu depuis deux ans à la prison de Scheveningen.
Des «larmes de crocodile» ? «J’ai pris position (au plus fort de la crise postélectorale, Meiway s’était discrètement rendu au Golf Hôtel rencontrer Ouattara, où il avait tenu un discours ultra partisan). C’était un devoir de citoyen, maintenant l’artiste peut le regretter. Si j’ai heurté des sensibilités, je m’en excuse. On est dans une période de réconciliation, on est dans une période où il faut penser à la paix», a regretté Frédéric Ehui Meiway. Des regrets qui ont pour but de s’attirer la sympathie de ses nombreux fans «pro- Gbagbo», pensent certains.  Meiway affirme lui-même que les pro-Gbagbo le «détestent». Cette sortie de Meiway surprend puisqu’il y a à peine une dizaine de jours, l’artiste s’en prenait maladroitement à Blé Goudé dans la presse ivoirienne. Mais beaucoup d’eau semble avoir coulé sous le pont, au point de donner à voir un autre visage de Meiway. Qui défend, à la limite, le cas Laurent Gbagbo. «C’est clair que pour un Ivoirien qui vient prester à la Haye, il y a toujours un pincement au cœur de savoir qu’on a un frère, un père, un parent qui est enfermé ici (La Haye, ndlr). On peut penser à la paix, mais penser à la réconciliation pour l’instant c’est diffi- cile, tant que Gbagbo Laurent est à La Haye. J’espère qu’il sortira de là très vite», fait savoir l’artiste ivoirien. Selon lui, c’est injuste que Laurent Gbagbo soit détenu à la Haye. «Qu’un seul paye et que d’autres soient en liberté, c’est injuste. Ecoutez, il y a toujours une justice divine sur terre. Et j’espère qu’il sortira de là ; il faut qu’il soit libéré», pense Meiway.

Par Frank Toti

Source: Le Nouveau Courrier N° 821, du Samedi 06 au Dimanche 07 Juillet 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !