Meeting du Mouvement des Africains-Français (MAF) : Les Patriotes ivoiriens apportent leur soutien à Calixte Béyala et demandent la libération du Président Laurent Gbagbo

Lundi 16 Avril 2012 - 01:01


Calixthe Beyala-Présidente du MAF
Calixthe Beyala-Présidente du MAF
Le samedi 14 avril 2012, à une semaine de l’élection présidentielle qui se tiendra en France, le Mouvement des Africains Français (MAF) a organisé son premier congrès au Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris. Venu de toute la France et de l’Europe, le public a répondu présent à l’appel de madame Calixthe Béyala, Présidente du mouvement. Le Mouvement des Africains Français, forte d’une communauté estimée à dix millions de personnes et quatre millions d’électeurs, entend à travers ce rassemblement relever le défi de l’intégration et peser de tout son poids dans toutes les échéances politiques futures. Il s’agit pour les organisateurs, d’interpeller les autorités françaises sur les discriminations de toutes sortes que subissent les« minorités » dites visibles dans une société dont la citoyenneté prône pourtant un principe intégrateur fondé sur l’unicité , qui ne reconnait aucune stigmatisation, ni forme de communautarisme. C’est abondant dans ce sens que le professeur Jean Charles Coovi Gomez, égyptologue, disciple de Cheick ANTA DIOP, a mis en avant l’apport de la communauté africaine dans le développement et le prestige de la France, comme en témoignent les exemples de Toussaint Louverture, Frantz Fanon, Félix Eboué et d’Aimé Césaire. Les membres du MAF (Mouvement des Africains français), veulent assumer leur pleine et entière citoyenneté de français, en dehors des clichés réducteurs, et non être les laissés pour compte de la prospérité. Représentant 16% de la population française, cette population connait un taux de chômage estimé à 40% de la population active, pendant que le taux de chômage national est de 10%. Pour Madame Calixthe Béyala, Présidente du Mouvement des Africains Français, être africain français « c’est avoir une passion pour l’Afrique, pour sa culture, son avenir, tout en étant attaché à la France ». Madame Calixthe Béyala a fustigé l’attitude des puissances occidentales au premier rang desquelles la France, et de la justice dite internationale dont la Cour Pénale Internationale est devenue un instrument de conquête et d’oppression à leur solde. Plus question pour la présidente du Mouvement des Africains Français de se taire face aux interventions belliqueuses de la France à travers sa politique étrangère meurtrière qui cause de nombreux morts et la misère en Côte d’ivoire, en Lybie, au Mali, au Tchad, en Centrafrique, au Togo, au Congo-Brazzaville… sous des prétextes fallacieux de démocratie et qui apporte son soutien aux dictatures. Il faut désormais laisser évoluer positivement l’Afrique francophone, avec un nouveau partenariat basé sur l’estime et le respect des pays africains et leur droit à disposer d’eux-mêmes. Ce qui semble surprenant s’agissant des agissements de la Cour Pénale internationale, a poursuivi madame Calixthe Béyala, c’est de jeter le grappin que sur des dirigeants des pays du tiers-monde, férus de liberté et du développement de leurs peuples, pendant que ceux des puissances occidentales, aux actions plus nocives et meurtrières à travers le monde, à l’instar de Georges Bush en Irak, jouissent d’une totale impunité. C’est, soutenus par une foule, scandant à chaque fois que les circonstances le permettaient, des« libérez Gbagbo, Gbagbo Président »,que les intervenants se sont exprimé. L’on a noté lors de cette manifestacion, la présence de nombreux artistes et intellectuels africains , parmi lesquels Serges Kassi, Mahely Ba, Christelle Adams et Olivier Tchimanga de la République Démocratique du Congo, artiste qui a mis en émoi le nombreux public en dénonçant le silence complice de la communauté internationale face aux crimes et autres viols collectifs dont sont victimes les femmes dans ce pays. La foule n’a pas hésité à apporter son soutien aux artistes et intervenants, avec une présence massive des patriotes ivoiriens et responsables des partis politiques, des mouvements associatifs de résistance, venus soutenir les initiatives du Mouvement des Africains Français. L’on dénotait parmi eux la présence de Monsieur Blaise Pascal Logbo, Président du COPACI, de Willy Bla, Porte-Parole du CRI-PANAFRIACAIN, Gnako Clavaire, Secrétaire General, membre de la représentation du FPI-FRANCE, Madame KINI, Présidente de la Coalition pour la libération du Président Gbagbo , Madame Topo Léontine, Présidente des Femmes Patriotes ivoiriennes de France, Madame Bertine Mathias, Présidente des femmes du Nouveau Parti Pour le Rassemblement, madame Christine Tibala , membre de la coalition pour la libération du Président Gbagbo, monsieur Bony Anselme Secrétaire Général du FPI-France et de Monsieur Kirman Gnaoré ex-coordinateur du CRI PANAFRICAIN, Mireille Saki, Ambassadrice paix, Thibault Obou, président de Africain du monde, Echiman, responsable du CRI PANAFRICAIN, Guy Neyret, responsable des ivoiriens de Toulouse. L’on a noté parmi les invités de marque à cette manifestation la présence de Madame Elisabeth Guigou, ancienne Ministre de la justice, de monsieur Jacques Cheminade , Candidat à l’élection présidentielle française de 2012, Fodé Sylla ex-Président de SOS-RACISME et ancien Parlementaire européen, Madera Diallo, secrétaire General du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires), du journaliste et écrivain Antoine Glaser, de Dogad Dogui, Président d’Africagora, et du politologue Nicolas Agbohou, Martin Faly, Coordinateur du RCK, Sidy Fall, opposant sénégalais du MSU- France. Désormais, avec le Mouvement des Africains Français, une nouvelle ère doit voir le jour tant en matière de politique intérieure Française, que sous le volet des relations entre la France et l’Afrique.
 
Zadi Jonas




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !