Meeting à Vridi Justin Koua : «Le Fpi est plus que jamais debout»

Mardi 26 Août 2014 - 08:12


Justin Koua, le secrétaire national chargé de la politique de la jeunesse du Front populaire ivoirien
Justin Koua, le secrétaire national chargé de la politique de la jeunesse du Front populaire ivoirien
«Les militants du Front populaire ivoirien se sont parlé et se sont compris. Aujourd’hui, le Fpi est plus que jamais debout». Ces propos sont de Justin Koua, le secrétaire national chargé de la politique de la jeunesse du Front populaire ivoirien (Fpi). Il s’est exprimé, le week-end dernier, à l’assemblée générale de la section Jfpi de Vridi-canal, où il était l’invité principal. Il a avancé que la page des palabres est tournée et que le parti est résolument engagé dans le combat pour la libération de Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques.
Au sujet de la libération de Laurent Gbagbo, Justin Koua a soutenu qu’au regard du poids et de l’importance qu’il occupe, Laurent Gbagbo est incontournable dans la réconciliation nationale. «C’est lui, la clé de voûte. Sans sa clairvoyance, sa lumière, le pays demeurera dans l’obscurité totale. Le peuple de Côte d’Ivoire brûle d’envie de voir le président Laurent Gbagbo libéré», dira-t-il. Il a souligné que la libération de l’ancien président de la République s’impose d’autant plus qu’il n’a commis aucun crime.
Le secrétaire national du Fpi chargé de la politique de jeunesse a rappelé la responsabilité qui incombe au Fpi en tant que parti de tout mettre en œuvre afin que ce tort soit réparé et que la dignité soit restaurée à la démocratie ivoirienne. «Le Fpi est interpellé. C’est un défi historique qui incombe à l’ensemble des militants. Il y va de la survie de notre formation», avancera-t-il. Koua a interpellé de façon particulière la jeunesse militante du Fpi. «En tant que jeunes, nous devons faire preuve de courage et d’abnégation. Car c’est à nous qu’il revient en premier d’agir pour que les choses avancent», a-t-il affirmé.
Après Vridi, Justin Koua a mis le cap sur Bonoua où les populations sont sorties en masse pour lui témoigner leur soutien. Là-bas, il a martelé que le président Gbagbo n’a pas perdu les élections, mais a plutôt perdu la guerre contre la France. Toutefois, a-t-il indiqué, en homme de paix, il est prêt à tous les sacrifices pour que la Côte d’Ivoire sorte de la crise et parte de l’avant.

César Ebrokié


Publié le mardi 26 aout 2014  |  Notre Voie




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !