Méditons sur notre sort commun. Par Claude Koudou

Mercredi 13 Février 2013 - 00:23


Méditons sur notre sort commun. Par Claude Koudou

Une pensée n'est pas forcément perçue ou reçue comme elle est conçue. Sinon la vie serait plus belle. L'environnement et autres pesanteurs sont autant de facteurs qui peuvent dénaturer ou travestir l'objectif originel d'une idée mise à disposition. C'est dire que les malentendus sont toujours dans la nature des hommes. Mais les autres (Occidentaux) ont su aller au-delà de leurs contradictions pour atteindre leur objectif qui est de nous asservir. Car le faire est vital pour eux. Nous les Ivoiriens, nous les Africains, nous ne sommes pas condamnés à souffrir. Pour inverser le cours des choses dans ce monde où les autres travaillent à nous exploiter, il est utile pour nous de cultiver la dignité. La contradiction principale à lever est alors de voir comment nous pouvons arriver à sauver nos pays et les développer plutôt que de se battre à occuper ou à préserver une position que nous ne pouvons pas objectivement assumer. Le colon a compris que deux Noirs pouvaient se battre s'il "met un bonbon entre les deux". Quand le plus perspicace dit à l'opportuniste, "ce bonbon n'est pas bon pour nous", ce dernier n'écoute pas car il n'est sûr de travailler dur pour acquérir ce bonbon. Il dit "mieux vaut le prendre au moment où le colon me l'offre". Il nous faut dissocier l'accessoire de l'essentiel. C’est donc en allant au-delà de nos petits malentendus – et des questions de personne non essentielles – que nous mettrons hors d’état de nuire le bourreau impérialiste qui est notre mal commun. Entre frères et sœurs, la discussion doit toujours primer.

Claude Koudou





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !