Massacres en Côte d’Ivoire: Hommage à Me Jacques Verges

Dimanche 18 Août 2013 - 12:00


Massacres en Côte d’Ivoire: Hommage à Me Jacques Verges
Me Jacques Vergès
A la charnière des années 1950 et 1960, Jacques Vergès était aussi l’avocat des associations d’étudiants africains en France : UNEK (Cameroun) et FEANF (AOF et AEF). En 1959, après l’arrestation de notre camarade Harris Mémel Fotê, l’Union générale des Etudiants de la Côte d’Ivoire (UGECI), alors présidée par Abdoulaye Fadiga, le choisit comme conseil pour sa défense. Venu à Abidjan pour s’entretenir avec son client, lui et Fadiga qui l’accompagnait furent interceptés en pleine rue dans leur voiture par la police coloniale agissant sous le masque d’Houphouët et, sans autre forme de procès, ils furent expulsés le jour-même vers la France. C’est ainsi que Mémel fut jugé et condamné sans pouvoir être défendu.
Originaire de l’île de La Réunion où son père, Raymond Vergès, puis son frère jumeau, Paul, ont été tour à tour des dirigeants politiques progressistes de premier plan, Jacques Vergès était un anticolonialiste convaincu. C’est à ce titre qu’il participa à la défense de nombreux patriotes algériens pendant la guerre de libération de l’Algérie, s’attirant la haine des réactionnaires de tout acabit. Au moment de sa mort, il apparaît, à lire une certaine presse hexagonale, que cette haine est loin d’être éteinte. Cette rancune tenace, c’est aussi un hommage à son courage, à son intelligence, bref, à son humanité profonde et lumineuse.
En guise d’hommage à l’ami qui nous a quitté avant-hier, à l’âge de 88 ans, nous publions ci-dessous la recension, par L’Inter, de son ouvrage : « Crimes contre l'humanité - Massacres en Côte-d’Ivoire », paru en 2006 aux Editions Pharaos.
 
Le cercle Victor Biaka Boda
 

 « Je suis en général celui qui prend la défense des hommes accusés de crimes contre l’humanité. Alors pourquoi ? Pourquoi prendre fait et cause pour les victimes d’un massacre ? D’habitude, j’ai les nerfs solides, mais j’ai été indigné : bébés violés, torturés, assassinés, femmes déchiquetées, hommes massacrés. Sur ces massacres, le silence de la communauté internationale et de la France en particulier est impardonnable, j’ai voulu lever le voile sur ce qui constitue un crime contre l’humanité (….) D’avocat, je suis passé au rang de témoin. Ma singularité et ma force, c’est mon indépendance. Pour moi, la vision que nous avons de la Côte d’Ivoire est entièrement fabriquée et injuste, je veux ici dénoncer très fort l’attitude internationale face à un crime abominable. Je suis interloqué et indigné par le silence de la communauté internationale et de la France sur cette kyrielle d‘exactions. » C’est après avoir recueilli des dizaines de témoignages, aussi poignants les uns que les autres, des parents de victimes des massacres de Bouaké et de Duékoué qui l’ont constitué, que Maître Vergès a ainsi choisi de mettre les pieds dans le plat, dès le commencement de son livre. Mais auparavant, l’avocat français s’est lui-même rendu à Guitrozon et à Petit Duékoué, théâtres de l’un de ces horribles massacres qu’il décrits d’ailleurs avec une forte charge émotionnelle : « Deux visages d’enfants enflés et couverts de mouches ; une femme carbonisée avec, entre les jambes, un petit tas de charbon : l’enfant prématuré dont elle a accouché dans son agonie ; parmi les cendres d’une case incendiée, les montants de métal noircis d’une chaise roulante, des visages éclatés, des corps incendiés… » Pour l’avocat français, un crime comme celui de Duékoué ne peut pas être amnistié. La particularité des témoignages contenus dans le livre de Maître Jacques Vergès, c’est que pour la première fois, les victimes ou leurs parents ont formellement identifié certains de leurs bourreaux qu’ils ont dénoncés dans leurs témoignages.
C’est le cas de l’adjudant-chef Tuo Fozié, ancien ministre de la Jeunesse et de la Culture civique dans le gouvernement Seydou Diarra au titre des Forces Nouvelles. D’autres parents de victimes ont plutôt cité des témoins à charge. Dans son témoignage sur les massacres des 80 gendarmes de Bouaké et de leurs enfants, la présidente des veuves de la gendarmerie, Mme Koléa, née Dého Marguerite, veuve de feu l’adjudant-chef Koléa Zadi, a rendu le témoignage que voici : « 1 - Dimanche 6 octobre 2002, tous les gendarmes de la ville de Bouaké sont réfugiés dans leur camp. A l’entrée, ils ont hissé des drapeaux blancs en signe de paix. Ces gendarmes, qui avaient été attaqués à l’armement lourd dix- sept jours auparavant, soit le vendredi 20 septembre 2002, étaient à bout de munitions et n’avaient donc plus de véritable moyen d’autodéfense. Le 6 octobre, entre 12 heures et 14 heures, les gendarmes et leur famille entendent des coups de sifflet et voient leur camp encerclé par les assaillants. Ils sont sommés de sortir immédiatement des casernes avec leurs enfants garçons, âgés d’au moins 12 ans, faute de quoi ils seraient abattus sur-le-champ avec leur famille (…). Ils sont envoyés à la base militaire du 3e bataillon des assaillants où ils sont enfermés dans une même cellule, beaucoup trop exiguë pour les contenir tous. Soudain, le ciel s’assombrit et des rafales assassines s’abattent sur ces gendarmes et leurs enfants. Les assaillants menés par leur chef d’alors, Tuo Fozié, veulent éliminer toute espèce de vie humaine. 2 - Tuo Fozié a refusé catégoriquement de libérer les enfants qui selon lui étaient des espions à la solde du pouvoir. Les supplications des gendarmes n’ont été d’aucun effet sur ce chef rebelle qui est resté inflexible. » Un autre témoignage sur le même Tuo Fozié semble plutôt être à sa décharge. En effet dans son témoignage sur les mêmes événements, l’épouse du gendarme N’cho N’guessan Lucien avait déclaré à Me Vergès ceci : « Deux rebelles m’ont ainsi violentée. Puis ils m’ont ordonné de leur servir à manger, ce que j’ai fait. Zaga Zaga est alors arrivé pour vérifier que ces deux hommes avaient bien accompli la mission qu’il leur avait assignée (…) Après cela, ils avaient décidé de violer toutes les femmes et les filles. Mais à cet instant, Tuo Fozié est arrivé dans un véhicule 4 X 4 et il a interpellé tous les rebelles présents. Le dimanche, entre 23 heures et 4 heures du matin, les rebelles ont tiré sur tous les gendarmes et les enfants garçons ; cela s’est passé au 3e bataillon de Bouaké dans une cellule. » Dans un autre témoignage, celui de la veuve d’un militaire, feu le Lieutenant-Colonel Séba Tiagbeu Valentin, qui venait fraîchement d’être nommé Directeur de l’Ecole des Transmissions de l’EFA de Bouaké, c’est plutôt un témoin à charge qui est cité. Il s’agit du Colonel Guié Globo qui occupait à l’époque les fonctions de Directeur de la Défense. A son sujet, la veuve a rapporté au célèbre avocat, les faits que voici : « Aux dires du Colonel Guié Globo qui, comme je l’ai dit plus haut, partageait avec mon mari la même chambre à la DAT de l’EFA, ils étaient tous deux dans leur chambre quand les rebelles sont arrivés. Les assaillants ont tiré des coups de feu depuis la cour et le colonel Séba a été touché par une balle. Il est tombé à terre. Les rebelles ont ensuite enfoncé la porte de la chambre et ils ont poignardé dans le cœur mon mari (….). Le Colonel Guié Globo qui se cachait dans la douche, a pu fuir après leur départ. Ensuite, les rebelles sont venus prendre toutes les affaires de mon mari, y compris les appareils ménagers qu’il venait de s’acheter. Voilà la version officielle qui nous a été rapportée par le colonel Guié. Mais quand le corps de mon époux a pu regagner Abidjan, le constat fait par tous fut qu’il avait été torturé, brûlé par un fer à repasser et frappé avant d’être poignardé en plein cœur. Les rebelles ont tiré sur lui à bout portant comme le prouvent les impacts de balles qui sont particulièrement gros (….). Nous voulons aujourd’hui savoir et comprendre ce qui s’est passé. Je me retrouve seule à devoir assumer l’éducation de nos quatre enfants. Je ne travaille pas et je n’ai aucun bien ». D’autres parents de victimes, sans doute les plus nombreux, n’ont pas eu le temps d’identifier les bourreaux. Mais leurs yeux ont fixé à jamais l’horrible scène que fut l’assassinat de leurs proches. C’est le cas de veuve Kouadio Kan, née Ilboudo Rasmata Nadège, l’une des concubines du sergent-chef de police Kouadio Kan, père de 17enfants, qui a rendu le témoignage suivant : « Le mardi 24 septembre 2002 à 19 heures 23, un horrible assassinat a bouleversé toute notre vie. Mon mari était à la maison, il réclamait son repas. Nos deux aînés jouaient devant le portail (….) Soudain mes enfants accourent en criant : "Papa, les assaillants ont pris le tournant et se dirigent vers chez nous". » Leur père leur demande de fermer le portail. Mais il n’a même pas eu le temps d’achever sa phrase que déjà nous entendions des tirs. Trois 4 X 4 double cabine, montés de fusils dont je ne connais pas le nom, et pleins de rebelles, tous armés, ont encerclé notre cour qu’ils ont bombardée sans relâche (….) J’étais perdue, mon mari ne savait où fuir, il courait partout. Il s’est caché dans la chambre principale. Pendant ce temps, les rebelles avaient escaladé le mur, envahi la cour et tout fouillé dans la maison où ils recherchaient mon mari. J’ai eu beau les supplier, rien ne les a arrêtés et ils ont fini par le retrouver. Je me demandais où ils l’emmenaient. Mais à peine avait-il mis le pied sur le balcon que je l’ai vu s’écrouler par terre. Il venait d’être abattu, son crâne a été fendu en deux par une balle, devant sa mère. Elle leur a demandé de la tuer elle aussi et un rebelle lui a répondu : « Pour toi c’est déjà fini, c’est avec lui qu’on avait affaire et on a fini avec lui… » (….) Le 25 septembre vers 11 heures, après que les rebelles aient fini de piller tout dans la maison, nous avons mis le corps de mon mari sur un pousse- pousse et nous l’avons apporté à la morgue (….) Mon mari a été enterré le 20 septembre 2003 au cimetière de Yopougon. Nous avons tout perdu, nous ne pouvons exprimer notre douleur sur cette feuille. Kouadio Kan laisse derrière lui dix-sept enfants (treize garçons et 4 filles) qui sont tous scolarisés et des épouses qui n’ont pas d’emploi. » Dans le lot de témoignages recueillis par Me Vergès, figure un qui n’est pas celui d’un parent d’une victime des événements rapportés dans ce livre. Il s’agit plutôt du cri de révolte d’un Français de Côte d’Ivoire sur la tuerie de l’esplanade de l’hôtel Ivoire le 7 novembre 2004 : « Nous sommes des Français installés en Côte d’Ivoire depuis 1976 ( …) A l’heure où j’écris ces lignes, la foule nombreuse, qui se trouve vers la résidence du chef de l’Etat et devant l’hôtel Ivoire pour soutenir son président (….), vient d’essuyer des tirs à balles réelles, vraisemblablement tirés, entre autres, par l’armée française, faisant des morts… civils et innocents. Tout comme hier sur le pont de Gaulle où des militaires français repoussaient une foule aux mains nues par des tirs d’hélicoptère ! Difficile de vivre de telles horreurs, de les accepter, encore plus de les comprendre, même pour raison d’Etat, surtout lorsqu’on est Français en terre étrangère : France "pays des droits de l’homme" ! (….) Depuis ces derniers événements, un refrain me revient sans cesse en tête : celui de Michel Sardou sur le France, notre célèbre paquebot, "La France elle m’a laissé tomber… Ne m’appelez plus jamais France…" »


Une odeur de pétrole et de Gaz…


Sans être formel, Me Vergès semble subodorer d'importants intérêts économiques dans cette guerre que vit la Côte d’Ivoire. A ce sujet, il écrit ce qui suit : « Il est par contre de plus en plus question des découvertes de puits de pétrole et même d’une réserve proche de celle du Koweït. La Côte d’Ivoire serait en passe de devenir le deuxième producteur africain de pétrole après le Nigeria. Par ailleurs, une nouvelle réserve de gaz devrait permettre une exploitation pendant un siècle au moins (….) La guerre en Côte d’Ivoire est- elle liée à ces nouvelles découvertes ? La déstabilisation de ce pays est-elle orchestrée et destinée à favoriser l’exploitation sans contrôle des produits existants ? Et si oui, par qui ? La question vaut la peine d’être posée ! Comment ne pas faire le rapprochement entre cette déstabilisation qui semble savamment entretenue et la découverte en 2002 de ces énormes réserves de pétrole dans le sous- sol ? Les dictatures sont plus aisées à contrôler que les démocraties. » Si l’avocat s’est juste contenté de s’interroger sur les raisons économiques du conflit ivoirien, il a par contre clairement réfuté la thèse de la xénophobie avancée comme l’une des causes, sinon la principale de la rébellion armée. Pour Me Vergès, la Côte d’Ivoire est plutôt un pays accueillant où vivent et prospèrent des millions d’étrangers. Dans son livre, le juriste français a évoqué les prochaines élections. Il a jugé critique la période où elles doivent se tenir parce que selon lui, « certains redoutent les résultats de tout scrutin. » L’avocat français fait ici une allusion à peine voilée aux adversaires de Laurent Gbagbo en l’occurrence au leader du Rassemblement Des Républicains, ( RDR), M. Alassane Ouattara : « Les élections présidentielles avaient été fixées fin octobre et le président, faisant usage de ses pouvoirs exceptionnels prévus par la Constitution, avait accepté- sur demande du président de la République d’Afrique du Sud, désigné comme médiateur par l’Union africaine- toutes les candidatures, même celles qui ne remplissent pas les conditions exigées par la Constitution. Il apparaît que certains redoutent les résultats de tout scrutin ». Me Vergès n’a pas exclu pendant cette période la possibilité d’un deuxième coup d’Etat dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Dans son livre, il cite l’ex- chef d’état-major des Armées, le Général Mathias Doué : « Le danger de nouveaux attentats destinés à justifier le report des élections existe. Il se fait même de plus en plus précis. Ce n’est plus la possibilité des élections que conteste l’ancien chef d’état- major, le Général Doué, en fuite, mais leur principe même » Pour étayer ses dires, l’avocat a rapporté les propos tenus par l’ex-CEMA le 19 août 2005 : « Dans l’état actuel de la situation en Côte d’Ivoire, les élections ne constituent pas une voie de sortie ». Pour Me Vergès, le but d’une telle déclaration est de « parachever le deuxième coup de force et de renverser le pouvoir issu des urnes ». L’auteur du livre a donc interpellé la communauté internationale sur cet état de fait : « Voilà prévenus l’ONU, le médiateur, le président sud-africain Thabo Mbeki et les autorités françaises qui ont cru devoir tenir la balance égale entre un gouvernement légitime et des putschistes. Les traiter comme une opposition légale, ne pouvait que les encourager à continuer le coup d’Etat par d’autres moyens. En rendant impossibles les élections dans la zone qui leur a été dévolue, ils prétendent remettre en cause la représentativité d’un gouvernement issu d’élections régulières, en violation du principe juridique selon lequel nul ne peut invoquer sa propre turpitude pour justifier une revendication : un squatter, parce qu’il occupe les lieux, ne peut contester le droit du propriétaire. » Le livre de Me Vergès s’achève par les plaintes recueillies sur les lieux du massacre de Duékoué. Plusieurs dizaines de parents de victimes ont officiellement confié leur dossier à l’avocat français, « afin que justice soit faite » En prenant la responsabilité de rendre publics leurs témoignages, il affirme viser un seul objectif : « que les assassins et leurs commanditaires sachent qu’ils n’échapperont pas au châtiment de leurs crimes et que le temps de l’impunité est passé. »

Source : L’Inter 20 juin 2006

Publié par CERCLE VICTOR BIAKA BODA à 8/17/2013 03:33:00 PM




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !