Manifestation pour la libération de Gbagbo et de la Côte d'Ivoire :La Coalition en marche, la résistance en force.

Vendredi 6 Avril 2012 - 07:21


Manifestation pour la libération de Gbagbo et de la Côte d'Ivoire :La Coalition en marche, la résistance en force.
ls sont désormais en action. La coalition est en marche. Elle est en force.C’est le moins qu’on puisse dire, moins d’un mois après sa création. Elle est en phase de tenir son pari. Le pari d’une résistance vigoureuse, virile et déterminée. Les coalisés avaient appelé à manifester ce dimanche 26 février 2012. Leur appel a été bien entendu. Les patriotes ivoiriens vivant dans la région parienne étaient mobilisés. Ils étaient en nombre essentiel pour faire du bruit et crier leur indignation. De la place du Trocadéro à la place Victor Hugo, à proximité de l’Ambassade ivoirienne, ils ont marché. Comme de coutume, leur marche était bien rythmée par des sonorités musicales et des pas de danses.
Leur objectif est resté inchangé. Pour les manifestants, il était encore une fois question de dénoncer, de protester et d’exiger. Ils ont dénoncé et protesté contre la tragédie de l’impérialisme occidental et du néocolonialisme français en Côte d’Ivoire. Ils ont exigé la libération du Président Laurent Gbagbo, de tous les prisonniers politiques et de la Côte d’Ivoire des forces étrangères d’occupation.
La place Victor Hugo a été le lieu du grand meeting. Les principaux intervenants se sont succédés à la tribune pour opiner, informer et galvaniser.
«Pas de réconciliation sans la libération de Gbagbo…»
Willy Bla du Cri Panafricain (Conseil pour la Résistance Ivoirienne et Panafricaine), a encore une fois exigé la libération de Gbagbo et de tous les prisonniers politiques, ainsi que le retour de tous les exilés comme condition sine qua non de la réconciliation. «Sans Gbagbo Laurent libre et en bonne santé, sans son épouse libre, son fils, Aké N’gbo, le président Affi N’Guessan, tous les autres, sans le retour de nos amis exilés, il n’y aura pas de réconciliation. Chers amis, c’est cela notre vision au sein de la coalition. Ce n’est pas de l’extrémisme, c’est du bon sens.», a t-il martelé. Il répondait ainsi a ceux qui espèrent aller à une réconciliation sans condition, au risque de se priver de ce moyen de pression que constituent ces différentes exigences. Il a également évoqué la nécessité de sortir des salons pour continuer de marcher et de résister pour l’objectif poursuivi.
«La reculade de la CPI, c’est la victoire des résistants… Le 18 juin, nous lançons l’opération un million d’africains à La Haye.»
Le Président du COPACI (Courant de Pensée et d’Action de Côte d’Ivoire), initiateur de la coalition, Blaise Pascal Logbo, est également intervenu à la tribune. Il a axé son intervention sur la récente décision de la CPI et sur l’organisation de la manifestation prévue le 18 juin prochain à La Haye, jour du procès de confirmation ou d’infirmation des charges contre le Président Gbagbo. Pour le président du COPACI, la décision de la CPI de débuter ses enquêtes en Côte d’Ivoire à partir du 19 septembre 2002 est une victoire des résistants, une victoire de la rue et non des avocats. Il a soutenu ses propos en évoquant toutes les manifestations publiques que son parti et tous les patriotes ivoiriens ont organisées à La Haye. «La CPI est dans la reculade. Je voudrais saluer la rue, je voudrais en tant que politique saluer la rue. Ce n’est pas la victoire des avocats. C’est notre victoire. Si les avocats veulent avoir une victoire, qu’ils partent libérer madame Gbagbo, qu’ils partent libérer Michel Gbagbo, qu’ils partent libérer Affi. Mais la reculade de la CPI, c’est nous et nous revendiquons cela. C’est votre victoire, c’est la victoire des femmes de la diaspora, c’est la victoire de ceux qui bravent le froid, c’est la victoire de ceux qui bravent la pluie. (..) C’est la victoire des femmes qui cotisent, qui prennent leur argent, qui abandonnent leur travail pour prendre la route de La Haye. C’est la victoire de la rue.», a-t-il martelé, sous l’acclamation de la foule. Puis Logbo de poursuivre: «Le message que nous voulons lancer est que chaque ivoirien, chaque résistant devienne un acteur pour le 18 juin, parce que le 18 juin nous lançons l’opération un million d’africains à La Haye. Que chacun mobilise à son niveau pour que les européens voient pour la première fois. La Côte d’Ivoire doit marquer l’histoire de la colonisation et l’histoire des guerres organisées en Afrique par les occidentaux. Nous devons marquer le 18 juin comme un jour historique, un jour qui va marquer l’esprit de tous les européens, c’est à nous de le faire, mais chacun doit devenir un acteur. C’est ça qui est la vérité! Et c’est ça qu’il faut faire. Nous devons sortir des petites divisions pour aller à la victoire.»

«La libération de la Côte d’Ivoire est proche…»
L’intervention du président du COPACI était précédée de celle de Pacôme Zégbé, Responsable du CRD (Congrès pour la Résistance et la Démocratie). Il a abondé dans le même sens que son prédécesseur Willy Bla. Il a appelé à continuer les manifestations quelque soit l’issue des présidentielles en France. Pétit piment, comme le surnomme, à cause de la virulence de ses propos, a également évoqué la libération prochaine de la Côte d’Ivoire. Cette annonce a été fortement acclamée par les manifestants.
La responsable de FPI France, Mme Brigite Kuyo est également remarquablement intervenue à la tribune pour saluer les patriotes résitants, dont les actions concrètes ont fait reculer la CPI à travers sa récente décision.
D’autres responsables de la coalition ont bien pu marquer la manifestation de leur présence. Il s’agit notamment de Anne Gnizako, Présidente des 3000 Femmes pour la Côte d’Ivoire, Christine Zékou du CODESCI (Comité de défense des Institutions et des Structures de la Côte d’Ivoire) et Alice Bao, Coordinatrice du Cri Panafricain.
Les opposants de l’ombre à cette coalition ont naturellement brillé par leur absence. Ils ne manqueront pas d’arguments pour s’excuser ou se justifier. Ainsi va la lutte, quand l’ego refuse d’être sacrifié sur l’autel de l’essentiel, de l’objectif commun!
Il faut rappeler que cette coalition a été officiellement créée le 8 février 2012. S’étant déclarée ouverte, elle est pour le moment composée du COPACI, du Cri Panafricain, des 3000 Femmes pour la Côte d’Ivoire, du CODESCI, du CRD et du MPITA (Mouvement pour l’indépendance totale de l’Afrique).

 



ZEKA TOGUI
 





 
 





Résistance patriotique | Pensées politiques | Droit/Justice | Historique





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !