Manifestation devant le siège du Parti socialiste Français: Les vérités des résistants aux socialistes français. Lire l'intégralité de leur motion.

La résistance ivoirienne et panafricaine était dans la rue ce Week-end à Paris. Les manifestants ont répondu à l'appel des partis politiques et Associations engagés dans la lutte pacifique pour la libération de la Côte d'Ivoire, le retour de la démocratie, et le respect de la souveraineté et des droits de l'homme. L'un des moments essentiels de la manifestation a été la lecture et le dépôt d'une motion adressée aux socialistes français. Nous vous proposons l'intégralité de cette motion.

Lundi 22 Septembre 2014 - 08:11


Les résistants se rendant au siège du parti socialiste français, à travers une marche qui les à conduits des Invalides à Solférino
Les résistants se rendant au siège du parti socialiste français, à travers une marche qui les à conduits des Invalides à Solférino
MOTION AU GOUVERNEMENT SOCIALISTE DE MONSIEUR HOLLANDE, AUX PARLEMENTAIRES SOCIALISTES ET AUX SOCIALISTES



Mesdames et Messieurs,
Les dirigeants, les dignitaires et les membres du Parti Socialiste français,
Nous, ivoiriennes et ivoiriens de toutes régions et de différentes obédiences politiques et religieuses,
Nous africains de différentes nations et de différentes sensibilités,
Nous Associations de défense des droits humains et partis politiques,
Nous hommes et femmes de différentes parties du monde qui aimons la Côte d’ivoire et qui croyons en la justice,
Considérant la situation socio-politique de la Côte d’Ivoire hier et aujourd’hui, et conscient de la conspiration internationale conduite par les gouvernements libéraux de messieurs Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy  contre la démocratie, la paix et la justice en Côte d’ivoire
Nous sommes là aujourd’hui devant le siège du Parti Socialiste français comme un seul Homme.
Nous sommes là aujourd’hui non pas pour dire aux socialistes, au gouvernement socialiste de monsieur Hollande, aux parlementaires socialistes et aux socialistes en général des choses qu’ils ignorent.
Les socialistes, à quelque niveau qu’ils se situent, savent ce qui c’est passé et ce qui se passe en Côte d’Ivoire.
Comment ne le sauraient-ils pas d’autant qu’ils étaient des opposants aux gouvernements de messieurs Chirac et de Sarkozy qui ont joué le rôle central dans la crise ivoirienne depuis 2002 jusqu’à la crise dite post-électorale.
Etaient-ils absents sur la scène politique nationale et au Parlement Européen, lorsque ledit Parlement, avec son partenaire les Etats Unis d’Amérique, autorisaient l’armée française à bombarder et à humilier le Président Laurent Gbagbo qui pourtant avait été proclamé et investi par le Conseil Constitutionnel, garant de la souveraineté du peuple ivoirien et juge suprême en matière électorale en Côte d’Ivoire
Les socialistes n’ont-ils pas vu comme le monde entier les rebelles de monsieur Ouattara pénétrer dans la résidence présidentielle avec l’aide de l’armée française, comme monsieur Alain Juppé l’a bien reconnu sur RFI, et sauvagement assassiner le ministre Désiré TAGRO, violenter la député Simone Gbagbo et grièvement ensanglanter Michel Gbagbo, lui-même français, simplement parce qu’ils étaient respectivement, le Ministre, l’épouse et le fils du Président légal dont la France ne voulait pas comme gouverneur de sa colonie.
Après les bombardements, les socialistes n’ont-ils pas vu comme le monde entier, les cadavres de jeunes ivoiriens qui avaient formé un bouclier humain pour essayer désespérément de dissuader la force Licorne qui du reste, n’avait rien à faire de leur bouclier.
 Pendant qu’au pire moment de la crise post-électorale, les populations se débattaient pour survivre, les parlementaires socialistes ne étaient-ils pas parti du Parlement Européen, lorsque ce dernier décidait d’un embargo sur les médicaments destinés à ces populations dont on disait que la protection justifiait ces bombardements.
Nous sommes ici aujourd’hui pour poser une question que les socialistes n’ont pas encore posé mais que l’histoire posera quoi qu’il advienne.
Nous sommes ici aujourd’hui pour poser une question que la CPI, qui recherche désespérément des criminels dans la crise ivoirienne, n’a pas encore posée et cela dans l’indifférence totale des socialistes.
Cette question est la suivante  : qui comparaitra aux crimes contre l’humanité pour les milliers d’ivoiriens morts faute de soins dans la période de cet embargo inhumain.
Aujourd’hui, les socialistes ne sont-ils complice du silence coupable de la CPI qui cherche désespérément des preuves de crime contre Laurent Gbagbo tandis que les preuves troublantes de crimes de la part de l’armée des chasseurs traditionnels de Mr Ouattara sont déjà constituées et déposées sur la table par l’ONU, par Amnistie International et Human Rigts Watth.
Les députés socialistes ne sont-ils pas au parlement Européen, qui a sur sa table ces rapports  ? Ces rapports qui relèvent les crimes et les violations de toutes natures dont s’est rendu coupable ce régime sanguinaire et tribal, dont l’armée de chasseurs traditionnels ne répond à aucune norme internationale et dont la seule mission est de tuer et d’éliminer tout opposant,  «  aux démocrates d’une autre espèce  » que la France a imposé au peuple ivoirien.

Malgré la dénonciation avec des preuves irréfutables de crimes de toutes natures perpétrés par ces bandits et leur chef, les députés socialistes ne sont-ils pas au Parlement Européen qui se satisfait de timides condamnations de principes sporadiques comme si cela constituait la seule punition que ces ignobles personnages méritent.

Alors nous sommes ici aujourd’hui non pas pour dire ces choses honteuses que les socialistes savent déjà depuis le début jusqu’à ce jour.
Et encore moins ce que présage comme récidive l’évolution de la crise à l’approche des échéances électorales de 2015.
Nous savons le zèle avec lequel ils iront jouer les pompiers lorsque la CI s’embrassera à nouveau.
Nous en voulons pour preuve, leur silence face à la reconduction de M. Youssouf Bakayoko, celui la-même qui avait proclamé des résultats dans le quartier général du candidat de la France et dont le bilan s’était soldé par ce que nous savons tous et que les socialistes savent très bien.
Nous sommes ici aujourd’hui pour interpeller le pouvoir socialiste de monsieur François Hollande en prenant à témoin le monde entier.
Nous sommes ici aujourd’hui pour demander au gouvernement socialiste de François Hollande de rompre ce silence coupable face à ce grossier mensonge dont les conséquences n’ont déjà été que trop nombreuses.
Nous sommes ici aujourd’hui pour demander aux socialistes et au gouvernement socialiste de Hollande d’intimer l’ordre au dictateur et meurtrier qui a été imposé au peuple ivoirien, de libérer immédiatement tous les prisonniers politiques qu’il détient arbitrairement et qu’il torture au vu et au su des socialistes et du gouvernement socialiste.
Nous sommes ici aujourd’hui pour réclamer avec la plus grande énergie l’intervention des socialistes pour qu’un terme soit mis à la justice des vainqueurs qui laisse en liberté des criminels avérés et détient arbitrairement des innocents.
 Pour finir, nous sont ici aujourd’hui pour aviser les socialistes et le pouvoir socialiste de monsieur François Hollande que cette complicité avec les criminels du pouvoir ivoirien n’a que trop durée et qu’en absence de son intervention, ce gouvernement sera tenu responsable d’une nouvelle crise ivoirienne dont il connait parfaitement les germes.

Fait à  Paris le 20 septembre 2014.

Les signataires de la présente Motion ci-après désignés:

Le CRI PANAFRICAIN, présidé par Willy Bla , (Conseil de la Résistance ivoirienne et Panafricaine)
Le NPR, présidé par Blaise Pascal Logbo, (Nouveau Parti pour le Rassemblement)
L'Association les Enfants de Côte d'Ivoire, présidée par Frank Lutté.

     




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !