Manifestation de la Résistance patriotique devant le Siège de l'Union euroéenne à Bruxelles: Lire la motion des manifestants adressée au Parlement européen.

Mercredi 8 Mai 2013 - 20:22


Manifestation de la Résistance patriotique devant le Siège de l'Union euroéenne à Bruxelles: Lire la motion des manifestants adressée au Parlement européen.
Honorables parlementaires

Mesdames et Messieurs

Nous, ivoiriennes et ivoiriens de toutes régions et de différentes obédiences politiques et religieuses
Nous, africains de différentes nations et de différentes sensibilités
Nous, associations de défense des droits humains et partis politiques
Nous, hommes et femmes de différentes parties du monde qui aimons la Côte d’ivoire et qui croyons en la justice
Considérants la situation socio-politique de la Côte d’Ivoire et conscients de la conspiration internationale conduite par la France contre la démocratie, la paix et la justice en Côte d’ivoire
Nous sommes ici aujourd’hui devant le Parlement Européen comme un seul Homme.
Nous sommes ici aujourd’hui non pas pour dire à l’Union Européenne des choses qu’elle ignore.
L’Union Européenne sait ce qui s’est passé et ce qui se passe en Côte d’Ivoire.
Comment ne le saurait-elle pas d’autant qu’elle a joué un rôle de premier plan dans le traitement international de la crise ivoirienne
N’est-ce pas l’Union Européenne qui, avec son partenaire les Etats Unis d’Amérique, a autorisé l’armée française à bombarder et à humilier le président Laurent Gbagbo qui pourtant avait été proclamé et investi par le Conseil Constitutionnel garant de la souveraineté du peuple ivoirien et juge suprême en matière électorale en Côte d’Ivoire ?
L’Union Européenne n’a-t-elle pas vu comme le monde entier les rebelles de monsieur Outtara pénétrer dans la résidence présidentielle avec l’aide de l’armée française et sauvagement assassiner le ministre Désiré TAGRO, violenter la député Simone Gbagbo et grièvement ensanglanter Michel Gbagbo simplement parce qu’ils étaient respectivement, le Ministre, l’épouse et le fils du président légal dont la France ne voulait pas comme gouverneur de «  sa colonie  » ?
Après les bombardements, l’Union Européenne n’a-t-elle pas vu les cadavres de jeunes ivoiriens qui avaient formé un bouclier humain pour essayer désespérément de dissuader la force Licorne qui, du reste, n’en avait rien à faire de leur bouclier ?
 Pendant qu’au pire moment de la crise post-électorale les populations se débattaient pour survivre, l’Union Européenne n’a-t-elle pas mis un embargo et interdit le déchargement de médicaments destinés à ces populations dont on disait que la protection justifiait les bombardements  ?
Se faisant, l’UE n’est-elle pas allée trop loin en usant de moyens de pression aussi criminels et humainement inacceptables dont le seul but était de laisser mourir les populations et obliger le président légal à céder la place à celui que la dite communauté internationale et la France avaient choisi
Aujourd’hui, l’UE n’est-elle pas complice du silence coupable de la CPI qui cherche désespérément des preuves de crimes contre Laurent Gbagbo tandis que les preuves troublantes de crimes de la part de l’armée des chasseurs traditionnels de Mr Outtara sont déjà constituées et déposées sur la table par l’ONU, Amnistie International et Human Rigts Watch?
L’UE n’a-t-elle pas ces rapports sur son bureau  ? Ces rapports qui révèlent les crimes et les violations de toutes natures dont s’est rendu coupable ce régime sanguinaire et tribal dont l’armée de chasseurs traditionnels ne répond à aucune norme internationale et dont la seule mission est de tuer et d’éliminer tout opposant  au «  démocrate  » d’une autre espèce   que la France a imposé au peuple ivoirien  ?
Malgré la dénonciation avec des preuves irréfutables de crimes de toutes natures perpétrés par ces bandits et leur chef, l’Union Européenne ne se satisfait elle pas de timides condamnations de principes sporadiques comme si cela constituait la seule punition que ces ignobles personnages méritent.
Alors nous sommes ici aujourd’hui non pas pour dire ces choses honteuses que l’Union Européenne sait déjà depuis le début jusqu’à ce jour.
Nous sommes ici aujourd’hui pour dire non à cette conspiration contre le peuple ivoirien et son président immoralement déchu et maintenu en prison.
Nous sommes ici aujourd’hui pour demander à l’Union Européenne et à la communauté Internationale, cette Organisation sans visage, de mettre fin à ce mensonge grotesque qui n’a fait que trop duré.
Nous sommes ici aujourd’hui pour demander à l’Union Européenne et à la Communauté Internationale d’intimer l’ordre au dictateur qu’ils ont imposé au peuple ivoirien, de libérer immédiatement tous les prisonniers politiques détenus arbitrairement et torturés au vu et au su de la dite Communauté Internationale.
Nous sont ici aujourd’hui pour exiger avec la plus grande énergie la libération immédiate du président constitutionnel de la Côte d'Ivoire, monsieur Laurent Gbagbo et de sa famille  : à savoir Simone et Michel Gbagbo.
Oui, Nous sont ici aujourd’hui pour réclamer la liberté de cet homme, cet africain intègre et juste qui n’a rien à faire devant ce tribunal
fondamentalement injuste et d’une incrédibilité maladive  : ce tribunal qui n’est en place que pour servir les intérêts des grandes puissances occidentales et soumettre les peuples les plus faibles au diktat de leurs immenses économies se nourrissant du sang de l’Afrique tels des vampires et de leurs terrifiantes armes et autres machines tueuses.
Nous sommes ici aujourd’hui pour poser une question que la Cour Pénal International qui recherche les responsables de crimes de guerre et de violation des droits humains n’a jamais posée.
Cette question est  :
Lorsque l’Union Européenne a mis un embargo sur les médicaments pendant la crise, combien d’ivoiriens sont morts par manque de médicaments et de soins, et qui est responsable de leur mort  ?
Pour finir, nous sommes ici aujourd’hui pour aviser le parlement européen et la Communauté Internationale qu’en l’absence de satisfaction à notre exigence, nous n’attendons pas en rester là. Nous userons de tous les moyens pacifiques et légaux pour contraindre la France, les Etats Unis d’Amérique, l’Union Européenne et la Communauté Internationale à exécuter ces exigences et à interpeller enfin les vrais coupables de crimes qu’ils connaissent bel et bien et qui bénéficient d’une impunité insolente.


Fait à Bruxelles le 8 mai 2013

Pour les signataires de la Motion

Le NPR (Nouveau Parti pour le Rassemblement)

Le Cri-Panafricain: Conseil pour la résistance ivoirienne et panafricaine.

Le Cri Panafricain: Le CRI-Panafricain Congrès pour la renaissance ivoirienne et panafricaine
Le CODESCI: Comité de Défense des Institutions et de la Souveraineté de la Côte d'Ivoire
Le MFIRA: Mouvement des Femmes ivoirienne du Rhône-Alpes.
L'AFPI: Association des Femmes patriotes ivoiriennes (de France)
Le COJEP: Congrès pour la Justice et l'Egalité des Peuples
Le CPAD: Comité de pilotage des Actions de la Diaspora
La PSP: Plate-forme pour la souveraineté des peuples




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !