Man : 200 ex-combattants se soulèvent, le PC des Frci de Zélé bloqué

La tension est montée d’un cran hier, vendredi 09 aout 2013 à Man, ville située à l’extrême ouest de la Côte d’Ivoire. Les démobilisés, c'est-à-dire les ex-combattants de cette localité, dénonçant leurs conditions de vie « exécrable » ont bruyamment manifesté en bloquant le corridor-sud de cette ville qui abrite le PC des Forces républicaines de Côte d’Ivoire ( Frci).

Samedi 10 Août 2013 - 06:55


Transport et commerces paralysés 800.000 Fcfa réclamés à un Sous-préfet

Man : 200 ex-combattants se soulèvent, le PC des Frci de Zélé bloqué

Les voies d’accès des villes de Danané, Logoualé ou encore Bangolo étaient paralysées du fait du blocus de  ces ex-combattants au niveau du carrefour de Zélé. Ils ont réussi, dans ce même secteur, à faire  arrêter toutes les activités commerciales. C’est autour de 8 heures que ces jeunes se sont rassemblés dans la cours de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et réintégration(Addr) où ils ont laissé exploser  leur colère.

Très vite, ils se sont déportés vers le village de Zélé (5km) où à l’aide des tables et branches, ils ont obstrué toutes les voies d’accès à ce point hautement stratégique. A notre arrivée aux alentours de 14 heures, ce sont des jeunes surexcités, badigeonnés de kaolin  pour  certains et la tête bandée  de rameaux pour d’autres qui tenaient ces barrages. Plusieurs d’entre eux n’ont pas voulu nous dire les raisons de leurs manifestations. C’est après négociations qu’un certain « caporal  Simplice », se présentant comme leur porte-parole s’est  ouvert  à nous. « Nous manifestons aujourd’hui, parce que nous en avons marre de notre situation actuelle.

Après avoir combattu et libérer ce pays, nous sommes délaissés par le pouvoir qui ne fait que placer ses hommes. Tous les projets qu’ils nous ont promis sont restés à l’étape des promesses. Nous disons non à cette façon de faire  parce que c’est avec notre poitrine que nous avons défendu ce pays », a-t-il déclaré.   « A ce jour, nous avons enregistré 32 morts dans nos rangs dont « Petit dananéen », un de nos amis enterré hier (Ndlr jeudi 8 août 2013) pour une ordonnance de 10.000francs CFA qu’il n’a pas pu payer. Nous ne quitterons ce barrage que quand notre situation sera réglée.

Sur plus de 6000 ex-combattants que compte  Man,  ce sont seulement 300  qui ont bénéficié de permis de conduire » a-t-il ajouté. Une longue file de véhicule de transport en commun ou privé  sont bloqués  sous l’œil indifférent des forces de l’ordre de l’armée régulière pourtant présentes sur place. Le sous-préfet de Sangouiné, Konan Guillaume, a été refoulé à l’entrée de  Zélé  malgré sa négociation. Il lui a été demandé la somme de 800 milles francs comme droit de passage. 

Aux alentours de 15 heures, des éléments des Frci, venus de la ville de Man, armes aux points, ont dégagé les différents barrages. Mais,  après un repli tactique,  ces jeunes  sont revenus à la charge. Il s’en est suivi des échauffourées avant que ces mutins n’acceptent pour seul interlocuteur un  commandant des Frci.

Finalement, après un  entretien téléphonique avec ce « commandant », les barrages ont été levés. Ils ont promis revenir  à la charge, les jours à venir si rien n’était fait pour eux. Mais, comme pour joindre l’acte à la parole, après avoir été   chassés  du carrefour Zélé, ces ex-combattants se sont tout de suite rabattus sur  l’artère principale  de la ville qui passe devant la préfecture. Là, ils ont  érigé des barricades avant, une fois de plus d’être délogés par les Frci. Ils promettent de poursuivre leurs actes jusqu’à la satisfaction de leur revendication.

                                           

                   Ibrahim BAKOULE, envoyé spécial à Man. 

Source: Soir Info

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !