Mali, «opération Serval»: Chasser les Islamistes pour réinstaller les indépendantistes?

Dans quelques jours comme annoncé, les troupes françaises vont amorcer leur retrait du Mali. Mais sur le terrain, le bilan de l'opération Serval aura été mitigé. Tout en délogeant les islamistes, les Français ont repositionné les indépendantistes du MNLA.

Vendredi 22 Février 2013 - 09:05


Mali, «opération Serval»: Chasser les Islamistes pour réinstaller les indépendantistes?

Attaques de kamikazes, guet-apens, poses de bombes, explosion de voiture piégée, les jihadistes ont commencé le combat dans lequel ils excellent: la guérilla, cette guerre sournoise menée par des combattants sans visage, souvent fondus dans la populations. Les combattants du Mujao ont refait surface depuis quelques jours à Gao, la plus grande ville du Nord Mali où ils tiennent la dragée haute aux soldats maliens et nigériens appuyés par leurs homologues français.

Le porte parole du Mujao Abu Walid Sahraoui a promis que les «Moudjahidines» (combattants) vont libérer Gao et les autres villes d'où ils sont chassés de tous les «mécréants», tout en assurant que la bataille ne fait que commencer. Cette nouvelle guerre est difficile à mener par les forces alliées qui sont régulièrement attaquées dans le dos par des islamistes infiltrés avec souvent la complicité d'une partie de la population acquise à leur cause. La France qui a annoncé le retrait progressif de ses troupes à partir du mois de mars, veut d'abord réduire la capacité de nuisance de ces islamistes, en détruisant leurs stocks d'armes et leur logistique.

Pour ce faire, l'aviation française opère des frappes régulières dans l'Adrar des Ifoghas, la base arrière des jihadistes. Mais en se retirant, la France risque de laisser les forces maliennes et leurs alliés africains dans une situation bien difficiles. Sauront-ils faire face à une guerre longue et coûteuse aussi bien en vies humaines que financièrement? Même si l'armée malienne arrivait à défaire les islamistes, il va rester un autre cas à régler: celui des indépendantistes de l'Azawad. Pendant qu'elle délogeait les islamistes des villes du Nord, la France a replacé le MNLA dans son sanctuaire d'origine que sont les villes de Kidal, Téssalit et d'autres localités où l'armée malienne est déclarée personæ non gratta. C'est un autre problème que les autorités maliennes auront à régler. Il s'agira de définir le statut de l'Azawad.

La France a enjoint le gouvernement malien de dialoguer avec le MNLA en vue de trouver une solution négociée à ce différend qui est à l'origine de la guerre actuelle. Mais depuis Paris où il était en visite, le Premier ministre malien Diango Cissoko a exclu toute idée de fédéralisme, encore moins une quelconque partition de son pays. Dans leur guerre de reconquête de l'intégrité du territoire malien, l'armée malienne et ses alliés africains vont-ils laisser l'Azawad entre les mains des indépendantistes du MNLA qui ont pactisé avec le diable islamiste?

Le mouvement indépendantiste a récemment prévenu que toute tentative de l'armée malienne de le déloger de son fief, serait une déclaration de guerre. L'opération Serval aura t-elle donc servi à déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul, autrement dit, à chasser les islamistes pour réinstaller les indépendantistes ?

 Charles d'Almeida

 
 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !