MFA : un parti à deux têtes, Antoine N’gbala Yao en donne les raisons

Lundi 23 Décembre 2013 - 08:01


Bouaké (Côte d'Ivoire) - Antoine N’gbala Yao, ‘’élu’’ président du Mouvement des Forces de l’Avenir (MFA) par un « congrès extraordinaire » tenu en septembre, a expliqué dans une interview accordée, dimanche, à APA qu’il demeure le « président légal » de ce parti après « l’éviction » du président-fondateur Innocent Anaky Kobena.

« Il n'y a pas de bicéphalisme au MFA. Depuis le 28 septembre 2013, date à laquelle 94 délégués communaux, départementaux et régionaux sur les 143 que compte le parti m'ont porté à la tête du MFA, conformément à nos textes en vigueur » a déclaré N'gbala Yao soulignant qu'il est « injuste de parler de tendance N'Gbala ou Anaky ». Car, il y a un seul « MFA dont je suis le président », insiste-t-il.

Selon le Président N'gbala Yao, au MFA, les textes donnent mandat à des instances pour convoquer un congrès, tout comme une « réunion des délégués » peut aboutir à un congrès.

A l'évidence, c'est ce qui s'est passé le 28 septembre quand s'appuyant sur ces « dispositions concernant l'éligibilité à la présidence du parti, nos délégués ont pris leurs responsabilités » pour éviter le « chaos » au parti.

« Tous les intervenants ont dénoncé la gestion approximative du parti par le camarade Anaky Kobena. Le MFA n'existait plus que de nom par la faute d'une seule personne qui s'appelle Anaky Kobena et qui a transformé le parti en une entreprise familiale », s'insurge M. N'gbala.

Outre la gestion « calamiteuse » du MFA, les délégués, selon Antoine N'gbala, ont reproché au président « démis », ses « attaques récurrentes contre le pouvoir et le Président de la République, Alassane Ouattara » alors que « nous sommes en alliance dans le cadre du Rhdp ».

« On ne comprenait pas pourquoi M. Ouattara était la cible des sorties médiatiques de l'ancien président du parti. Pour un allié, c'était, proprement, gênant même s'il estimait avoir des raisons de faire des récriminations » s'offusque Antoine N'gbala Yao.

Puis, avance-t-il, « la réunion du 28 septembre était placée sous la présidence du président Anaky Kobena qui pour beaucoup de délégués devait rendre compte sur la gestion du parti en terme de bilan et d'actions concrètes sur le terrain en vue d'envisager des perspectives pour la relance du parti », a-t-il affirmé soulignant « nous avons été confrontés à un refus de sa part».

Pour la vie du MFA, le président N'gbala estime qu'il y a « urgence » dans l'organisation pour faire « fonctionner » les nouvelles structures mises en place.

« La page Anaky est bel et bien tournée. Nous irons où besoin se fera pour porter la voix du MFA » qui croit à l'union des forces à travers le Rhdp pour une Côte d'Ivoire plus rayonnante » a-t-il indiqué

« Nous tenons à rester dans le cadre du Rhdp, une alliance en laquelle nous continuons de croire pour une Côte d'Ivoire plus rayonnante. C'est pourquoi, le congrès a rendu un hommage au Président Bédié pour ses actions en faveur de la cohésion au sein de la grande famille des Houphouétistes » a conclu, Antoine N'gbala Yao.

HS/ls/APA


Publié le lundi 23 decembre 2013  |  APA




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !