MACA et la Cathédrale St André de Yopougon: Les prisonniers politiques et leurs parents en grève de la faim

Mercredi 3 Décembre 2014 - 11:37


Prisonniers politiques ivoiriens sous le règne de la dictature d'Alassane Ouattara
Prisonniers politiques ivoiriens sous le règne de la dictature d'Alassane Ouattara
En soutien aux prisonniers politiques qui croupissent dans les goulags de Ouattara depuis plus de trois et demi sans aucun jugement, les Ivoiriens (pa- rents, amis et épouses) réunis au sein du collectif des femmes des détenus de la crise post-électorale (Cofed) ont eux aussi initié une grève illimitée de la faim à la Cathédrale St André de Yopougon, depuis hier. Ils entendent ainsi dénoncer les conditions de détention des prisonniers à la Maca, et réclamer leur jugement, après plus de trois ans passés dans les cellules de l’établissement pénitencier. Jointe par téléphone, Mle Désirée Douati du Cofed a dit clairement que leur mouvement se poursuivra jusqu’à la libération de tous les prisonniers ou à tout le moins, l’obtention de la date de leur jugement. « Nous voulons d’abord dénoncer les conditions humiliantes et dégradantes dans lesquelles sont incinérés les détenus pro- Gbagbo. Et demander au gouvernement des les libérer puisque la période de la détention préventive, selon le droit international et qui est d’un mois est largement dépassée. Nos parents et amis sont en prisons depuis plus de 18 mois, pour certains et 39 mois pour d’autres. C’est pourquoi, nous exigeons leur libération immédiate et sans condition », a affirmé,  Désirée Douati. Et de poursuivre, « le gouvernement nous a démontré qu’il ne peut pas assurer le minimum vital aux prisonniers qui sont sans assistance médicale puisque nous avons enregistré plus de quatre morts en seulement quelques semaines ». Aux cotés de Désirée Douati, ce sont tous ceux qui ont les parents et connaissances dans ces prisons mais également d’autres Ivoiriens anonymes épris de justice qui sont venus soutenir l’action du Cofed. Quant aux prisonniers eux-mêmes, des sources bien introduites, indiquent qu’ils ont tous suivi le mot d’ordre qui de se priver de nourriture et d’eau.  Et comptent durcir leur mouvement jusqu’à l’obtention d’un résultat satisfaisant. Notons qu’après le nouveau décès d’un prisonnier politique à la Maison d’Arrêt et de Correction d’ABIDJAN (Martin ASSEMIAN tragiquement disparu le 15 novembre 2014), que les détenus politiques de la MACA ont décidé de reprendre leur grève de la faim illimitée à compter du 1er décembre.  

Myriam  BAKAYOKO

Source: Aujourd’hui / N°780 du mardi 02 décembre 2014
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !