Lutte contre la vie chère: La “Coalition des indignés” lance un ultimatum au pouvoir

Mardi 14 Janvier 2014 - 22:44


Et revoilà la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire. « Nous voulons le changement dans les jours à venir. Tous les jours, nous poserons des actes pour dénoncer le mépris du régime. Cette fois-ci, nous ne seront plus seuls dans la rue. Nous seront avec tous les Ivoiriens. On ne peut pas exploiter le peuple indéfiniment. Les Ivoiriens deviennent de plus en plus pauvres au fil des jours du fait de la cherté de la vie ». C’est l’avertissement lancé samedi dernier à Yopougon,  au régime Ouattara par Samba David, président de la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire lors de la rentrée 2014 de cette organisation. Il a  décrété l’année 2014, l’année des actions. « Ce régime ruse avec les ivoiriens. La Coalition des indignés de Côte d’Ivoire a fait des propositions contre la vie chère, consignées dans un document. Le gouvernement a refusé de prendre ce document que nous lui avons présenté. Il faut que cette année, les Ivoiriens ressentent sur eux les 10% de croissance économique annoncés par le régime. Nous n’attendons plus rien du gouvernement.  A partir d’aujourd’hui, le gouvernement doit nous dire quant les cités universitaires seront ouvertes, les soins de santé seront effectivement gratuits, le prix du carburant sera revu à la baisse,  quant des ivoiriens n’auront plus un repas par jour. Nous sommes fatigués des promesses d’Alassane Ouattara.  Ce n’est pas le régime qui a créé tous ces emplois dans le secteur informel. Ils étaient déjà là avant son arrivée au pouvoir. Nous allons bientôt occuper la rue de manière pacifique pour manifester. C’est au prix de la lutte que nous allons obtenir le droit à la santé, à l’éducation, à l’alimentation. Bref, tout ce que les ivoiriens ont droit » a- t-il égrené .
A cette rentrée 2014 de cette Coalition, de nombreuses organisations syndicales et de la société civile sont venues apporter leur soutien à Samba David.  Entre autres, le collectif des femmes des détenus de Côte d’Ivoire, la communauté internationale ouvrière, le Congrès national de la jeunesse, le collectif des élèves et étudiants victimes de la crise postélectorale, le syndicat nouvelle vision des femmes enseignantes, la Ligue ivoirienne  des groupements estudiantins (Liges).

Charles Bédé

Source: Notre voie  N°4614 du mardi 14 janvier 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !