Libre opinion/ Zadi Djédjé, l'apprenti-loubard qui veut déstabiliser la galaxie patriotique.

Lundi 21 Octobre 2013 - 07:21


Zadi Djédjé
Zadi Djédjé
Son nom ne dit vraiment rien aux Ivoiriens sauf qu’il associe le nom d’un éminent professeur d’université à celui d’un célèbre artiste musicien, tous deux immortalisés par la mémoire collective en Côte D’Ivoire et en Afrique.Mais ne cherchons pas bien loin, le nommé Zady Djédjé qui se prévaut du titre de président de la Coalition des Jeunesses Patriotiques pour la Paix et la Réconciliation (CJPPR), est en réalité un félon futé, un apprenti-loubard dont le mouvement a été récemment monté de toutes pièces par Hamed Bakayoko peu après l’ignoble kidnapping de Charles Blé Goudé au Ghana.L’ex-loubard et ex-compagnon de Thierry Zébié dans les années 90, avait alors localisé et identifié le nommé Zady Djédjé, l’a secrètement rencontré et lui a confié la mission de déstabiliser et d’affaiblir la Galaxie patriotique pro-Gbagbo.
L’idée était ainsi d’appâter les jeunes patriotes avec des promesses d’emploi, de les endoctriner pour noyauter la Galaxie patriotique.Le Sieur Zady Djédjé aurait ainsi d’abord essayé de se substituer à Charles Blé Goudé à la tête du COJEP mais a dû reculer devant la méfiance et la suspicion légitime  des fidèles compagnons de Charles Blé Goudé.
Les membres du COJEP n’ont d’ailleurs jamais été dupes.Beaucoup savent en effet comment les réunions et meetings du FPI à Yopougon ont été lâchement infiltrés et réprimés par les meutes barbares de Dramane Ouattara avec la collaboration active et souterraine du Sieur Zady Djédjé qui, grâce aux espions qu’il envoyait constamment aux diverses rencontres des pro-Gbagbo, tenait quotiennement informé son menthor Hamed Bakayoko des moindres détails des préparatifs des manifestations que le régime Ouattara savait pourtant pacifiques.L’échec de sa tentative de s’emparer du COJEP a rendu le Sieur Zady Djédjé enragé.Il y voit la main du FPI.
Rien donc de surprenant de le voir cracher son venin sur ce parti et son président lors d’une conférence de la presse qu’il a animée le vendredi 18 octobre à Yopougon.Le Sieur Zady Djédjé a en effet directement accusé Pascal Affi N’Guessan et le FPI d’appliquer une mauvaise stratégie face au pouvoir par le lancement d’un ultimatum pour demander la libération du Leader du COJEP dont il se dit le bras droit.Pour le Sieur Zady Djédjé, c’est par la négociation, le pardon et la repentance que la libération de Blé Goudé, de Simone Gbagbo, de Jean-Yves Dibopieu, de Martial Yavo, de Youan Bi Angenor et des autres peut être obtenue.
Mon cher Zadi Djédjé, ton village est attaqué par des terroristes sanguinaires, tes parents sont impitoyablement massacrés, toutes les maisons pillées et brûlées, ton père et tes frères sont égorgés comme des moutons, ta mère enceinte est éventrée, le bébé retiré et jeté dans un puits perdu, tes soeurs sont violées et découpées à la machette, irais-tu demander pardon aux agresseurs et aux assassins? Connais-tu réellement la nature du régime dans les griffes duquel la Côte D’Ivoire est tombée depuis le 11 avril 2011? Penses-tu que ce régime tient compte des pleurnicheries que tu nous conseilles si béatement?
Notre peuple est aujourd’hui arrivé à un moment de l’histoire où le désir de démocratie, de liberté et de justice est désormais plus fort que la peur et la lâcheté.Pourquoi le FPI devrait-il demander pardon à Dramane Ouattara si Laurent Gbagbo, notre Leader, face aux canons et sous les bombes, n’a jamais douté de notre victoire et de la justesse de nos actions?
Entendons-nous bien Zady Djédjé: Personne n’ira demander pardon au régime sanguinaire d’Alassane Dramane Ouattara. C’est plutôt à ce régime liberticide et dictatorial de demander pardon aux Ivoiriens pour tout le mal qu’ils nous ont fait depuis l’échec du coup d’état sanglant de septembre 2002.
Détrompe-toi donc, Affi et les autres n’ont pas été libérés grâce à vos fanfaronnades et mascarades, mais grâce aux fortes pressions que continue de subir Dramane Ouattara de la part de la Communauté internationale qui a désormais découvert ses limites et sa mauvaise foi.
Oui, en d’autres temps et en d’autres circonstances, il est vrai que le FPI aurait pu aussi demander pardon aux Ivoiriens.Mais ce serait pour avoir, par excès de démocratie (?), sous-estimé la capacité de nuisance de Dramane Ouattara, pour avoir laissé s’enraciner et prospérer en Côte D’Ivoire ce lugubre vampire importé du FMI par Félix Houphouët-Boigny à la fin des années 80, pour avoir fait confiance à des rebelles dont le seul objectif était d’exterminer nos populations, de s’emparer de nos terres, de voler nos richesses et notre patrimoine, d’hypothéquer l’avenir de plusieurs générations d’Ivoiriens.
Et quand tu déclares, Zady Djédjé, que le COJEP n’est pas une branche du FPI et que Bly Roselin et tous les autres doivent arrêter de marcher dans les pas de ce parti, nous te répondrons que tu ignores l’histoire des luttes politiques et sociales menées et gagnées par les forces du progrès à travers le monde.De tout temps, la Gauche a fait face aux forces rétrogrades sous diverses formes politiques, syndicales, associatives, etc.Mais à un moment ou à un autre et pour donner l’ultime assaut, ces forces progressistes s’unissent toujours derrière le Leader et la Formation la mieux placée pour gagner la bataille du changement.
Bly Roselin  et le COJEP ont donc fait le pas dans la bonne direction.Ce n’est ni pour Affi, ni pour le FPI, mais pour la Côte D’Ivoire. Ceci ne remet d’ailleurs nullement en cause l’autonomie de leur mouvement patriotique.
Nous ne devons jamais oublier que les évènements se succèdent aujourd’hui à une vitesse vertigineuse à l’échelle planétaire.A  tout moment, une nouvelle situation peut apparaître ici ou là et monopoliser l’attention de la Communauté internationale.
Par sa durée, par sa complexité, la crise ivoirienne, si nous n’y prenons garde, court donc le risque imminent  de rejoindre  le musée des crises oubliées, nous condamner à vivre notre drame et ses répercussions pendant plusieurs décennies encore, sur plusieurs générations.
En quoi donc vouloir donner l’alerte et maintenir le peuple en éveil est-il un mal, une mauvaise stratégie? Faut-il continuer à manger, boire et dormir sur les tombes communes de nos parents comme tu le fais, Zady Djédjé, alors qu’un capitaine fou qui a perdu le contrôle du navire, nous conduit tout droit vers les récifs et un naufrage collectif?
Tout ceci, les populations de Gagnoa l’ont compris mon cher Zady Dédjé.Oui, elles sont massivement sorties pour Laurent Gbagbo comme tu le dis.Mais, nous savons qu’elles sont massivement sorties aussi pour Pascal Affi N’Guessan, celui qui est actuellement pressenti, au cas où Laurent Gbagbo, notre Candidat naturel décidait de ne pas se présenter, pour nous remobiliser, nous guider, nous permettre de continuer le combat de la restauration de la Côte D’Ivoire et de le gagner.
Non, Affi n’a pas été libéré pour se consacrer exclusivement à la libération de Charles Blé Goudé, il a été libéré avec pour mission de préparer la libération de Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques, Blé Goudé y compris.Personne ne voulait un Rwanda en Côte D’Ivoire comme tu oses l’insinuer. Oublies-tu qu’en 2010 Laurent Gbagbo, candidat du FPI, avait demandé le récomptage des voix quand tes actuels manipulateurs ne pensaient qu’à la guerre pour s’installer au pouvoir?  
L’histoire nous dira un jour les noms de ceux que tu accuses d’avoir trahi Laurent Gbagbo.Et très certainement tu en fais partie, puisque tu sembles bien les connaître.Dire que beaucoup de jeunes sont morts pour le FPI est une démagogie macabre, tous nos morts sont morts pour notre patrie, non pour un homme, non pour un parti.
La situation de la Côte D’Ivoire est trop grave aujourd’hui pour que des apprentis-loubards de ton acabit se donnent des libertés pour diffamer et vilipender hypocritement et inconsciemment au nom d’une prétendue nécessité d’apaisement.
Sache enfin que, contrairement à ce que tu dis, rien d’autre ne se cache derrière l’ultimatum d’Affi si ce n’est la ferme volonté d’emmener ce régime à mettre fin à la dictature pour poser des actes majeurs pouvant conduire notre pays à la réconciliation et à la paix.

Océane Yacé, Politologue, Monte-Carlo, Monaco
oyace84@yahoo.fr

Contribution




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !