Libre opinion/ Suspension du « NO MONEY, NO EDUCATION »: Merci et Merci d’avance aux autorités Ivoiriennes!

Jeudi 2 Août 2012 - 07:52


Libre opinion/ Suspension du « NO MONEY, NO EDUCATION »: Merci et Merci d’avance aux autorités Ivoiriennes!
Il y a de cela juste deux jours que nous avons démontré les faiblesses de la décision prise par les autorités universitaires de Côte d’Ivoire, concernant les frais d’inscription à l’Université.
Ce cri de cœur que j’ai intitulé La Côte d’Ivoire du « NO MONEY, NO EDUCATION » : pourquoi vous êtes comme ça?, venant appuyer d’autres voix qui s’étaient élevées contre la « supposée » décision, s’avère entendu par les autorités ivoiriennes. En effet, celles-ci viennent de prendre une nouvelle décision, qui va contre la première, prise par les autorités universitaires ivoiriennes.
Est-ce cela un Jeu de séduction, un Jeu de hasard ou un Jeu de désordre dans notre pays ?
Je ne saurai répondre, mais le plus important ici est de savoir que, nous pouvons pousser un OUF libérateur! Mêmes les pauvres, qui sont légion dans notre pays, pourront enfin avoir droit aux études, qui ne doivent pas être un luxe mais plutôt un droit, voire un devoir…
Le communiqué du Conseil des ministres du 1er Août 2012 qui a annoncé la bonne nouvelle, a été titré comme suit :
« Conseil des ministres: le gouvernement suspend la hausse des frais d’inscription dans les universités publiques et les taxes et droits sur l’importation du riz »
Hummmm ! On ne saurait aborder tous les sujets au même moment. Pour ce qui est du communiqué du Conseil des ministres, je choisis de parler uniquement du cas des frais d’inscription dans cette note. Le cas du riz étant tellement vaste, il demande une attention qui nécessite un temps propice pour être traitée… En attendant d’avoir le courage d’aborder les questions relatives aux taxes et droits sur l’importation du riz un jour, je vous prie, Mesdames et Messieurs les autorités ivoiriennes de bien vouloir songer à développer la riziculture, afin que nous puissions en exporter… Dans ce cas, il serait question de réfléchir sur les taxes et droits d’exportation et non d’importation de riz… Nous en avons la capacité… Nous avons la terre qu’il faut ; la végétation qu’il faut ; le climat qu’il faut ; les hommes qu’il faut (les hommes pour manger le riz, il y en a suffisamment. Quant à ceux pour cultiver ou développer la riziculture, que dieu nous aide à en trouver )… Et j’ose croire que les autorités ivoiriennes vont profiter de ce potentiel, pour emmener la Côte d’Ivoire à un niveau plus digne.
Entre-nous! À votre avis, est-ce que la Côte d’Ivoire devrait importer du riz de quelque part, quand notre riz local est parmi les meilleurs au monde?
Des générations toutes entières de familles Baoulé entre autres, sont « perdues » à l’ouest de la Côte d’Ivoire, dans les cultures coloniales que sont le café et le cacao, pendant qu’on pouvait développer d’autres cultures tels le riz, la tomate, les fruits et légumes pour en exporter… Pourtant, rares sont ceux qui mangent une plaquette de chocolat par an chez nous… Et dire que des Ivoiriens sont à Abidjan où dans d’autres villes du pays, ne sachant comment manger plus d’une fois par jour…
En attendant de revenir sur les taxes et droits sur l’importation du riz, songez à voir comment vous pouvez recenser ceux qu’on peut aider à développer la culture du riz et autres cultures qu’on pourrait exporter au lieu d’importer.
Bref, Ce n’est pas du riz dont j’ai voulu parler aujourd’hui (dans cette note), mais il fallait juste ce clin d’œil.
En ce qui concerne les frais d’inscription, la décision est suspendue et non annulée, selon le communiqué du gouvernement…
Cela étant, le gouvernement dans ledit communiqué, « a souligné que les réflexions vont se poursuivre jusqu’à une prochaine décision du conseil des ministres au cours de la quelle une décision définitive devrait être prise. »
Espérons que les réflexions soient efficaces, afin de nous produire la bonne décision définitive.
En attendant ce grand moment, je dis déjà Merci aux autorités ivoiriennes pour la décision de suspension et Merci d’avance pour la décision définitive qui doit être une annulation pure et simple ; sans conditions. Car, aussi longtemps que la Côte d’Ivoire aura plus de la moitié de sa population qui vit en-dessous du seuil de la pauvreté, il faut oublier totalement l’idée de faire payer 100.000 F CFA à un étudiant de notre pays, avant qu’il puisse s’inscrire à l’Université Publique.
Je dis Merci aux autorités qui semblent avoir entendu mon cri de cœur et celui de toutes les voix qui se sont élevée contre cette décision inopportune. En répondant favorablement, elles montrent que désormais en Côte d’Ivoire, l’opinion publique qui devient de plus en plus forte est prise en compte. Est-ce un leurre ou une réalité, seule l’avenir nous le dira. Pour le moment la décision du gouvernement donne la possibilité à tout le monde; riches, pauvres, orphelins et j’en passe, d’aller à l’école... C’est important !
On est ensemble ou alors, apprenons à être ensemble ; puisque nous sommes ensemble!
Que la lumière de Dieu nous éclaire!
Soyez richement béni !
Copenhague, 1er Août 2012
Rosalie Kouamé «Roska»

Présidente Fondatrice - Fondation Roska
roska_net@hotmail.com roska_net@yahoo.com
Blog: http://roskanews.africaview.net
 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !