Libération des prisonniers politiques en Côte d'Ivoire: La lettre du NPR au Président François Hollande

Samedi 8 Juin 2013 - 11:39


Le Président François  Hollande
Le Président François Hollande




                            A
                            Son Excellence Monsieur le Président
                            de la République Française
                            Monsieur François HOLLANDE


Objet : Dôléance pour la libération des prisonniers politiques ivoiriens

Son Excellence, Monsieur le Président,

Dans un précédent courrier, nous vous avions fait état de notre préoccupation face à la mise à mal de la démocratie et des droits humains par le régime de Monsieur Alassane Dramane Ouattara, qui a acquis le pouvoir par la force, en violation de la décision en dernier ressort du Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire et qui ne cesse de commettre des exactions sur les populations.
Nous avions fait état des nombreux crimes et surtout des tortures que subissent les prisonniers politiques qui n’ont eu pour seul tort que d’être des partisans de Laurent Gbagbo.
Vous nous aviez alors fait l’honneur de répondre à nos préoccupations en nous promettant de ne ménager aucun effort pour contribuer à rétablir la démocratie en Côte d’Ivoire.
Seulement depuis, les organisations de défense des droits de l’homme, Armisty international, Human Rights’ Watch, ainsi que l’ONU ont abondé dans le même sens dans leurs rapports mettant en cause ces traitements inhumains que subissent les populations ivoiriennes sous ce régime qui reste imperturbablement silencieux et indifférent.
En effet, Monsieur Ouattara, fort de sa victoire par la force, jouit d’une impunité révoltante qu’il entretient également face aux criminels de son camp composé de chasseurs traditionnels ne répondant à aucune norme internationale.
Excellence Monsieur le Président, aujourd’hui vous êtes détenteur du prix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix ; aussi avons-nous l’honneur d’attirer votre bienveillante attention sur le fait que la recherche de la paix en Côte d’Ivoire passe nécessairement par une justice impartiale et non par une justice des vainqueurs de la guerre que la France a mené contre le président constitutionnel sous l’autorité de votre prédécesseur monsieur Nicolas Sarkosy.
Pour tout dire, la réconciliation et la paix en Côte d’Ivoire passent par la libération immédiate des prisonniers politiques illégalement détenus et torturés qui n’ont que trop souffert.
 En notre sens, votre bienveillante recherche de la paix en Côte d’ivoire ne peut trouver  aucune autre issue que leur libération et l’interpellation des criminels que Monsieur Ouattara protège malgré les preuves que l’ONU, Armisty international et Human Rights’ Watch ont apportées. Car il ne peut y voir de paix sans justice.
Excellence, Monsieur le Président, en comptant sur votre humanisme vrai qui ne fait aucune place aux discours vains mais à l’action que nous vous découvrons chaque jour et qui demeure aujourd’hui l’espoir du peuple africain, du peuple ivoirien en particulier, veuillez agréer, Excellence monsieur le Président, l’expression de notre plus haute considération.

        Pour le NPR,
Parti d’opposition ivoirienne
Le président Blaise Pascal LOGBO




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !