Libération des Prisonniers Politiques: Gnénéma Coulibaly nargue les Ivoiriens

Samedi 5 Juillet 2014 - 12:40


Gnénéma Coulibaly nargue les Ivoiriens
Gnénéma Coulibaly nargue les Ivoiriens
La justice, selon Gnénéma coulibaly, n’est pas obligée de suivre les instructions d’Alassane Dramane ouattara au nom de la réconciliation. C’est la réponse donnée hier par le ministre de la Justice à la rédaction du journal le nouveau réveil qui l’a invité. il se prononçait sur la situation des nombreux prisonniers politiques en côte d’ivoire. « La justice ne répond pas aux in- jonctions de Ouattara », sou- tient-t-il relativement aux recommandations du chef de l’etat qui demandait d’accélérer la mise en liberté des détenus politiques. Pour le ministre, si les juges estiment que l’évolution de certains dossiers nécessite la mise en liberté provisoire, ces derniers s’appliqueront. si les juges ne doivent pas obéir aux injonctions de ouattara, alors pourquoi ce dernier donne des instructions dans ce sens lors de ses nombreux conseils de ministre. c’est en fait une façon de dire que les annonces de libération des prisonniers  politiques faites par Ouattara ne doivent pas être prises au sérieux. sur le cas de ces ivoiriens jetés en prison suite à la crise post-électorale, coulibaly Gnénéma refuse de les reconnaitre comme des prisonniers politiques. a l’en croire, ces personnes ont été, soit, prises sur les faits, soit arrêtées après des en- quêtes. il n’est pas question, indique-t-il, de leur coller une étiquette politique ou les lier à un leader politique. « Ceux qui se trouvent en prison actuellement ont été pris, soit en flagrant délit, soit mis en cause à la suite d’une en- quête. Il serait malencontreux de lier la poursuite ou l’incarcération de certaines personnes à une personne ou à leur adhésion poli- tique », conclut le magistrat devenu rebelle en septembre 2002. alors si ces prisonniers ne pas détenus pour des raisons politique ou pour leur soutien à Laurent Gbagbo, pourquoi les pro-Gbagbo se retrouvent-ils en prison pour une crise qui les opposaient aux rebelles pro-ouattara ? coulibaly Gnénéma s’est particulièrement préoccupé du cas journaliste franco-ca- nadien Guy-andré Kieffer , disparu à abidjan, le 16 avril 2004,pour lequel il annonce que de nouvelles auditions seront faites pour, dit-il, faire la lumière sur cette affaire. comme pour Kieffer, le ministre ivoirien a fait la pro- messe d’ouvrir des enquêtes sur le cas Yves lambelin, ex- patron de sifca, qui a été enlevé par des inconnus en armes et tué avec trois autres personnes au novotel à abidjan-Plateau. aussi, le membre du gouvernement ouattara s’est-il prononcé sur le bradage de la nationalité par la naturalisation en masse sur simple déclaration. sur cette vicieuse opération lancée en avril dernier, il a affirmé que 12.000 demandeurs sont souscrits pour acquérir la nationalité ivoirienne.

Benjamin Koré

Source: Notre Voie N° 4757 du vendredi 4 juillet 2014 politique




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !