Libération de Charles Blé Goudé Roselin Bly : «On ne peut pas faire la courbette au régime Ouattara»

En dépit des souffrances endurées par Charles Blé Goudé, sa famille politique, le Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) entend rester digne jusqu’à l’obtention de sa libération.

Vendredi 20 Septembre 2013 - 08:18


Libération de Charles Blé Goudé Roselin Bly : «On ne peut pas faire la courbette au régime Ouattara»
Au cours d’un point de presse hier mercredi 18 septembre à Angré, le président du Comité exécutif de crise (CEC), Roselin Bly s’est voulu très clair : «On ne peut pas faire la courbette au régime Ouattara pour demander la libération de notre leader».  De son avis, il est temps que les dirigeants actuels fassent preuve de courage et « prennent une décision politique » en vue de la libération de Charles Blé Goudé. Il estime que le président du Cojep a beaucoup œuvré pour le retour de la paix. «C’est Blé qui a fait accepter les rebelles par les Ivoiriens, c’est lui qui est à la base de la flamme de la paix », a-t-il cité. Fort de cette expérience, Roselin Bly reste convaincu que le « général de la rue » peut apporter beaucoup au processus de réconciliation qui du reste peine à démarrer. Cette conférence a par ailleurs été le lieu pour le président intérimaire du Cojep de faire le bilan d’une pétition lancée il y a quelques mois pour recueillir 1 million de signatures en vue de la libération de Charles Blé Goudé. Celle-ci, dira-t-il a permis de recueillir 1 459 023 signatures qui seront présentées aux responsables de représentations diplomatiques sur le sol ivoirien. « Nous allons présenter cette pétition aux ambassades pour leur dire que Charles Blé Goudé représente une force dans ce pays et que par conséquent le voir libre pourrait contribuer à donner un coup de pouce à la réconciliation » a promis Roselin Bly. Aussi, le Cojep est-il prêt à s’engager dans le processus de réconciliation mais cela ne serait possible qu’avec son leader en tête. Roselin Bly est également revenu sur l’état de santé de Charles Blé Goudé qui, a-t-il insisté, est « très alarmant ». C’est à juste titre donc qu’il interpelle l’opinion nationale et internationale sur cet état de fait. Avant de revenir sur le cas de Joël Poté, un membre du Cojep rentré en dissidence depuis la prise du « pouvoir » de Roselin Bly. Sur cette affaire, il a simplement expliqué qu’en pareille situation, le comité de discipline est saisi et c’est à lui qu’il revient de prononcer une sanction qui peut aller de la simple mise sous discipline à la radiation du membre. Comme pour dire que l’affaire est encore en suspens.

Par Hermann Djea
Le Nouveau Courrier N° 882 Du Jeudi 19 Septembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !