Lettre ouverte de la FIDHOP à la ministre Kaba Nialé: "Prenez courage et démisionnez !"

Lundi 27 Janvier 2014 - 12:45


Dr BOGA SAKO GERVAIS					 Enseignant-Chercheur à l’Université de Côte d’Ivoire ; Ex-Membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme  de Côte d’Ivoire (CNDHCI) ; Président de la Fondation Ivoirienne pour  Les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP) ; Ecrivain-Essayiste.
Dr BOGA SAKO GERVAIS Enseignant-Chercheur à l’Université de Côte d’Ivoire ; Ex-Membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) ; Président de la Fondation Ivoirienne pour Les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP) ; Ecrivain-Essayiste.
Chère Madame la Ministre Déléguée auprès du Premier Ministre chargée de l’Economie et des Finances,
Nous apprenons par voie de presse (notamment dans le Journal «  Le Démocrate  » du 25/01/2014, que dans la triste affaire de tentative de corruption du journaliste et Directeur général du journal satirique «  L’Eléphant déchaîné  » et impliquant ou mettant en cause votre personne et votre honorabilité, vous auriez enfin répondu à M. TIEMOKO ASSALE, dans des propos aussi laconiques que ceux qui suivent  :
« Vous indiquez que Monsieur Traoré Moussa Ahmed serait venu vous rencontrer à ma demande avec la somme de 500 000 FCFA. J’aimerais en retour vous rassurer que je n’ai envoyé personne vers vous… »
Chère Mme la Ministre Déléguée, confiné dans le doute que vos propos aient pu être tronqués ou déformés ou mal retranscrits par les journalistes, nous nous gardons de les commenter, tellement la légèreté de l’argumentation paraît gravement insultante pour les Ivoiriennes et les Ivoiriens.
Toutefois, la Fondation Ivoirienne pour l’observation et la surveillance des Droits de l’Homme et de la vie Politique (FIDHOP) se trouve dans l’obligation de vous rappeler l’extrême gravité de l’affaire dans laquelle vous vous êtes empêtrée. Il nous plaît également de préciser que personne – nous osons le croire de bonne foi – n’a rien de personnel contre Mme KABA NIALE que beaucoup d’Ivoiriens ne connaissaient d’ailleurs pas avant l’avènement de M. OUATTARA au pouvoir. De même, très peu de citoyens ivoiriens ainsi que de nombreux observateurs internationaux de la politique ivoirienne accordent encore très peu de crédit à nombre de cadres nommés comme vous dans les Gouvernements et dans l’administration ivoirienne par le régime OUATTARA, sur la base du «  rattrapage ethnique  ».
Néanmoins, il s’agit de notre pays, La Côte d’Ivoire  ! Il s’agit de son image qui s’effrite et se ternie chaque jour davantage par ce type de scandales. Que vous coûte-t-il de rendre votre démission (ou de vous «  mettre en congé  »), le temps que vous puissiez vous laver de cette souillure et de cet affront, prouvant ainsi aux Ivoiriennes et aux Ivoiriens que vous étiez bien digne de la haute fonction étatique que vous occupiez jusque-là, grâce à de tristes concours de circonstances  ?
«  Prenez courage et démissionnez  !  »
Car, Chère Mme La Ministre Déléguée, vous avez bien été citée, preuve à l’appui, par le Président de l’Union des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), à qui vous auriez remis la somme de cinq cent mille francs Cfa pour corrompre le patron du journal «  L’Eléphant déchaîné  », en vue d’obtenir de lui «  une trêve  ». Il s’agit donc de la parole de Mme KABA NIALE contre celle de M. TRAORE MOUSSA. De plus, le Conseil National de la Presse (CNP), dont le Président, M. Raphaël LAKPE, a même failli être embarqué dans votre sordide aventure par son intervention en votre faveur, a déjà sanctionné vos présumés intermédiaires et complices.
Si malgré toutes ces preuves accablantes vous osez toujours persister à prétendre être innocente, alors vous devriez porter une plainte contre tous ceux qui vous ont citée, pour diffamation et atteinte à votre honorabilité, afin qu’on sache la vérité.
Mais en attendant, Chère Mme La Ministre Déléguée, les Ivoiriennes et les Ivoiriens ne sauraient continuer de vous ‘’subir’’  : vous ne méritez plus leur confiance, puisque vous semblez prendre à la légère les questions de dignité et d’honorabilité et que vous semblez banaliser le sens de responsabilité.
Et si les dirigeants actuels (de fait) de la République de Côte d’Ivoire tiennent encore à s’assurer un peu de crédibilité dans l’opinion, ils devraient avoir l’audace de ‘’se débarrasser’’ de vous  ; aucun citoyen n’étant indispensable dans le pays  !
Au regard de ce qui précède, LA FIDHOP continue d’exiger la démission immédiate de la Ministre Déléguée auprès du Premier Ministre chargée de l’Economie et des Finances que vous êtes, pour votre implication dans une tentative avérée de corruption de journalistes  !
«  Prenez courage et démissionnez  !  »

Fait à Florence, ITALIE, le 26 Janvier 2014
POUR LA FIDHOP  :


Dr BOGA S. GERVAIS




Tags : Boga Sako, FIDHOP

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !