Lettre ouverte à Toussaint Alain, suite à son interview sur TéléSud, le 10 juin 2013.

Samedi 20 Juillet 2013 - 04:49


Lettre ouverte à Toussaint Alain, suite à son interview sur TéléSud, le 10 juin 2013.
Quand on vous écoute, Toussaint Alain, répondre aux questions d’Adile Farquane sur TéléSud, impossible de douter que vous savez pertinemment qu’Alassane Ouattara n’est à la place où il est que parce que la France l’a voulu. C’est d’ailleurs une vérité connue de tout Ivoirien qui se respecte. On demandait récemment à Ahoua Don Mello s’il croyait « Alassane Ouattara capable de résoudre les problèmes des Ivoiriens ». « C’est, répondit-il en substance, le moindre de ses soucis. Il n’a d’ailleurs pas été installé pour ça. Il n’est là que pour garantir les intérêts de la France dans l’Union monétaire ouest africaine (UEMOA) » (Connectionivoirienne.net 17 juin 2013). C’est dire que nous tous, les Ivoiriens d’un certain âge – disons depuis celui de Bernard Dadié jusqu’au vôtre, par exemple –, nous savons pourquoi Alassane Ouattara est à la place où il est aujourd’hui. Et nous savons aussi comment il y est parvenu. Nous savons de quelle manière frauduleuse il fut d’abord introduit dans le paysage politique ivoirien, en 1990, puis propulsé d’un seul coup jusqu’à la plus haute sphère de l’appareil d’Etat où il fut, comme qui dirait, « prépositionné » en vue, espérait-on, de sa substitution automatique et en douceur à Houphouët lorsque celui-ci, alors au bout du rouleau et de toute façon déjà hors d’usage, disparaîtrait tout à fait. Le but final de la manœuvre étant clairement de nous empêcher, le cas échéant, de choisir nous-mêmes, parmi nous, un successeur au vieux fantoche, et que ce soit quelqu’un sur lequel la France n’aurait pas la même emprise qu’elle a toujours eue sur Houphouët depuis son retournement en 1950.
En 1993, quand Houphouët mourut, le complot fut à deux doigts de réussir et il n’échoua que par une sorte de miracle… Aussi les conspirateurs en conclurent-ils : premièrement, qu’ils ne devaient pas renoncer à leur projet ; deuxièmement, qu’ils n’avaient qu’à attendre de mettre toutes les chances de leur côté, ce qui leur prit une bonne dizaine d’années. Enfin ce fut le 11 avril 2013, et leur triomphe sanglant.
Ce que nous appelons « crise postélectorale » n’était qu’un épisode paroxystique d’un mal qui nous rongeait depuis des décennies. Un mal qui a nom : « houphouétisme ». Qu’est-ce que l’houphouétisme ? C’est un système fondé sur le principe de l’incapacité voulue et organisée des autochtones de telle sorte qu’il ne puisse y avoir en Côte d’Ivoire ni une société civile reconnue comme sujet naturel de sa propre histoire, ni, a fortiori, une société politique, puisque cette dernière ne peut exister comme une réalité tangible là où l’existence de la première est empêchée ou niée. C’est ce qui explique qu’en Côte d’ivoire, les intérêts de carrière d’un seul ont toujours prévalu sur les intérêts du pays et du peuple. Ainsi s’explique aussi l’absence de tout sens à la vie des gens qui leur soit commun, l’idée de quelque chose à bâtir ensemble par eux-mêmes, non pas seulement une économie développée ou « émergente », qui est à la portée de quiconque s’en donne les moyens, qu’il soit naturel du pays ou non, mais un projet citoyen. Chacun s’occupe de faire sa petite pelote, au besoin, voire de préférence, en association avec des étrangers, comme l’exemple en fut continuellement donné par Houphouët lui-même à partir de 1950.
En 1990, l’échec du modèle économique houphouétiste étant devenu patent, tout ce système s’écroula comme un château de cartes. Beaucoup de nos concitoyens étaient alors encore des enfants, et ils n’ont gardé des choses de cette époque cruciale que des souvenirs très vagues. C’est en pensant à eux, à cette jeunesse qui a tant prodigué son sang au service de la patrie ces vingt dernières années, et à seule fin de mettre ces choses à la portée du plus grand nombre possible de nos compatriotes engagés dans la Résistance contre l’état de fait résultant du coup de force franco-onusien du printemps 2011, que j’ai jugé utile de commenter ici votre interview sur TéléSud.

On ne perçoit pas toujours très bien qui a fait quoi

On peut, grosso modo, diviser cette interview en deux parties.
Dans la première, vous dénoncez Ouattara, que vous semblez considérer comme un acteur autonome, agissant de et par lui-même selon ses intérêts propres. Il ne s’agirait donc pas d’un simple instrument entre les mains d’autrui, mais d’un collaborateur, un comparse ou le digne allié de ceux qui, après plusieurs tentatives non abouties de le porter au pouvoir entre 1990 et 2002, réussirent enfin, le 11 avril 2011, à conquérir pour lui la présidence de la République de Côte d’Ivoire. Ce qui justifie tout naturellement que vous l’accusiez nommément d’être le déstabilisateur de la Côte d’Ivoire ; de n’être pas le démocrate qu’il se prétendrait ; de ne pas vouloir désarmer les bandes de mercenaires qui l’aidèrent à s’emparer du pouvoir ; d’avoir livré Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI) ; d’avoir emprisonné beaucoup de ses proches collaborateurs et de ses partisans, et réduit beaucoup d’autres à l’exil ; de livrer une véritable chasse à l’homme aux citoyens qui lui résistent ; etc.. Tous griefs, notez bien, que je partage avec vous sans la moindre réticence, mais dont, contrairement à vous, je n’accuse pas Ouattara seul ni principalement…
Dans la deuxième partie, changeant carrément de cible, vous vous en prenez en toutes lettres et très précisément à « ceux qui [ont] installé [Ouattara] au pouvoir », c’est-à-dire, essentiellement la France, sans d’ailleurs abandonner vos griefs contre lui. Ce que, encore une fois, j’approuve totalement, car nul ne doit être absous des actes répréhensibles commis en son nom et dont il tire avantage, surtout quand, comme ici, c’est en toute connaissance de cause.
Le problème, c’est qu’en vous écoutant, on ne perçoit pas toujours très bien qui a fait quoi, ni de qui nous pourrions et devrions principalement attendre les changements d’attitude susceptibles de hâter, puis de garantir la solution nationale de la crise systémique que vous-même et nous tous, les démocrates et les patriotes ivoiriens, appelons de nos vœux, parfois depuis vingt-cinq ans et plus. Rappelez-vous les doléances de la nation lors des « Journées de dialogue » de septembre 1989, et leurs prolongements dans le rapport de la Commission Assouan Usher. Cette commission instituée à l’initiative d’Houphouët lui-même, mais dont il ne prit même pas la peine d’examiner les suggestions avant de lancer le fameux plan Koumoué Koffi qui fut à l’origine des événements de mars 1990.
Or de deux choses, l’une. Si Ouattara n’est pas une simple marionnette de l’Occident et singulièrement de la France ; s’il a imaginé de lui-même, comme ça un beau jour, nouveau Rastignac, de se lancer à la conquête de la Côte d’Ivoire, bref s’il est au principe de tout, alors il est évidemment juste de lui adresser directement nos récriminations et nos imprécations. C’est ce qu’a fait le président intérimaire du FPI, Sylvain Miaka Ouretto, dans son interview parue initialement dans Notre Voie début janvier, et reprise par Soir Info le 17 juin 2013 : « … c’est (Alassane Ouattara) qui a écrit aux responsables de la Cpi pour leur livrer le président Laurent Gbagbo. (…). Le même chef d’Etat peut écrire pour demander, au nom de la réconciliation, que son frère lui soit ramené. Il peut le faire ». Admettons… Mais si tel n’était pas le cas ? Si ce n’est pas Ouattara, mais la France, qui est au principe de tout, comme je le crois et comme vous l’affirmez avec force dans la dernière partie de votre entretien avec Adile Farquane, et comme le croient et disent tous les patriotes ivoiriens réfléchis, alors c’est vers la France principalement qu’il faut que nous nous tournions…

Ce n’était donc pas moi qui exagérais le rôle de Foccart

Peut-être me rétorquerez-vous que vouloir ne demander de comptes qu’à la France, c’est vouloir dédouaner Ouattara de sa part de responsabilité. On m’a fait le même reproche quand j’ai soutenu, notamment dans « Félix Houphouët et la Côte d’Ivoire. L’envers d’une légende », que dans les drames politiques que notre pays a connus à l’aube de son indépendance, le rôle et la responsabilité d’un Jacques Foccart surpassaient de très loin ceux d’Houphouët. Voici par exemple ce qu’en pensait feu Samba Diarra : « Certains observateurs ont cru voir la main de Jacques Foccart dans les événements de 1963-1964. Il ne s’agit-là que d’une autre thèse qui tente d’exonérer Houphouët-Boigny. Car, s’il est vrai que le secrétaire général des Affaires africaines et malgaches du général de gaulle a attiré à l’époque l’attention d’un certain nombre de chefs d’Etat africains sur la nécessité d’une vigilance particulière eu égard aux risques plausibles de subversion sur le continent, rien ne permet par contre de dire que celui-ci ait fourni au président ivoirien des éléments explicites relatifs à une sédition ourdie par l’intelligentsia et la nomenklatura politique ivoirienne. Bien au contraire, les dirigeants français, dont Jacques Foccart, paraissent avoir été plutôt pris de court et désagréablement surpris par la nature des complots ivoiriens, le nombre et l’identité des acteurs présumés de ces complots. Ce qui explique la vivacité des réactions de la presse française à l’annonce desdits complots, et surtout la vigueur soutenue des pressions exercées par les dirigeants français en vue non seulement de la libération, mais également de la réhabilitation des victimes » (Les Faux complots d’Houphouët-Boigny, pages 234-235). Pourtant, quelques pages plus haut dans son livre, S. Diarra faisait dire à Houphouët, s’adressant à Germain Coffi-Gadeau : « Je m’apprêtais à libérer ces jeunes gens à mon retour d’Addis-Abeba, comme je l’avais promis. Tu sais en effet qu’ils n’ont rien fait. Mais voilà que par vos bêtises, vous vous trouvez au fond du puits, et moi j’ai le dos au mur. (…). C’est une situation créée par les colonialistes. On veut faire de moi un violent, un criminel, un fossoyeur des libertés… » (Idem ; p. 174. Souligné par moi, M.A.).
Ces propos se comprennent mieux quand on les rapproche de ce que le même Houphouët dira, en janvier 1992, pour justifier sa mansuétude envers le général Robert Guéi qu’une commission d’enquête ordonnée par lui-même venait de désigner comme le principal instigateur du raid punitif de la « Firpac » sur la cité universitaire de Yopougon : « Ceux avec qui nous avons lutté pour gagner la première phase de l’indépendance politique, combien sont-ils aujourd’hui aux postes de responsabilité ? Certains sont morts, paix à leur âme. La plupart ont été chassés par ordre des colonialistes. Deux seulement avaient démissionné : Ahidjo (…) et Senghor (…). Il ne reste que votre serviteur. Je suis le seul, à l’heure actuelle. (…). Allez à l’hôtel Ivoire, vous y verrez des anciens chassés du pouvoir, ou leurs familles » (Voir Le Nouvel Horizon, n° 72 du 31 janvier 1992. Souligné par moi, M.A.). Ce qui, en clair, voulait dire que si lui, Houphouët, n’avait pas toujours fait ce que les colonialistes voulaient, quand ils voulaient et comme ils voulaient, ils l’auraient également fait tuer ou chasser du pouvoir. Et qu’il ne fallait donc pas compter sur lui pour châtier quelqu’un qui semblait être en si grande faveur auprès d’eux, fût-il un criminel avéré… : « Le chef d’état-major a les meilleurs diplômes. Il a fréquenté les meilleures écoles. Sa promotion n’a rien à voir avec les événements de Yopougon (Ibid.) ». Reste à savoir comment cet officier dont Laurent Gbagbo, qui l’avait eu comme chef à Korhogo durant son service, dira à cette occasion que c’était « un voyou », et qui avait été relégué à Korhogo pour le punir parce que, du temps où il commandait les sapeurs-pompiers d’Abidjan, il avait permis à son ambitieuse épouse, Rose Doudou Guéi, d’utiliser des véhicules de cette unité pour sa campagne électorale, a fait pour revenir en grâce jusqu’à mériter, dans cette période glauque, d’être vanté par Houphouët lui-même comme un parangon de vertus militaires… Mais laissons cela, car le malheureux, qui devait disparaître tragiquement au lendemain du 19 septembre 2002, n’était qu’un exutoire, un symptôme provoqué artificiellement pour masquer le mal profond qui rongeait la Côte d’Ivoire, et dont on ne souhaitait pas vraiment qu’elle guérisse…
Quant à Foccart, nous savons aujourd’hui de manière irréfutable que c’était lui, et lui seul, qui dirigeait la Côte d’Ivoire quand la plupart d’entre nous croyions bêtement que c’était Félix Houphouët. En effet, d’après la confidence d’un ancien chargé de mission au cabinet de ce dernier au journaliste Didier Dépry, « Le véritable Président de la Côte d’Ivoire, de 1960 jusqu’à la mort d’Houphouët, se nommait Jacques Foccart. Houphouët n’était qu’un vice-président. C’est Foccart qui décidait de tout, en réalité, dans notre pays. Il pouvait dénommer un ministre ou refuser qu’un cadre ivoirien X ou Y soit nommé ministre. C’était lui, le manitou en Côte d’Ivoire. Ses visites étaient régulières à Abidjan et bien souvent Georges Ouégnin [le directeur du protocole sous Houphouët, M.A.] lui cédait son bureau pour recevoir les personnalités dont il voulait tirer les oreilles » (Notre Voie 10 septembre 2011).
Ce n’était donc pas moi qui exagérais le rôle de Foccart, mais S. Diarra qui surestimait celui d’Houphouët. Et il le surestimait parce qu’il ne connaissait de lui que ce que la propagande néocolonialiste en avait dressé après coup. Mais quand on considère la trajectoire d’Houphouët à partir de son soi-disant « repli tactique » jusqu’à son coup d’Etat contre Jean-Baptiste Mockey en septembre 1959 (le faux complot dit du « chat noir »), il apparaît clairement qu’il n’était pas si bien placé pour en imposer à quiconque parmi le personnel politique de la France. Et surtout pas à Jacques Foccart, qui l’avait depuis longtemps dans son collimateur, et qui dut être passablement content de l’avoir enfin à sa merci ! En effet, après la chute de la IVe République en 1958, tandis que l’homme de confiance du général de Gaulle se préparait à devenir l’« homme le plus puissant de France » après son maître, et à prendre en main toute la « politique française » en Afrique, Houphouët, lui, venait de se voir priver brutalement de tous les soutiens dont il bénéficiait jusqu’alors dans la classe politique française en récompense de son retournement. En outre, ayant fixé depuis 1950 sa résidence principale en France, d’où il ne retournait au pays que pour les élections, et ayant de ce fait perdu tout contact avec le pays profond et la masse des militants de son parti, il se trouvait en fait, face à Foccart, non dans la posture d’un terrible prédateur, mais plutôt dans celle d’une proie très facile. (D’après le Dr Amadou Koné, ancien ministre et ancien condamné à mort dans l’affaire dite des « faux complots », auteur de « Houphouët-Boigny et la crise ivoirienne ». Interview à Fraternité Matin du 30 septembre 2003).
Aujourd’hui, nous observons la même tendance à surestimer Alassane Ouattara, la nouvelle marionnette de la France, et à sous-estimer ceux qui, derrière le rideau, mais sans vraiment se cacher, tirent ses grosses ficelles. Ne serait-ce que pour cette raison, il est de notre devoir, à nous qui appelons les Ivoiriens à ne pas se soumettre à cette nouvelle créature du néocolonialisme français, de bien montrer que quand débuta son aventure en 1990, Ouattara n’était pas un nouveau Rastignac qui s’était levé un beau jour, tout seul, pour se lancer à la conquête de la Côte d’Ivoire, et qui avait entrepris ce vaste et dangereux chantier de l’ambition sans la suggestion ni les conseils ni l’aide de personne, sans « intrigues »… D’ailleurs, si ç’avait été le cas, il ne se serait jamais relevé de son échec de 1993. « Sans la propagation massive de la problématique initiée par la charte du Nord et l’éternelle polémique autour de son éligibilité, ADO et ses « FMI boys », auteurs d’une politique impopulaire, auraient sans doute été vite oubliés, y compris au Nord. » (Christophe Sandlar : « Le national-régionalisme de la charte du nord », in Outre-Terre 2005/2 (no 11) ; p. 305).
Dès le début, Ouattara n’était en effet qu’un pion sans volonté propre, que d’autres poussaient sur le damier. Lors de son apparition dans le paysage politique ivoirien, j’avais tout de suite repéré chez lui une absence totale de ce qu’il faut nécessairement à un Rastignac pour réussir : le courage et l’envie de mouiller sa chemise, d’aller au charbon, de mettre les mains dans le cambouis… Pas vraiment son truc ! Lui, il fallait que d’autres abattent d’abord le plus délicat et le plus dangereux du travail : un Camdessus, un Djéni Kobina, un Philippe Yacé, un Lamine Diabaté, un Ibrahim Coulibaly, un Guillaume Soro, un Youssouf Bakayoko, un Philip Carter III, un Young Jin Choi, un Jean-Marc Simon, un Nicolas Sarkozy… Alors seulement, tiré par la main d’une bonne fée blonde et pulpeuse qui se trouvait dans les parages – tout à fait par hasard, n’est-ce pas ? –, celui que ses partisans surnomment abusivement le « brave tchè » osera s’aventurer sur le devant de la scène… On pourrait d’ailleurs produire mille preuves que dans cette farce tragique, le vrai personnage, c’est cette femme, probable créature ad hoc de quelque « service », et que Ouattara, lui, n’y est qu’une nécessité.
De 1990 à 1993 nous avons vu, sous les apparences d’un Premier ministre, chef du gouvernement de notre pays, une espèce de robot politiquement inculte, sans vision, qui récitait mécaniquement les leçons de ses maîtres du FMI, et qui s’imaginait peut-être que gouverner un pays, c’est la même chose que faire le trader. Ce n’était déjà pas un homme d’Etat, et il ne l’est pas devenu. Tout juste un bon sujet pour les dresseurs de fantoches. Et c’est justement pour cela qu’on l’avait jugé tellement propre à prendre la suite d’Houphouët, le parangon du fantochisme.
Devrait-on pour autant tenir Ouattara pour innocent de tous les crimes perpétrés afin de lui permettre de parvenir au poste où il se trouve ? Vous savez déjà ce que j’en pense : nul ne peut ni ne doit être absous des crimes commis en son nom et/ou dont il tire avantage. Mais il y a un échelon au-dessus de Ouattara, et il ne faut pas donner à croire qu’il pourrait s’en affranchir ; qu’il pourrait faire une autre politique que celle qui convient à ceux qui ont bombardé la résidence officielle de nos chefs d’Etat pour lui en ouvrir l’accès. On nous a déjà trop menti, comme disait l’autre ; il ne faut pas en rajouter.

Leur unique mot d’ordre serait : « INDEPENDANCE ! »

Vous le savez évidemment : le seul vrai problème de la Côte d’Ivoire, celui auquel il est absolument impératif de s’attaquer avant d’espérer entrevoir la moindre lueur dans le pot au noir qu’est notre destinée nationale depuis que nous l’avions confiée à un individu veule et cupide comme Félix Houphouët, c’est l’étroitesse et l’opacité de ses rapports avec la France. Est-ce un pays indépendant, un Etat souverain, ou un de ces « territoires d’outremer » que la France s’entête à maintenir sous sa tutelle aux quatre coins du globe, où des gens venus d’ailleurs sont tout tandis que les autochtones, eux, sont privés de leurs droits naturels ? Et si c’est ce qu’elle est, la Côte d’Ivoire est-elle vouée à le rester éternellement ? Et lui serait-il défendu de rêver d’être autre chose un jour ? Et qu’est-ce qui nous obligerait, nous ses citoyens naturels, à accepter un tel destin pour notre patrie ? Si la moitié ou même un quart seulement de ceux qui battent quotidiennement le pavé de Paris et d’Amsterdam depuis deux ans se posaient de telles questions et les examinaient surtout de façon sereine, leur unique mot d’ordre serait : « INDEPENDANCE ! » Parce que l’indépendance une fois acquise, le reste suivrait… Je ne dis pas que ce serait automatique ; je dis que la voie vers l’avenir dont nous rêvons pour nos petits-enfants serait alors ouverte, et qu’il ne dépendrait plus que de nous, de nos efforts, nos sacrifices, notre abnégation, qu’un jour ce rêve devienne la réalité.
Si la Côte d’Ivoire était devenu un pays réellement indépendant et souverain au lendemain du 7 août 1960, d’abord rien de ce qui s’est passé entre le 24 décembre 1999 et le 11 avril 2011 ne serait arrivé et, naturellement, Laurent Gbagbo et les siens ne seraient pas en prison, et il n’y aurait pas tant d’Ivoiriens exilés hors de leur patrie. En remontant le temps, dans les mêmes conditions, en 1990, Alassane Ouattara ne serait jamais devenu Premier ministre d’un pays où il est peut-être né mais dont il ignorait tout, parce qu’il n’y avait guère vécu, qu’il n’y fut jamais scolarisé et qu’il n’y avait jamais travaillé au moment de sa fulgurante promotion. En remontant encore plus loin, la mort tragique d’Ernest Boka ne serait pas restée dans l’histoire comme le banal fait divers qu’Houphouët réussit à la faire paraître ; et l’affaire dite des « faux complots », qui l’avait précédée, aurait eu pour lui, à terme, d’autres sortes de conséquences que celles qu’on a vues.
Certes, même effectivement indépendante, la Côte d’Ivoire n’aurait pas été pour autant à l’abri de drames semblables à ceux qu’elle a connus, voire plus graves, mais elle n’aurait pas été aussi tragiquement démunie de tous moyens d’y faire face avec dignité. Ainsi la tentative d’usurpation du 7 décembre 1993 aurait peut-être eu lieu ; mais, après son échec, celui qui devait en bénéficier aurait été arrêté, inculpé, jugé et condamné pour haute trahison ; et il aurait disparu pour toujours d’une histoire dans laquelle il n’aurait même jamais dû paraître. Dans la même hypothèse, Robert Guéi, après sa défaite et sa fuite, aurait peut-être transformé son village en une sorte de principauté d’où il aurait nargué le gouvernement légitime. Mais celui-ci y serait allé le chercher avec les moyens de l’État, et l’aurait livré à la justice pour sédition ? Bouaké, Korhogo et Man auraient peut-être été envahis un jour par des mercenaires burkinabè déguisés en « forces nouvelles », mais elles auraient été méthodiquement reconquises par l’armée de la nation – pour autant qu’il y en eût vraiment une ! – aidée comme récemment au Mali, ou non par l’armée de terre et l’aviation françaises…
Or ces attentats gravissimes contre notre souveraineté nationale, contre notre dignité, attentats commis, qui plus est, par des gens qu’on disait « les meilleurs élèves d’Houphouët », sont non seulement restés impunis, mais leurs auteurs – Robert Guéi excepté pour cause de décès – ont même été richement récompensés. Et qu’est-ce qui a protégé Alassane Ouattara après son forfait de 1993, Robert Guéi après ses rébellions de 1995 et de 2000, Guillaume Soro et sa bande après le 19 septembre 2002 ? Eh ! bien, c’est l’impuissance absolue de l’« Etat ivoirien », un Etat auquel manquaient les moyens les plus élémentaires de son exercice, notamment une justice, une police et une armée dignes de ces noms. Et qu’est-ce qu’un Etat incapable de s’exercer ? C’est un Etat qui n’existe pas, un Etat « jamais fondé », disait François-Xavier Verschave, bref un Etat fictif. La Côte d’Ivoire indépendante n’est qu’une fiction, et cela depuis le premier jour. Ainsi l’ont voulue Houphouët et Foccart. Mais ce ne sont pas les seuls responsables. Ils ont certes créé cette grande illusion, mais c’est nous tous, en nous comportant devant elle comme si c’était la réalité même, qui l’avons consolidée et pérennisée. En un certain sens, c’est nous qui en avons fait une réalité.
Autour de nous, dans des pays tout proches ou plus éloignés, des peuples ont connu des tragédies plus terribles que notre « coup d’Etat » d’opérette et notre « guerre civile » à la petite semaine… Mais aujourd’hui, au Liberia, en Ouganda, au Ghana, en Ethiopie, au Rwanda, au Sierra Leone, en Angola, l’Etat fonctionne aussi bien que possible et il sait se faire respecter au-dedans comme au-dehors. Pourquoi notre Côte d’Ivoire, naguère présentée comme un modèle de stabilité politique et de paix sociale, n’arrive-t-elle toujours pas à surmonter une crise infiniment moins grave que celles auxquelles ces pays-là ont pu survivre sans l’aide d’aucune « force Licorne » ni d’aucun « facilitateur » ? C’est parce que la Côte d’Ivoire ne s’appartient pas. C’est parce que depuis toujours des agents français y font la pluie et le beau temps, tandis que nous, ses habitants naturels, qui normalement devrions en être les citoyens et le souverain collectif, nous y comptons à peu près pour rien. Et à cet égard rien n’a changé après le 11 avril 2001, au contraire !
Voilà pourquoi c’est principalement à la France, et non à sa nouvelle marionnette, qu’il faut que nous nous adressions. Mais que ce ne soit pas, je tiens à le préciser, avec le sentiment illusoire d’aller vers des amis compréhensifs et compatissants, ainsi que vous le suggérez lorsque vous parlez de « nos amis du Quai d’Orsay et de l’Elysée ». Car ni nous ni notre pauvre patrie n’avons des amis au Quai d’Orsay ou à l’Elysée. A peine y trouverions-nous, et encore avec beaucoup de chance, des interlocuteurs qui nous respectent. Il n’y a jamais eu en Côte d’Ivoire personne que la France ait vraiment considéré ou traité comme son ami. Même pas Félix Houphouët, malgré tout ce qu’on raconte au sujet de sa prétendue relation privilégiée avec la France. J’en veux pour témoin l’officieux Jean-Pierre Dozon, l’auteur de « Frères et sujets » dans lequel se trouve (p. 257) cet intéressant constat : « Sous l’apparence d’une grande famille fraternelle et solidaire, se perpétuaient en réalité des rapports de sujétion (…). Il fut tout à fait symptomatique qu’alors qu’Houphouët-Boigny jouait avec beaucoup de zèle le jeu de l’Etat franco-africain en faisant baptiser les plus belles artères d’Abidjan du nom des grands dirigeants de la Ve République (…), nul ne songea au sein de la classe politique française à rendre la pareille à l’illustre défunt. (…) cet oubli devait rappeler qu’en dépit de ce qu’Houphouët-Boigny représenta au sein de l’Etat franco-africain, la France ne pouvait véritablement en faire l’un des siens, n’ayant jamais assumé jusqu’au bout ses velléités assimilationnistes. » Mais, quoi qu’il en soit réellement des relations d’Houphouët et de ses maîtres parisiens, une chose est certaine : la France n’a aucun ami parmi les patriotes et les anticolonialistes ivoiriens conséquents. En revanche, elle possède dans notre pays des intérêts considérables de toutes sortes. Ce sont ces intérêts, et eux seuls, qui dictent sa politique vis-à-vis de nous…
L’ironie, c’est que du fait de leur importance et de leur complexité, ces intérêts pèsent aussi en retour, nécessairement, sur l’attitude que nous devons avoir vis-à-vis de la France : rien ne nous oblige formellement à les privilégier au détriment des nôtres propres mais, en gens responsables, nous n’en sommes pas moins tenus de les respecter scrupuleusement tant que le rapport de nos forces et des forces dont la France dispose sur notre territoire demeurera à son avantage. Ce qui revient à dire – mais ai-je vraiment besoin de le préciser ? – que notre objectif primordial doit être le renversement de ce rapport de forces ou, à tout le moins, son équilibrage. Tel est le but sacré de notre engagement de citoyens et de démocrates ivoiriens.
Aussi, et puisque chacune de nos interventions est un appel à nos compatriotes pour les inciter à créer les conditions d’un vrai changement politique dans notre pays, avons-nous le devoir de leur exposer le plus clairement possible, sans faux-fuyants ni subterfuges ni euphémismes, la véritable nature et les vrais enjeux de cette crise, ainsi que cet objectif final de notre engagement ainsi que les voies et les moyens de l’atteindre le plus sûrement et le plus rapidement possible. Je suis sûr que vous êtes pleinement d’accord avec cet énoncé. Si j’en avais douté, je ne vous aurais pas adressé cette lettre.

A vous donc, estimé compagnon Toussaint Alain, Salut et fraternité !

Marcel Amondji
Vendredi 19 Juillet 2013
Marcel Amondji

Accueil




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !