Lettre ouverte à MANUEL VALLS

Mercredi 19 Février 2014 - 02:50


LETTRE OUVERTE A MANUEL VALLS

A monsieur Manuel Valls Ministre de l’intérieur de la République française
PLACE BEAUVAU 75008 PARIS,


Les liens qui unissent nos pays la France et la Côte d’ivoire, liens construits à travers le temps et l’histoire, ont uni et façonné nos deux peuples. Mais tout récemment, cette belle idylle a été mise à mal par l’intervention militaire de la France en Côte d’ivoire, intervention qui s’est achevée par le renversement du Président Laurent Gbagbo, l’emprisonnement de ses proches collaborateurs ainsi que de son épouse et son fils, ainsi que des personnes détenus dans des conditions inhumaines et dégradantes. L’on a coutume de dire que « le silence devant le crime a ses degrés de responsabilités dans le crime commis ». Nous aimerions à travers ce principe que fonde l’universalisme des droits de l’homme, et qui a pour corollaires, le droit à la différence, la liberté de pensée, la liberté d’opinion, vous signifier que ces principes qui fondent une véritable démocratie sont aujourd’hui bafoués en Côte d’ivoire, pays où l’impunité et les violations des droits élémentaires de la personne se sont généralisées et devenues légion. Notre inquiétude est d’autant plus grande que lors d’une tournée aux préfectures, vous avez offert 500 revolvers à votre homologue ivoirien Ahmed Bakayoko. Quand on tient compte de la situation sécuritaire déplorable qui prévaut en Côte d’ivoire, où l’insécurité s’est généralisée, de même que les risques perceptibles d’implosion, l’emploi à des fins nocives de telles armes est assez patent. Il convient de remarquer que la perspective des élections présidentielles en 2015, dans un Etat où les chefs de guerre font la loi, la possibilité de réprimer et mater une éventuelle contestation en cas de fraude massive nous inquiète. Vous n’êtes pas sans ignorer que des chefs de guerre ont été promus au rang de préfets de région, chefs de guerre qui torturent et terrorisent et sévissent sur les populations. Vous rappelant que le socialisme que nous avons en héritage, legs du pacifiste Jean Jaurès, prône cette humaine fraternité, contrairement à la ségrégation ethno-religieuse pratiquée par le régime d’Alassane Dramane Ouattara. C’est devant de tels dangers qui nous guettent, que nous vous interpellons, afin de demander la libération des prisonniers politiques en Côte d’ivoire, ainsi que des personnes arbitrairement détenues , car comme l’affirmait Voltaire « il vaut mieux se hasarder de sauver un coupable plutôt que de condamner un innocent ».

Madame Christine Zekou Porte-parole du CODESCI

 PARIS LE 11 JANVIER 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !