Les producteurs ivoiriens de cacao gagnent en moyenne 91 centimes Suisses par jour

CIVOX.NET
Samedi 25 Février 2017 - 13:23


 

Les producteurs ivoiriens de cacao gagnent en moyenne 91 centimes par jour et vivent en dessous du seuil local de pauvreté. La multinationale zurichoise promet d'agir pour améliorer leur sort, mais son plan risque de faire baisser les prix

  • Au taux de change du jour, un producteur des fèves de cacao en Côte d'Ivoire gagne 91 centimes suisses par jour. Cette situation concerne 700?000 paysans dont dépendent directement cinq millions des membres de leurs familles. Ce pays d'Afrique de l'ouest est premier producteur mondial - 1750 tonnes par année, soit 42% -, d'une matière première qui est à la base d'une industrie chocolatière multimilliardaire aux Etats-Unis et en Europe. La côte d'Ivoire compte 24 millions d'habitants et le PIB par habitant est de 1500 francs par an.

Ce constat est dressé dans une étude menée conjointement par le premier chocolatier suisse Barry Callebaut et l'Agence française de développement et qui a été publiée cette semaine. Les auteurs affirment que «malgré le nombre croissant de projets d'aide au développement destinés à ce secteur, la plupart des producteurs ivoiriens de cacao vivent toujours très au-dessous du seuil de pauvreté». Ils soulignent aussi que les communautés cacaoyères sont souvent dépourvues de services et d'infrastructures de base telles que les écoles, les centres de santé ou encore des puits d'eau potable.

Autoflagellation?

De l'autoflagellation de la part de Barry Callebaut qui s'approvisionne jusqu'à 25% de ses besoins en cacao en Côte d'Ivoire et qui se dit engagée depuis plusieurs années à améliorer le sort de producteurs? «En publiant cette étude, nous jouons la carte de la transparence, déclare un porte-parole de la multinationale sise à Zurich. Désormais, elle constitue le point de départ d'une série d'activités visant à améliorer la situation.» Dans le cadre de sa stratégie baptisée «Forever Chocolate», Barry Callebaut veut sortir 500?000 producteurs de la misère. «Nous publierons chaque année un rapport sur les progrès accomplis», promet-il.

 

Pour le géant chocolatier suisse, la solution passe par l'amélioration du rendement des plantations en renouvelant les cacaoyers, en utilisant les fertilisants et aussi en améliorant l'accès aux financements. Le comble de l'ironie est que le pays connaît à présent une surproduction et depuis novembre 2016, les producteurs qui n'arrivent pas à écouler leurs récoltes, sont en colère. Début janvier, plusieurs dizaines des camions chargés de sacs de la fève sont bloqués près du port d'Abidjan. L'AFP rapportait aussi que des montagnes de sacs remplis étaient exposées aux aléas du temps, faute d'avoir trouvé des repreneurs. La semaine passée, la police a dispersé une manifestation des producteurs mécontents.

Surproduction

La surproduction ne concerne pas que la Côte d'Ivoire. Elle est mondiale, raison pour laquelle, les cours sont baissiers. Vendredi, la tonne valait 2067 dollars, contre 2900 une année plus tôt.

Dès lors, l'initiative Forever Chocolate ne va-t-elle pas encore aggraver la surproduction et faire baisser davantage les prix au profit de gros acheteurs comme Barry Callebaut? «Les prix ne dépendent pas uniquement de l'offre, mais d'une multitude des facteurs, répond le porte-parole. En revanche, il est certain que les paysans ivoiriens n'augmenteront pas leurs revenus s'ils ne produisent pas davantage.»
letemps.ch/e - Publié le: 25-02-2017 - Mise-à-jour le: 25-02-2017 - Auteur: letemps.ch/e





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA