Les pro-Gbagbo « affinent » un document sur la nouvelle CEI ivoirienne

Vendredi 18 Avril 2014 - 16:31


Abidjan - La nouvelle plate forme de la coalition de l’opposition ivoirienne, menée par le Front populaire ivoirien (FPI, le parti de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo), a annoncé, jeudi, qu’elle est « en train d’affiner » un document sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI).

« L'Alliance ne partage pas du tout le point de vu du gouvernement concernant les propositions faites » pour la réforme de la CEI, a déclaré Bertin Ganin, le Secrétaire exécutif de l'Alliance, la coalition d'une douzaine de partis politiques proches de l'ancien président Laurent Gbagbo.

« Nous sommes donc en train d'affiner un document qui est pratiquement achevé et la quintessence de tout ce que l'Alliance aura dit dans ce document vous sera communiqué lors d'une conférence de presse le mercredi prochain », a ajouté M. Ganin à l'issue d'une réunion de plus de 2 heures au siège du Parti ivoirien des travailleurs (PIT) à Adjamé (Centre d'Abidjan) et à laquelle a participé, Pascal Affi N'guessan, le Président du FPI.

« Nous sommes ouverts, prêts à reprendre le dialogue (...) », avait déclaré, mardi, le Président du FPI, Pascal Affi N'guessan au terme d'une rencontre avec la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), Aïchatou Mindaoudou.

Selon M. Affi N'guessan, il faut cependant que « le pouvoir pose des actes qui montrent qu'il a envie de discuter». «Il faut que nous ayons l'assurance que ce sera un dialogue franc », avait conclu M. Affi N'guessan.

Après le transfèrement de Charles Blé Goudé, ex-leader des jeunes patriotes, farouches partisans de Laurent Gbagbo, le pouvoir et l'opposition se sont mutuellement accusés de rompre de façon unilatérale le dialogue politique.

De plus, l'opposition a initié une campagne de boycott de l'opération de recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) lancée par le gouvernement le 17 mars dernier, estimant que le pouvoir veut exercer un passage en force en vue de la présidentielle d'octobre 2015.

La réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) annoncée la semaine dernière par le gouvernement ivoirien et dont les membres passent de 31 à 13 membres, constitue également une autre pomme de discorde entre le pouvoir et la coalition de l'opposition menée par le FPI.

LS/APA


Publié le jeudi 17 avril 2014  |  APA




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !