Les pleurs de Dee Lee, un Américain Blanc, pour ses frères Noirs.Par LEGBOZAGNON Richard, politologue

Vendredi 26 Octobre 2012 - 09:27


Les pleurs de Dee Lee, un Américain Blanc, pour ses frères Noirs.Par LEGBOZAGNON Richard, politologue
Monsieur Dee Lee, un Américain Blanc, a osé, un matin, sur les ondes d’une station radio de la ville de New York, pleurer pour ses frères Noirs de toute origine, en ces termes  : ‘‘Les Noirs ne lisent pas et resteront toujours nos esclaves’’. J’avoue n’avoir pas écouté Dee Lee en direct. Mais un ami Africain Noir qui l’a écouté m’a transmis, après une traduction que je me suis permis de continuer, le torrent des larmes de Dee Lee, mon frère Blanc. Je me permets alors, pour ne pas être de ceux dont il parle à la fin de ses pleurs, de partager le sentiment que m’a laissé les pleurs de mon frère  : un sentiment d’indignité, de pitié pour moi et pour certains de ma race qui n’ont même pas lu le discours de Sarkozy, le président de la France, à Dakar, au Sénégal, donc en Afrique, sur le contient d’origine de tous les Noirs. Pour rappel, Sarkozy disait, ce 26 juillet 2007  : «L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire… L’homme reste immobile au milieu d’un ordre immuable, où tout semble être écrit d’avance. Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin. Le problème de l’Afrique, il est là». Oui, monsieur Sarkozy, le problème de l’Africain Noir est effectivement là. Et il ne serait plus là si l’homme Africain lisait, écoutait, pour décider pour lui et par lui-même. Et alors, il n’y aurait pas eu des Mobutu pour livrer des Lumumba, il n’y aurait plus des Compaoré pour assassiner des Sankara, il n’y aurait plus des Ouattara pour se mettre, de façon servile, au service de ta France, en te permettant de tuer par milliers ceux qu’ils appellent leurs peuples.
Bref, que dit Dee Lee, mon frère Blanc, dans son élégie ou ‘‘Huiégo’’ ou ‘’Logbotou Wéli’’?
<<Nous pouvons encore continuer à récolter des profits des Noirs sans effort physique de notre part. Regardez les méthodes actuelles de maintien dans l'esclavage qu'ils s'imposent eux-mêmes : IGNORANCE, AVIDITÉ et ÉGOÏSME.
1. Leur IGNORANCE constitue la première arme de ce maintien en esclavage. Un grand homme, une fois, déclara   «la meilleure façon de cacher quelque chose à un Noir est de le mettre dans un livre». Nous vivons actuellement à l'Age de l'Information. Ils ont l'opportunité de lire n'importe quel livre sur quelque sujet que ce soit en rapport avec leurs efforts de lutte pour la liberté, mais ils refusent de lire.
Il y a d'innombrables livres facilement disponibles à Borders, à Barnes & Noble, à Amazon.com sans mentionner les librairies spécialisées pour Noirs qui fournissent des œuvres de grande valeur susceptibles de leur permettre d'atteindre une certaine équité économique (qui devrait être en fait intégrée à leur lutte) mais peu d'entre eux lisent de façon soutenue, si jamais ils lisent, ils gardent les informations pour eux-mêmes, et, ensuite, ils n'écrivent pas pour leur progéniture {ceux d'Afrique cachent les recettes de leurs ancêtres à leurs descendants préférant mourir avec. Les Noirs refusent catégoriquement les religions de leurs propres Ancêtres; leurs propres prophètes oubliés}.

2. L'AVIDITÉ est une autre puissante arme de contention. Les Noirs, depuis l'abolition de l'esclavage, ont eu de grandes sommes d'argent à leur disposition.
L'an dernier, seulement pour la période des fêtes de Noël et de fin d'année, ils ont dépensé10 milliards de dollars des 450 milliards de dollars qui représentent leur revenu annuel (2,22%). N'importe qui d'entre nous peut les (Noirs) utiliser comme un marché cible pour quelque entreprise que ce soit. Ils viendront toujours y consommer.
Étant principalement des consommateurs, ils agissent par avidité, poussés par le plaisir et le désir de toujours posséder. Ils veulent toujours en posséder davantage sans penser le moins du monde à épargner pour la progéniture ou à investir pour les générations suivantes. Au lieu de démarrer une entreprise ils penseront de préférence à s'acheter de nouvelles paires de chaussures très chères.
Certains d'entre eux vont jusqu'à négliger leurs propres enfants pour se procurer les tout derniers modèles... TOMMY ou FUBU. Ils pensent jusqu'à présent que rouler en Mercedes et vivre dans une grande maison leur octroie un certain «statut» ou qu'ils ont réalisé le Rêve Américain. Ils sont fous!
De l'Europe, des USA, d'Afrique ...ils sont tous les mêmes! La majorité de leurs frères croupit encore dans la misère parce que leur avidité les empêche collectivement de constituer un lobby financier pour une meilleure communauté. Avec l'aide de BET (Black Entertainment Tonight, (une chaîne de télévision pour Noirs (ndlt)), et d'autres media télévisés du même genre qui leur apportent des images destructives dans leurs propres foyers, nous continuerons à tirer d'eux d'immenses profits comme ceux gagnés par TOMMY et NIKE (Tommy Hillfiger les a même insultés, déclarant qu'il ne voulait pas de leur argent. Voyez cependant combien ils dépensent encore plus dans ses produits comme jamais ils ne l'ont fait auparavant!) Ils continueront de s'exhiber ainsi les uns devant les autres pendant que nous autres (Blancs) nous construirons une communauté plus forte à partir des profits que nous réalisons d'eux...

 
3. L'ÉGOÏSME  est enraciné en eux depuis les temps de l'esclavage et l'époque coloniale, et c'est l'une des principales manières à travers lesquelles nous continuons à les y maintenir. L'un des leurs, Dubois, disait dans un livre, «le Dixième des Talents» (1/10), qu'il existait une désunion viscérale dans leur culture. Il était précis dans ses déductions qui stipulent qu'il y avait des éléments épars de leur culture qui avaient atteint une certaine forme de succès. Cependant, cette partie n'a pas bénéficié de l'amplitude de son œuvre. Ils n'ont pas lu que «le Dixième des Talents» se donnait pour mission de leur permettre d'aider les 90% sans talents d'atteindre une meilleure qualité de vie.
Au contraire ces éléments ont créé une nouvelle catégorie de classe, la classe Buppie (que nous traduirions par parvenus), et ils regardent de haut les leurs ou bien les aident avec condescendance. La seule culture qui prend l'ascension chez eux c'est la culture de ramassage et de cueillette qui est nourrie par la semence de Caïn, frère d’Abel «le nivellement vers le bas».
Leur ÉGOÏSME ne leur permet pas de travailler ensemble sur des projets pour atteindre des réalisations communes. Ils ne réaliseront jamais ce que nous avons accompli. Quand ils se mettent ensemble, ils laissent leur ego dominer leurs objectifs communs. Donc leurs prétendues organisations d'aide et de charité (...) semblent seulement promouvoir leurs noms sans apporter de réels changements au sein de la communauté. Ils sont heureux de siéger dans des conférences ou des conventions dans nos hôtels (Sheraton, Intercontinental, ..., discutant au sujet de ce qu'ils projettent de faire tout en récompensant par des plaques d'honneur et des titres les meilleurs orateurs mais non les meilleurs réalisateurs (ceux qui, en fait, agissent).
Y aura-t-il une fin à leur ÉGOÏSME? Ils refusent obstinément de se rendre compte que, unis, ils pourraient accomplir beaucoup plus : TOGETHER EACH ACHIEVES MORE (TEAM) Ils ne comprennent pas qu'il n'y a pas mieux que des entités individuelles mises ensemble pour contribuer à une œuvre commune.
En réalité beaucoup de ces Buppies {des parvenus} ne se rendent pas compte que «une seule signature suffit pour qu'ils redeviennent pauvres» et que deux chèques de paie les séparent de la pauvreté (ils sont à deux mois de salaire de la pauvreté). Et que tout cela est contrôlé par les plumes des Blancs et leurs bureaux (une simple signature suffit!! (ndlt)). Ainsi donc, nous continuerons à les maintenir dans cet état
a. aussi longtemps qu'ils refuseront de lire et partager l'information;
b. aussi longtemps qu'ils continueront d'acheter tout ce qu'ils veulent pour satisfaire leur avidité de posséder;
c. et aussi longtemps qu'ils continueront de penser qu'ils «aident» leurs communautés en payant des cotisations à des organisations qui ne font pas plus que tenir d'extravagantes conventions dans nos hôtels.
En passant, ne vous inquiétez pas qu'ils puissent lire cet article. Rappelez-vous : ILS NE LISENT PAS. S'ils lisaient, ça ne ferait rien, ils sont amnésiques, c'est-à-dire ils oublient vite (pour eux le bourreau et la victime ont la même fosse)...
D'autre part, je parie qu'ils préfèreront garder cet article pour eux après lecture, plutôt que de partager avec les autres... Sauf bien sur pour quelques-uns d'entre eux qui ont compris!>>

Ouf! Qu’avez-vous ressenti en écoutant pleurer ainsi Dee Lee, mon frère Blanc? Et après l’avoir écouté, que suis-je selon vous? Masochiste (qui aime se faire mal, en écoutant un Blanc, peut-être raciste, l’insulter)? Sadique qui aime faire mal aux autres, en permettant à un Blanc de les insulter)? Eveilleur de conscience? Moi, j’ai une certitude  : j’ai mal à mon Afrique, au point que je suis à me demander si mon père, qui a accepté qu’un prêtre catholique Blanc me scolarise, m’a rendu service, véritablement. Mais, tout ce que Dieu fait est bon! Surtout que je constate que le dernier rapport de l’ONU sur les ‘‘pro Gbagbo’’ a été lu par beaucoup d’Africains, dont des Ivoiriens, pour en déceler la fausseté et la manipulation.

Par LEGBOZAGNON Richard, politologue





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !