Les élections locales fixées au 21 Avril : Ouattara exclut le FPI

Jeudi 14 Février 2013 - 09:59


Les élections locales fixées au 21 Avril : Ouattara exclut le FPI
Les élections locales auront lieu le 21 avril 2013. L’annonce a été faite hier au sortir du conseil des ministres par le ministre Koné Bruno, porte-parole du gouvernement. Les élections concernent les régionales et les municipales qui se feront concomitamment. L’ouverture de la campagne est fixée au 5 avril et elle prendra fin le 19 avril à minuit. Les candidats auront donc 15 jours francs pour convaincre les électeurs à voter pour eux.
Les élections locales initialement privues le 24 février avaient été reportées pour, avait clairement indiqué Alassane Ouattara, engager des négociations avec l’opposition afin de permettre à celle-ci d’y participer. C’est dans ce cadre que depuis deux semaines le chef du gouvernement, Kablan Duncan a engagé avec le Fpi des négociations. Ces négociations sont encore en cours et n’ont à ce jour connu aucune avancée notable par rapport aux préoccupations que la haute direction du Fpi avait énoncées. A savoir, la libération de tous les prisonniers politiques avec en tête le président Gbagbo ; le retour de tous les exilés politiques ; la restitution de tous les biens des pro-Gbagbo et le dégel de leurs avoirs ; le retrait des supplétifs Frci et les Dozo de tout le territoire national et leur désarmement ; enfin la recomposition de la commission électorale indépendante (Cei). Cependant le président par intérim du Fpi Miaka Oureto et ses camarades ont clairement indiqué que c’est la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés qui ouvriraient la porte aux négociations sur leur participation aux élections. Pour tout dire, le fpi a proposé une loi d’amnistie. Ce qui permettrait de régler d’un trait tous ces problèmes.
On se souvient que sur la question des prisonniers politiques, le gouvernement avait indiqué que c’était une affaire de justice. Par conséquent, il avait mis la question de l’amnistie à la fin de la procédure judiciaire. Les deux partis ont pris le parti de continuer les négociations. C’est dans ce contexte que le gouvernement, contre toute attente a fixé hier, de façon unilatérale la nouvelle date des élections locales. « La population a des attentes. Ces attentes c’est que le pays fonctionne. Bien entendu le souhait du chef de l’Etat c’est que tous les partis participent aux élections. Mais nous n’allons pas passer notre temps à discuter », a expliqué le ministre Koné Bruno.
En refusant donc d’attendre de parvenir à un accord avec le Fpi avant de fixer la date des élections locales.

Boga Sivori

bogasivo@yahoo.fr


Publié le jeudi 14 fevrier 2013  |  Notre Voie




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !