Le rattrapage ethnique et le complexe des listes

Samedi 2 Juin 2012 - 08:21


Le rattrapage ethnique et le complexe des listes
A la question d’Alain Foka qui l’aiguillonnait sur sa notion de rattrapage ethnique dans la dernière interview qu’il a accordée à RFI, Alassane Ouattara a dit que cette notion n’avait pas de sens. Au fond, nous partageons tous ce dernier jugement. On ne fait pas de rattrapage ethnique dans une République. Si tous ceux qui ont un sens élémentaire de l’Etat reviennent régulièrement sur cette question, c’est parce qu’ils n’arrivaient pas à comprendre pourquoi Dramane Ouattara, le contempteur de la notion d’ivoirité a pu sortir une telle énormité. Contre tous ceux qui voulurent le défendre maladroitement en justifiant l’injustifiable, il venait de reconnaitre lui-même n’avoir rien dit de sensé. En revanche une chose est de revenir dans la République et une autre est de croire en ses valeurs. Une chose est de revenir sur des propos qui ont soulevé une vague d’indignations feignant de renoncer aux détours d’une interview, à ses engagements et une autre est d’y mettre fin réellement dans la pratique. Nombreux sont les Ivoiriens qui, dans les administrations publiques et privées, se plaignent des ravages que fait le rattrapage ethnique. Les recrutements, les nominations, les promotions sont tous ciblés et orientés en faveur d’une seule catégorie de la population ivoirienne. Dans nos salons, autour de nos bières, nous nous plaignons du déséquilibre que le régime de Dramane Ouattara introduit dans notre société. On n’a pas tort. D’aucuns diront qu’on n’a pas les preuves de ce qu’on avance sur cette pratique. Mais en fait, en avons-nous besoin ? Acculé par les questions d’Alain Foka, Dramane Ouattara a avoué avoir intégré une dizaine de milliers de combattants dans l’armée nationale. Cette armée qui comptait approximativement 20 000 éléments sous Laurent Gbagbo a donc été rénovée à plus 60% surtout si on considère qu’une bonne partie de l’effectif initial se retrouve en exil. Dramane Ouattara a-t-il publié quelque part la liste de ces 10 000 nouveaux soldats ivoiriens ? Dans une République, c’est par cette pratique de la transparence qu’un gouvernement montre son caractère républicain. Sinon, comment fait-on pour savoir qu’il n’a pas déséquilibré ou rattrapé l’armée nationale ? Il est actuellement question de près de 5800 étudiants renvoyés de l’université. Pour savoir si vous êtes concernés par le renvoi, la pratique consiste à renseigner votre numéro de carte d’étudiant sur le net et attendre qu’il soit rejeté. Vous êtes seul à savoir que vous êtes renvoyé et vous n’avez pas d’autres moyens pour savoir si d’autres sont dans votre cas. Du coup, puisqu’il n’y a pas de liste, personne ne peut vérifier le nombre exact de renvoyés et les critères qui ont réellement prévalu à cette purge. Face à la vague de plaintes, on se demande s’ils ne sont pas tous renvoyés ou si ceux qui le sont, le sont vraiment sur la base de critères académiques ?


Joseph Marat





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !