Le problème d'éligibilité, un boulet au pied de Dramane Ouattara

Vendredi 10 Janvier 2014 - 06:06


C’est vraiment incroyable ce qui se passe en Côte D’Ivoire depuis 2002.Des bandes criminelles organisées et armées par Alassane Dramane Ouattara sont descendues du Burkina Faso pour attaquer notre pays, s’emparer du pouvoir d’état par la terreur et dans le sang, semer la désolation dans nos villes et dans nos villages, détruire le tissu économique et social de notre pays, diviser et opposer nos populations, briser l’élan démocratique de notre nation, mettre en place une dictature ubuesque qui continue d’hypothéquer dangereusement le destin de plusieurs générations.

Si aujourd’hui les Ivoiriens dans leur immense majorité sont convaincus que la fin de ce régime du crime, du mensonge et de l’imposture ne saurait tarder, beaucoup se demandent cependant comment cela se produira.Ils sont en effet très peu, ceux qui savent déjà ce qui attend ce régime liberticide et antidémocratque.Quant à notre niveau, divers schémas sont envisageables, de l’hypothèse de la mort subite avant le scrutin présidentiel de 2015 (n’oublions pas que Dramane est très gravement malade et constamment sous la menace d’un arrêt cardiaque), à la probabilité d’une mort violente (Dramane peut en effet mourir à tout moment comme il a vécu: lâchement et surtout violemment).

Cependant, l’adversaire la plus implacable devant laquelle, très bientôt, le dictateur mossi pourrait être totalement désarmé et impuissant, est sans conteste la Loi fondamentale de la Côte D’Ivoire, la Constitution.Il est vrai que régulièrement le régime a froissé tout ce qui ne l’arrange pas.Mais cette fois tout porte à croire qu’avec le nouveau contexte national et international qui s’est mis en place, il ne peut plus continuer à jouer à ce jeu aujourd’hui.

Alassane Dramane Ouattara a en effet un gros problème de papier et de nationalité qui reste toujours posé.La grave crise ivoirienne qui perdure tire ses racines de ce débat qui n’a jamais été véritablement vidé pendant que des problèmes de tous ordres s’accumulent chaque jour et que le pays sombre.

La transition militaire qui, après le renversement de Henri Konan Bédié a duré de 1999 à 2000 sous le régime du Général Robert Guéï a certainement eu ses tares, mais elle a aussi eu le mérite d'avoir été une période d’une très grande densité politique avec la rédaction d’une nouvelle Constitution par la Commission Consultative Constitutionnelle et Électorale (CCCE) qui avait pour objectif de promouvoir une modernisation réelle de la vie politique ivoirienne et le respect des principes démocratiques.

En remplacement de la Constitution du 03 novembre 1960, cette nouvelle Constitution, votée à 83% le 23 juillet 2000, est entrée en vigueur le 1er août de la même année, marquant ainsi l’avènement de la Deuxième République.On se rappelle que lors des élections présidentielles d’octobre 2000 et sur la base de cette Constitution, la candidature d’Alassane Dramane Ouattara avait été invalidée par la Cour suprême pour cause de "nationalité douteuse, faux et usage de faux sur la filiation”.

L’on se rapelle aussi que c’est sur insistance du Médiateur, le président sud-africain Thabo MBéki que le président Laurent Gbagbo, vainqueur du scrutin présidentiel de 2000, a signé l’Accord de Prétoria qui autorisait Dramane Ouattara à se présenter à titre exceptionnel à l’élection présidentielle initialement prévue en 2005 puis reportée en 2010 pour cause d’instabilité.

Dans le discours qu’il a prononcé le 28 avril 2005, pour expliquer sa décision d’activer l’article 48 de la Constitution afin d’autoriser de manière exceptionnelle la candidature d’Alassane Dramane Ouattara à l’élection présidentielle, Laurent Gbagbo avait dit ceci: < Uniquement pour l’élection présidentielle d’octobre 2005 conformément à la lettre du Médiateur sud africain, les candidats présentés par les partis politiques signataires de l’Accord de Marcoussis sont éligibles. En conséquence, Monsieur Alassane Dramane Ouattara peut, s’il le désire, présenter sa candidature à l’élection présidentielle de 2005>.

Cette importante mesure exceptionnelle qui ne concernait exclusivement que le scrutin présidentiel de 2005, finalement organisé en 2010, avait été prise par le président Laurent Gbagbo pour ramener la paix et la stabilité en Côte D’Ivoire.D’où vient-il donc que le régime RDR la prenne maintenant comme une reconnaissance définitive de la nationalité ivoirienne à Dramane Ouattara? D’où vient-il que Dramane Ouattara se proclame-il déjà candidat pour 2015 alors qu’il est forclos au regard de la Constitution qui est toujours en vigueur?

Comme on le voit donc, malgré son hold up électoral et malgré les massacres qui ont marqué son arrivée au pouvoir en avril 2011, Alassane Dramane Ouattara continue de traîner au pied le gros boulet de l’article 35 qui, dans l’état actuel des choses, ne lui permet toujours pas de se présenter à un scrutin présidentiel en Côte D’Ivoire.Le RDR tente pour l’instant de fuir ce débat pertinent alors que ce parti a appelé en 2000 à voter cette Constitution.Nous comprenons alors pourquoi le régime Ouattara est entré en transe face aux propos sincères du président Pascal Affi N'Guessan qui demande l'organisation des États Généraux de la République (EGR).

Nous comprenons surtout pourquoi les EGR s’imposent aujourd'hui pour éviter le pire à notre pays.La France, les Usa et la Communauté internationale semblent désormais très favorables à la tenue de ce Forum que réclame le FPI.Dramane Ouattara et le RDR peuvent donc traîner les pieds et retarder les choses, mais il est absolument sûr et certain que cette année 2014 marquera le début de la fin de cette vaste forfaiture.

Océane Yacé, Politologue, Monaco, oyace84@yaoo.fr
 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !