Le président ghanéen à Jeune Afrique: «Le temps est venu de débattre de la CPI et de son rôle en Afrique»

Mardi 4 Juin 2013 - 09:45


Le président ghanéen à Jeune Afrique: «Le temps est venu de débattre de la CPI et de son rôle en Afrique»
En visite à Paris la semaine dernière, John Dramani Mahama a accordé une inter - view à l’hebdomadaire Jeune Afrique. Une interview au cours de laquelle il a beaucoup parlé de sujets d’ordre internationaux dont les relations avec la Côte d’Ivoire, sa perception de la CPI, etc. Interrogé sur l’assertion selon laquelle la CPI est une « justice raciste », John Dramani Mahama a soufflé le chaud et le froid. « Le temps est venu de débattre de la CPI et de son rôle en Afrique. Certains considèrent que c’est une justice raciste. Ce n’est pas ma position, et le Ghana reconnaît cette juridiction. Son rôle est important pour lutter contre l’impunité de génocidaires et prévenir les crimes. Mais elle devrait davantage pren - dre en compte ce qui se passe dans nos pays. Prenons l’exemple du Kenya. Des personnalités sont accusées. Cinq ans plus tard, il y a une élection libre et transparente qui a porté Kenyatta au pouvoir. Cela traduit le choix du peuple. Sur cette base, la CPI doit réexaminer cette affaire», a-t-il dit. Sur l’extradition de Jean-Yves Dibopieu, du commandant Jean-Noël Abéhi et de Charles Blé Goudé, John Dramani Mahama a déve - loppé les mêmes arguments peu satisfaisants que sur RFI. «Tout réfugié au Ghana est le bienvenu aussi longtemps qu’il vit en paix et respecte nos lois. Notre pays ne doit pas servir de base arrière pour la déstabilisation de nos voisins. Ma position est très claire. On expulse les ressortissants ivoiriens sur la base de preuves concrètes de leur implication dans des opérations de subversion. Ce fut le cas récemment pour deux d’entre eux. Une vidéo, qui devait être diffusée à la télévision nationale, les montre en train de faire un discours de prise de pouvoir. Quant à Charles Blé Goudé, nous avons exécuté un mandat d’arrêt international qui nous a été remis», s’est-il expliqué. Blé Goudé n’a donc pas été expulsé sur la base de «preuves concrètes» comme les autres ? Est-il le seul réfugié ivoirien au Ghana qui est sous le coup des mandats d’arrêt internationaux fantaisistes du régime Ouattara ? Malaise ! Quant aux relations économiques entre le Ghana et la Côte d’Ivoire, qui pourraient «ne former qu’un seul peuple» si les frontières artificielles héritées de la colonisation n’étaient pas passées par là, «il n’y a pas de raison de nous considérer comme rivaux», selon Dramani, qui propose l’instauration d’une zone de libre-échange entre les deux pays «afin d’accroître notre commerce et partager nos différents services». «Je vous rassure. Il n’y aura jamais de guerre du pétrole entre nos deux pays», a-t-il affirmé aux journalistes de Jeune Afrique. Des journalistes qui ont une perception assez intéressante de sa personnalité. «Loin de la rhétorique anticoloniale d’un Jerry Rawlings», John Dramani Mahama «se veut résolument moderne, pragmatique et ami des grandes puissances».

Bon à savoir!

Philippe Brou

Source: Le Nouveau Courrier N° 814 Du Lundi 03 Juin 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !