Le gynéco goûte d’abord la femme

Samedi 4 Mai 2013 - 09:14


Le gynéco goûte d’abord la femme
Aller consulter un gynécologue fait par - tie du train-train des femmes. Les hommes n’éprouvent aucun sentiment de jalousie à laisser leurs femmes aller faire explorer leurs parties génitales par un gynéco. Mais si c’est quelqu’un d’autre qui touche ça, l’exclusivité du mari, pouah ! Colère et abcès de jalousie, il va piquer, même volcan n’a rien fait. Donc, les gynécos ont le droit de voir, de toucher ce que le mari seul a le droit de voir et de toucher. Mais tous les gynécos n’ont pas la force du Christ pour résister à la tentation ! Henri est gynécologue dans une clinique privée d’un quar - tier perdu de Yopougon. Un matin, il reçoit la visite d’un couple qui a des difficultés pour faire un enfant. Les hommes sont machos. Quand la femme n’arrive pas à enfanter, ils l’accusent systé - matiquement de stérilité sans jamais se poser la question : «Est-ce que mes cou… sécrè - tent du bon lait capable de féconder une ovule ?» Le couple explique son problè - me. Pour le mari, plombier de profession, sa femme doit avoir une incapacité arrogante de porter un bébé dans son ventre sec et fermer par un gros plomb. Henri accepte de faire son travail : examiner la femme. Dieu de la beauté, qu’elle est belle ! Un chef- d’œuvre de la sculpture, de la peinture, de la musique et tous les arts de la création. Forme de guitare au relief coupé au millimètre près, le grand boubou qu’elle porte n’arrive pas à cacher les déboulements des massifs fes - siers et des généreux et fermes lolos, pas encore apla - tis par la maternité. Quand la femme se lève pour rejoindre la salle d’examen, Henri avale son crachat d’un trait. Le rythme de circulation de son sang s’accélère. «D’habitude je suis impassible devant mes patientes. Mais, j’avoue que pour la première fois, mon levier s’est tendu un coup sec, raid dingue devant cette femme» , raconte-t-il. Dans la salle, la femme ôte carrément son boubou qu’elle accroche sur le porte-manteau avant de s’étaler comme une tartine de toutes ses rondeurs sur le lit... Henri contemple ses formes nues en mouvement dans ses va-et- vient. La tendresse de sa peau aiguise encore plus son envie de la dévorer comme un gibier cuit à la vapeur. Déontologie et éthique obli - gent, Henri tient bon mais la bosse qui se lève de son pan - talon et les gouttes épaisses de sueur qui dégoulinent sur son front pointu attirent le regard de la femme qui écrase un sourire et jette un regard docile comme pour lui dire : «Je sais que je te fais de l’effet. Alors ne t’en prive pas. Prends-moi» . Pendant qu’il fouille pour chercher l’anomalie qui empêche la femme d’enfanter, il en profite de ses doigts. La femme se laisse faire, tout excitée déjà. Du pointu de son orteil, elle caresse la bosse saillante du pantalon d’Henri où se cache un levier hypertendu prêt à passer les vitesses. Leurs regards se croisent. D’un mouvement brusque, la femme descend du lit où elle était étendue, tire le gynéco vers elle, dégrafe la fermetu - re éclaire de son pantalon et prend en main le levier crochu avant de le mettre en bouche. Quelques secondes après, elle donne dos, s’abaisse légèrement, cambre son postérieur et s’offre entièrement au gynéco. Sans gants, ce dernier ausculte avec son instrument non contondant sa patiente. Au même moment, le mari de la femme qui attend dans le bureau principal reçoit un coup de fil. Il doit honorer un rendez-vous en urgence. Il frappe à la porte de la salle d’examen que le gynéco ne ferme jamais, et rentre aussitôt. Stupéfaction ! De ses grands
yeux, il voit le médecin aller et venir profondément dans sa femme qui n’en demandait pas mieux, en fondant de plaisirs ! Adieu le rendez-vous urgent. La suite est un scandale dont les riverains ne ces sent de parler. Surtout que le plombier avait, lui aussi, son matériel de travail sur lui…

Nafyssatou S. Diallo

Source: Bôlkotch / N°0051 du vendredi 3 mai au jeudi 09 mai  2013






Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !