Le faux syndrome du gagnant

Vendredi 19 Septembre 2014 - 06:34


Le  vocable syndrome vient du grec sundromê qui signifie concours. Ainsi, au sens propre, le mot syndrome s’emploie plus régulièrement en médecine. Il désigne l’ensemble de plusieurs signes et de symptômes en rapport avec un état pathologique donné permettant par leur regroupement d’orienter un diagnostic. Au sens figuré,  son emploie concerne l’ensemble de comportements particuliers à un groupe humain ayant subi une même situation traumatisante. Cela dit, il y a une multitude de syndromes.
En politique il y a ce qu’on appelle le syndrome du gagnant. C’est le comportement égocentrique du gagnant qui croit que tout doit se ramener à lui. Par exemple Valérie Trierweiler vient de sortir un livre mortifère contre son ex-compagnon François Hollande. Dans leurs rapports, elle dit que  ce dernier a le syndrome du gagnant. En l’occurrence, c’est une vision tronquée des choses. Seulement, François Hollande a été un vrai gagnant. Mais en Côte d’Ivoire, nous avons des dirigeants qui ont leur place ailleurs qu’au palais présidentiel. A propos de la CEI, l’opposition  a claqué la porte, alors Alassane Dramane Ouattara dit que la plupart de ses membres sont des prisonniers en liberté provisoire. Cela veut dire qu’il peut encore les ramener dans les geôles. Ces menaces qu’il croit brandir pour intimider les  Ivoiriens, ne peuvent effrayer personne. Lui-même, en se regardant dans la glace, il sait très bien qu’il n’a pas la tête d’un gagneur. Il n’a jamais gagné quoi que ce soit.
Sans l’armée de Sarkozy, Dramane Ouattara peut-il gagner une simple bataille  ? Se prendre pour le chef de l’Etat à défaut d’être président de la république, n’est pas déjà reluisant dans le contexte qui est le sien, comment peut-il sans honte, oser dire que la CEI n’existe que dans les pays où il y a des problèmes de démocratie  ? En son âme et conscience, peut-il dire qu’il y a une quelconque démocratie dans son  pays ? Il ne sait certainement pas que la démocratie ne peut s’accommoder du mensonge. Or lui, c’est dit-on un menteur. En l’écoutant, on a l’impression qu’on rêve ou que c’est carrément un client pour un asile de fou qui parle. La raison  ? C’est qu’il fonctionne à l’envers.
-La violence politique, comme les fausses promesses électorales, c’est lui.
-Les coups d’Etat portant la signature de leur auteur qui les nie, c’est lui.
- Le rattrapage ethnique et toutes sortes de népotisme, c’est encore lui.
- La justice aux ordres avec un acharnement contre ses adversaires, c’est toujours lui.
- Les dozos  dans la police, c’est  sa marque déposée  etc.
Cet homme n’a même pas conscience qu’il finira sa vie en prison et cela devient inquiétant pour ses soi-disant amis. Le seul moteur de ses amitiés était Nicolas Sarkozy, c’est lui qui l’a fait adouber par la communauté internationale. Maintenant que ce dernier traine beaucoup de casseroles politiques derrière lui, l’aura d’Alassane Dramane devient sombre. Le Fonds monétaire International est gravement déçu de lui. Mais bientôt ça va se savoir, parce qu’il a toujours caché son incompétence en économie en endettant le pays à tout va.
Enfin, quand c’est lui qui pose des incongruités comme actes, c’est bon, mais quand quelqu’un d’autre fait moins que lui, il crie à l’injustice et au loup.  C’est un drôle de démocrate émergent.
                                                                                

                               Julius Blawa Aguisso




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !