Le fait que la CPI ne veut pas aller au delà de la crise post électorale, va biaiser le verdict tant attendu par les ivoiriens et le monde entier.

Jeudi 4 Février 2016 - 11:08


Le juge italien Cuno Jacob Tarfusser , président de la Chambre de première instance I
Le juge italien Cuno Jacob Tarfusser , président de la Chambre de première instance I

Il y va de la crédibilité de cette institution qui montre sa faiblesse du fait qu'un seul camp soit au banc des accusés.
Dans la mesure où une guerre se fait au moins à deux, il aurait fallu pour l'équilibre des formes de voir dans ce procès les deux camps de belligérants .
La source de cette crise réside dans l'irruption de monsieur Dramane Ouattara dans le paysage politique de notre pays.
Donc, on ne peut pas passer sous silence des périodes aussi charnières , c'est trop réducteur .
Le monde entier attend la vérité et voir la capacité de la CPI à faire un procès équitable .
En premier lieu de l'autre camp, on devrait entendre les com zone , Soro Guillaume et Youssouf Bakayoko, le président de la CEI , qui par son acte qu'il a posé lors de la proclamation des résultats, en dehors du siège et à l'absence des membres de son  bureau est aussi condamnable,selon notre loi électorale. .
Au lieu de ça, il va dans le camp d'un compétiteur pour proclamer les résultats, ce qui permet au camps du président sortant de protester et même contester.
Tout cela ne serait pas arrivé s'il avait eu le courage de respecter les règles du jeu démocratique . Son comportement partisan a basculé la Côte d’Ivoire dans cette crise qui a beaucoup endeuillé notre pays. Voilà pourquoi il est important et nécessaire qu'il soit cité en comparution sur le banc des accusés.
Il serait tans que la CPI aille chercher les autres dans l'autre camp pour équilibrer ce procès, sinon nous considérons que c'est une justice des vainqueurs qui est en train de se dérouler sous nos yeux, ceci n'est pas fait pour qu'au terme de ce procès , la cohésion sociale et la réconciliation ne foutent le camp à jamais tellement le fossé sera grand.
Notre pays n'a pas besoin que ce procès crée plus de problème à cause de son caractère inéquitable , que beaucoup d'ivoiriens et le reste du monde voient comme l'achèvement du complot contre la Côte d’Ivoire .
Voilà pourquoi le camp ouattara doit être impliqué et ne pas attendre la fin de celui-ci.
Pour le même fait la sagesse et la crédibilité de ce procès commandent que tout se passe dans la transparence au même moment pour ne pas qu'une des parties ait l'impression qu'elle est bafouée dans ses droits.
Lors du dernier sommet de l'UA le président Essy Amara a été claire dans sa déclaration :
La libération du président Gbagbo sera essentielle pour la réconciliation nationale et ramera la paix durablement .
Il sera impératif que le camp ouattara vienne au banc des accusés avant le verdict de ce procès et non autrement .
Convaincu que mon pays n'est pas outillé pour rendre une justice équitable, parce que ce pays n'est plus un état de droit où l'impunité et la corruption sont l'émergence promises aux ivoiriens à l'orée 2020.
On doit utiliser le même cadre pour juger les deux camps, mais ne pas laisser ce régime qui est l'un des deux camps belligérants juger les autres. Cela ne sera pas juste ni souhaitatable.


Nestor Koffi :
Ambassadeur universel de la paix.
Officier de l'ordre du mérite agricole.
Officier de l'ordre du mérite de la gastronomie française




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !