Le député Bamba Massany écrit à Ouattara : «Il n’y a pas deux types d’Ivoiriens en Côte d’Ivoire»

Samedi 27 Juillet 2013 - 06:07


Bamassany
Bamassany
Bonjour M. le Président,
Il est des mots, des discours prononcés, des actes en face desquels le devoir d’une prise de parole s’impose. Permettez, monsieur le Président, que je vienne joindre ma voix à celle de M. Abou Cissé, votre oncle qui ne cesse de vous interpeller sur votre gestion de la vie politique en Côte d’Ivoire. Je vous adresse ce message, non pas en tant que politique, mais en tant que votre sœur, comme il vous a plu de m’appeler les rares fois que nous nous sommes rencontrés. Comprenez donc, monsieur le Président, que ces interpellations soient  familiales, amicales et sans arrière-pensée, bien que nous soyons de famille politique différente. Sachez que seules les personnes qui vous veulent du bien dans l’intérêt supérieur de la nation peuvent se permettre de vous dire certaines vérités, contrairement à celles qui rodent autour de vous pour des intérêts égoïstes et qui vous induisent en erreur. M. le Président, je viens par la présente, vous signifier que votre intervention auprès de l’opposition togolaise, en vue d’un consensus entre les acteurs politiques pour des élections législatives apaisées, est très appréciée par la classe politique en Côte d’Ivoire, toute tendance confondue. Parce que votre action n’est rien d’autre que la recherche de la paix, de la stabilité et de la cohésion sociale dans ce pays frère où vivent d’ailleurs beaucoup de nos compatriotes. Le Togo a connu une crise postélectorale marquée par une répression sanglante de l’opposition en avril 2005. La Côte d’Ivoire a connu la sienne en 2011, aboutissement de plus de dix années de crise militaro-politique. Si votre homologue, le Président Faure Gnassingbé vous a permis de rencontrer son opposition, c’est parce qu’il est conscient de l’importance de celle-ci dans le jeu démocratique. Mieux, il autorise son opposition à s’exprimer et à manifester, ce qui est un signe de démocratie. Pourquoi ne pas faire autant en Côte d’Ivoire ? Oui M. le Président, les Ivoiriens sont en droit d’en attendre de vous, car La France et ses alliés vous ont présenté comme un démocrate aux yeux de l’opinion nationale et internationale... Désormais, vous êtes leur Président depuis le 11 avril 2011. C’est vrai, vous avez accédé à la magistrature suprême dans des conditions catastrophiques, pour paraphraser votre prédécesseur le Président Laurent Gbagbo.
Même si les deux situations n’ont pas les mêmes origines et les mêmes procédés, toujours est-il que la Côte d’Ivoire a été ébran - lée et déstructurée. Au vu de ce qui précède, comme Laurent Gbagbo, les Ivoiriens s’attendaient de votre part à une remo - bilisation de la classe politique et de tout le peuple autour de la mère patrie. Parce que vous êtes le «chef» , le «père» de tous les Ivoiriens. Vous devez appeler tous les fils et toutes les filles du pays à faire la paix, en libérant tous les prisonniers, en autorisant le retour de tous les exilés comme le recommande notre constitution en son article 12, en taisant les rancœurs et les blessures. Hélas, vous ne l’avez pas fait, pour des raisons qui vous sont propres. Evidemment, vous parlez de justice, vous voulez mettre fin à l’impunité. Seulement, si cette justice respectait les règles du droit en étant juste et équitable vous contribueriez à la réconciliation des Ivoiriens à laquelle vous tenez tant. Voulant être un disciple de feu Félix Houphouët-Boigny, vous agissez comme lui en refusant de retourner votre couteau contre vous- même. Or, pour une décrispation réelle de la vie sociopolitique, l’opposition significative, le Fpi a sollicité très tôt de vous rencon - trer en vue de vous proposer une amnistie générale. Et cela, avant les élections législatives de décembre 2011. Cette volonté de ce parti  s’inscrivait tout simplement dans un souci de recherche de paix véritable pour les Ivoi - riens qui souffrent depuis 2002. Malheureusement, il n’a jamais été reçu par vous. Et depuis lors, les discussions entre le pouvoir et le Front populaire ivoirien piétinent tout comme la réconciliation. Un adage dit : il faut d’abord balayer devant sa maison avant d’aller balayer chez le voisin. Vous avez choisi d’être généreux dehors et avare à la maison, selon le refrain d’une chanson du célèbre groupe Zouglou Espoir 2000. En effet, les Ivoiriens s’interrogent pourquoi leur Président, monsieur Ouattara, ne leur fait pas bénéficier de cette bonne attitude adoptée auprès des Togolais, au nom de la paix, de la cohésion sociale et de la stabilité en Côte d’Ivoire ? Le peuple s’interroge toujours, pourquoi autant de mépris et de désintéressement à l’égard de sa souffrance, en n’engageant pas un dialogue direct et franc avec son opposition ? M. le Président, la Côte d’Ivoire ne comporte pas deux types d’ivoiriens, ceux que vous aimez et ceux que vous n’aimez pas.  Notre Etat est un et indivisible. Il va du nord au sud et de l’est à l’ouest en passant dans les deux cas par le centre. Mr le Président, Gbagbo, votre farouche adversaire politique n’est pas en terre ivoirienne. Alors qu’en son temps, il a tout mis en œuvre pour que Bédié, votre allié du moment et vous, reveniez triomphalement au pays avec tous les honneurs dus à vos rangs. Oui monsieur Ouattara, votre bienfaiteur, oh comble, se retrouve loin de sa terre natale et de surcroît en prison. Alors cher frère, comprenez que ma pensée à travers ce courrier est celle des Ivoiriens. La Côte d’Ivoire et votre peuple compte sur vous à travers un signal fort. Cela est possible de votre part, car comme le disait Sénèque : «Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles». Très fraternellement à vous Mon - sieur le Président Alassane Ouattara.


Madame Bamba Massany, sage-femme enseignante à la retraite

N.B : le titre et le surtitre sont de la rédaction

Source : Le Temps N ° 2 9 6 1  du  J E U D I  2 5  J U I L L E T  2 0 13




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !