Le PDCI et les piques à l’allié

Samedi 23 Juin 2012 - 07:47


Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA
Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA
Le PDCI, l’un des membres influent du RHDP ne se sent plus bien dans l’alliance. Mais on comprend aussi qu’il ne puisse pas le dire et rompre les liens. Objectivement, pour deux raisons qui montrent bien à quel régime nous avons affaire. Même les alliés n’échappent pas à la pression des tenailles du pouvoir. Le PDCI n’a pas le courage de dénoncer les dérives du pouvoir de Alassane Ouattara parce qu’il ne fait bon actuellement d’être opposant dans cette tyrannie qui ne dit pas son nom. L’exil, la misère, les enlèvements, les accusations de complot, les goulags du nord dans le meilleur des cas sinon la mort pour les moins chanceux, voici le sort des opposants sous Ouattara. Les dialogues qu’il initie avec ceux qu’il garde libres, servent à tromper la communauté internationale et à montrer le profil d’un régime qui discute avec ses opposants. C’est de la poudre aux yeux ! De deux, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Un poste de Premier ministre et quelques strapontins de ministères valent mieux que les promesses d’une révolte dont on n’est sûr d’en sortir vivant. Le PDCI est un parti de pouvoir. L’un de ses dignitaires avait dit qu’il n’a pas appris l’art de s’opposer. C’est pourquoi, depuis les indépendances, ce parti est de tous les gouvernements que la Côte d’Ivoire a connus. C’est la mentalité de celui qui veut toujours manger aussi. Il n’a pas le temps pour la révolte. Et pourtant cette fois, le repas semble indigeste. Le cuisinier est loin d’être un cordon bleu et il ne faut pas le lui faire savoir au risque de devenir soi-même le mets de résistance. Après tout ce le PDCI a sorti lors de la réunion de son bureau politique, il y a quelque temps contre le RDR, et malgré la réaction menaçante du parti au pouvoir, le PDCI vient de remettre le couvert en portant plainte contre son allié devant le représentant de l’Onu en Côte d’Ivoire. Djédjé Mady aurait clairement dit, lors d’une rencontre de son parti avec Bert Koenders, que la sécurité est inexistante en Côte d’Ivoire. Il n’y a pas deux façons de se révolter et d’envoyer des piques à l’allié politique en charge du dossier. Même si cette allusion devrait remonter avant la prise de pouvoir de ce dernier, dans la tête du dénonciateur, le RDR y est pour beaucoup dans la situation sécuritaire instable du pays depuis deux décennies. Au-delà, c’est un aveu d’échec total parce que les Ivoiriens n’oublieront jamais que cette coalition de partis politiques avait juré de faire revivre l’époque de Félix Houphouët Boigny en leur ramenant la paix et des cargos d’argent. Si le PDCI constate que son allié et lui ont échoué, il ne reste plus que l’orgueil, qui précède la chute, pour les empêcher de le dire clairement.

Joseph Marat





Tags : bédié, konan, PDCI, RDR, RHDP

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !