Le NPR dit "NON" à la nouvelle CEI et demande le retrait des représentants des confessions religieuses de l'Institution

Lundi 14 Juillet 2014 - 14:34


Blaise Pascal Logbo, président du NPR (Nouveau Parti pour le Rassemblement)
Blaise Pascal Logbo, président du NPR (Nouveau Parti pour le Rassemblement)
Déclaration du NPR relative à la  nouvelle composition de la CEI de Côte d’Ivoire

Le mercredi 9 juillet 2014 le gouvernement a rendu publique la liste nominative des membre de  la nouvelle Commission électorale indépendante.
 La commission électorale indépendante connue depuis cette date se compose comme suit:
-Un représentant du Président de la République
-Un représentant du Président de l’Assemblée Nationale
-Un représentant du Ministre chargé de l’Administration du Territoire
-Un représentante du Ministre chargé de l’Économie et des Finances
-Une représentante du Conseil Supérieur de la Magistrature
-Quatre représentants de la Société civile, dont un représentant du Conseil Supérieur des Imams, un représentant de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire, un représentante des Organisations Non Gouvernementales non confessionnelles, et un Avocat près la Cour d’Appel d’Abidjan, représentant du Barreau.
-Quatre représentants du parti ou groupement politique au pouvoir dont un représentant du Rassemblement des Républicains (RDR) , un représentant du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), un représentant de l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), un représentant du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA).
-Deux représentants des partis ou groupements politiques de l'opposition, dont un représentant de la Ligue des Mouvements pour le Progrès (LMP), un représentant du Rassemblement du Peuple de Côte d’Ivoire (RPCI), exceptés les représentants du FPI et de l’Alliance des forces démocratiques(AFD), dont la participation n'est pas encore effective.
Toutefois, le NPR juge problématique les choix des partis politiques d'opposition devant être représentés au sein de la Commission électorale indépendante. Sur  la base de quels critères objectifs ou de quel texte législatif ces choix des partis politiques d'opposition ont-ils été opérés dans un univers d'opposition plurielle ne pouvant se réduire aux choix actuels?
Cette nouvelle composition de la Commission électorale indépendante a été faite en application de la Loi N°2014-335 du 05 juin 2014 portant modification de la Loi N°2001-634 DU 09 octobre 2001 portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la Commission électorale indépendante, telle que modifiée par la Loi N°2004-642 du 14 décembre 2004 et par les décisions N°2005-06/PR DU 15 Juillet 2005 et  N° 2005-11/PR du  29 Août 2005.
Conformément au réalisme politique rigoureux, le NPR constate que le régime au pouvoir, issu du RHDP (Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix)  totalise 8 membres acquis à sa cause, étant donné que la les quatre représentants du gouvernement portent la marque politique du régime qui les a mandatés et en sont indubitablement sous influence. Cette influence se fera de facto, qui s'appuiera sur le mode opératoire démocratique des prises de décision et des délibérations de l'Institution. Sa doute que l'actuel régime a bien retenu les leçons de la Commission électorale précédente dans laquelle ces membres Représentants, dont le président de l'Institution, étaient majoritaires, qui par leurs agissements irréguliers ont travaillé à son avènement.
En outre, cette situation montre que l'actuel régime, voulant substituer le choix démocratique du peuple issu des urnes par par celui d'une CEI sous influence politique essentiellement déterminant, prépare un autre assaut de braquage des élections de 2015, après celui du 2 décembre 2010, au mépris des règles démocratiques.
En tout état de cause la forte présence des politiques au sein de la CEI n'est pas de nature à garantir son indépendance, contrairement  à l'esprit et à la lettre de son institution. Car de toute évidence, ces représentants y sont mandatés pour défendre les intérêts de leurs partis ou groupements politiques.
Pour le NPR, la présente Commission électorale indépendante, à l'image de la précédente, dont l'histoire retient qu'elle fut sous influence politique et partisane, ne pourra garantir l'organisation d'élections démocratiques et transparentes dont les résultats seront acceptés par tous. Une telle CEI ne pourra qu'être source  de contestations du verdict des urnes et de violences qui en découleront inéluctablement.
Le NPR remarque par ailleurs la présence de deux confessions religieuses,  au sein d'une Institution républicaine, alors que l'article 30 de la Constitution stipule que "La République de Côte d'Ivoire est une et indivisible, laïque, démocratique et social" .
Le NPR juge problématique le choix de ces deux confessions religieuses dans un univers pluriconfessionnel ne pouvant se réduire aux choix actuels.
Considérant que la présence des représentants du Conseil Supérieur des Imams et de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire, est contraire au principe de laïcité de la République, le NPR demande par conséquent le retrait des confessions religieuses de la CEI, afin de respecter l'esprit et la lettre de la constitution.
 

Blaise Pascal Logbo
Président du  NPR
Pour le Bureau politique.





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !