Le NPR dit "NON!" à la mascarade électorale du 25 octobre 2015 en Côte d'Ivoire et appelle les démocrates ivoiriens à s'y opposer par tous les moyens légaux.

Mercredi 14 Octobre 2015 - 20:02


DECLARATION DU NPR RELATIVE A LA PRESIDENTIELLE DU 25 OCTOBRE 2015

1-Quelques jours après l'ouverture de la campagne pour la présidentielle du 25 octobre 2015 dans notre pays, un climat d'incertitudes s'est installé. La situation qui prévaut est d'autant plus critique qu'elle nous interpelle et  exige du NPR (Nouveau Parti pour le Rassemblement) une prise de position claire. Car l'heure n'est pas au mutisme complice de cette situation aux conséquences  dramatiques certaines                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
2-Le 11 avril 2011, l'impérialisme occidental a instauré par la guerre un régime dictatorial en Côte d'Ivoire en renversant le président élu et légitime des ivoiriens, son Excellence Monsieur Laurent Gbagbo.

3-Pendant 5 années de règne, le nouveau régime s'est illustré par de graves violations des droits de l'homme, des emprisonnements arbitraires, des tortures, des répressions et persécutions d'opposants, ainsi que par la contrainte à l'exil de milliers d'ivoiriens.

4-Ce règne de la terreur a profondément traumatisé les ivoiriens. Un traumatisme auquel s'ajoute une paupérisation croissante, le chômage, la cherté de la vie, la précarité et la misère sociale. Le régime du 11 avril 2011 s'est aussi illustré par la  gabegie, le népotisme et le favoritisme enveloppés dans le concept de "rattrapage ethnique", en violation du principe d'égalité des citoyens.

5-Dans cette situation cauchemardesque, la grande majorité des ivoiriens espéraient un changement démocratique, afin de tourner ces 5 années de pages sombres de notre histoire. C'est dans cette attente qu'est née la CNC (Coalition nationale pour le Changement) le vendredi 15 mai 2015 pour exiger du régime d'Alassane Ouattara la création des conditions pour la tenue d'élections  démocratiques, libres et transparentes, en plus de la création des conditions d'une paix durable et d'une véritable réconciliation par la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés. S'agissant de conditions d'organisation d'élections démocratiques, libres et transparentes, la CNC a exigé dans sa charte la réforme consensuelle de CEI (Commission électorale indépendante), une liste électorale crédible, un désarmement effectif et total des ex-combattants.

6-Pour interpeler ce régime sur ses différentes revendications, la CNC a de façon pacifique tenu des meetings, fait des marches éclatées et une marche encadrée le lundi 28 septembre 2015. A certaines manifestations pacifiques de la CNC, le régime a répondu par la répression, la persécution et l'emprisonnement des plusieurs manifestants et des leaders de la jeunesse de notre Coalition.

7-  Un coup dur a été porté à cet espoir de changement depuis le 9 septembre 2015, date à laquelle le Conseil Constitutionnel a validé la candidature d'Alassane Ouattara en violation de l'article 35  de la Constitution.  Cette validation  de sa candidature a été le fruit de prestidigitations et d’acrobaties juridiques qui n'ont pu apporter un début de preuve qu'Alassane Ouattara ne s'est jamais prévalu d'une autre nationalité. Car il faut le rappeler l'Arrêt N°001-2000 du 06 Octobre 2000 de la Chambre Constitutionnelle  de  la  Cour Suprême, bien qu'ayant émis des doutes sur les origines ivoiriennes d'Alassane Ouattara, a fondé sa décision d'invalidation de sa candidature sur des preuves tangibles qu'il se soit prévalu d'une autre nationalité, contrairement l'alinéa 5 de l'article 35 de la Constitution stipulant que le candidat à l'élection présidentielle " ne doit s'être jamais prévalu d'une autre nationalité". Or la décision N°CI-2015-EP-159/09-09/CC/SG du 09 Septembre 2015 qui a validé la candidature d'Alassane Ouattara a délibérément éludé cette question.

8-Cette décision du 9 septembre 2015 du Conseil Constitutionnel était prévisible depuis la démission par contrainte du professeur Francis Wodié de la présidence de cette institution le 2 février dernier et son remplacement le 03 février par Koné Mamadou, militant du RDR, parti présidé par Alassane Ouattara.

9-Au regard de ce qui précède, le NPR considère que tout a été mis en place par le régime née du 11 avril 2011, afin d'opérer un passage en force par la fraude électorale. Le NPR reste convaincu que l'élection présidentielle du 25 octobre 2015 ne sera qu'une mascarade électorale pour tenter de légitimer un pouvoir dont l'illégitimité fait partie des éléments constitutifs de ses tares originelles.

10-Par conséquent, le NPR dit non à la mascarade électorale en cours dont le résultat est déjà connu d'avance qui proclamera Alassane Dramane Ouattara vainqueur de cette élection présidentielle du 25 octobre 2015, comme le confirme bien cette déclaration du 5 octobre 2015 de Monsieur Koné Bruno,  ministre de la Poste et des Tic, réagissant au don de 100 millions de francs cfa du gouvernement aux candidats à la présidentielle: "Quand vous jouez un match et que vous menez 10 à 0, vous pouvez donner une passe à votre adversaire pour qu’il joue aussi. Ainsi, nous leur avons fait la passe parce que nous avons déjà gagné le match."

11-Le NPR réaffirme donc sa décision émanant de son conclave du 22 août 2015 de ne soutenir aucun candidat à la présidentielle du 25 octobre 2015 et appelle par ailleurs les démocrates ivoiriens épris de changement de ne pas participer à cette élection, tant que les conditions exigées par la charte de la CNC ne sont pas réunies.

12-Le NPR appelle l'ensemble des démocrates ivoiriens à s'opposer à cette mascarade électorale par tous les moyens légaux, afin d'éviter à notre pays une seconde crise post-électorale dramatique, dont les causes sont déjà visibles.

13- Rappelant que le combat pour la démocratie, la justice et la paix reste un combat de longue haleine, le NPR reste déterminé à mener ce combat dans les jours, mois, années à venir, et à soutenir activement tous les démocrates ivoiriens qui s'inscrivent dans cette logique politique afin de sauver notre cher patrie.

Pour la démocratie, la liberté, la justice, la paix et la réconciliation nationale, restons mobilisés et déterminés dans la lutte.

Fait à Paris le 14 octobre 2015.

Blaise Pascal Logbo
Président du NPR (Nouveau parti pour le Rassemblement)
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !