Le FPI veut-il tuer la résistance patriote ivoirienne en France ? Les manoeuvres suspectes de sa Représentation.Le risque qu'elle fait planer sur le 19 février à La Haye

Lundi 4 Février 2013 - 07:06


Le FPI veut-il tuer la résistance patriote ivoirienne en France ? Les manoeuvres suspectes de sa Représentation.Le risque qu'elle fait planer sur le 19 février à La Haye
Depuis l'annonce de la date du 19 février 2013 à laquelle doit s'ouvrir l'audience de confirmation ou d'infirmation des charges contre le président Gbagbo, les patriotes ivoiriens s'activent pour ne pas manquer ce rendez-vous historique. Nombreux sont ceux qui ont décidé de vivre l'histoire et non de se la faire raconter. Chacun se mobilise et mobilise dans son entourage. Plusieurs Associations se sont déjà engagées dans l'organisation des convois pour La Haye. La mobilisation bas son plein à tous les niveaux. Cette fois-ci, la CPI pourraient accueillir un nombre plus considérable de manifestants que les précédentes fois. Pendant que cette mobilisation se fait pour le soutien président Gbagbo, son Parti, plus précisément la Représentation son Parti en France, se trouveraient au coeur d'agissements suspects qui auront inéluctablement pour conséquence de liquider la résistance patriotique des  ivoiriens de France qui dure depuis plus de deux ans.

De quoi s'agit-il?

Le FPI-France, selon certaines sources d'information, auraient reçu la somme de 5000 euros des mains de l'Ambassadeur Charles Gomis. Cette somme serait destinée à subventionner le convoi qu'organise la Représentation du FPI en France pour la manifestation du 19 février à La Haye. Cette information, qui apparaissent jusque là dubitable pourrait se confirmer après analyse de certains faits.
Le tarif fixé pour le convoi du FPI.
L'information relative au tarif du convoi organisé par la Représentation du FPI en France a été véhiculée à travers un sms, qui a bien circulé dans le milieu des patriotes ivoiriens. Voici le contenu de ce message: "Information FPI-FRANCE: La Représentation du FPI-FRANCE informe et porte à la connaissance des ivoiriens et ivoiriennes, des patriotes, militants et militantes amis(es) et soutiens du PR GBAGBO que des cars sont mis à la disposition de tous pour le voyage sur La Haye en vue du procès du 19 février 2013. Tarif A/R: 20 € par personne. (...)La lutte continue pour la libération du PR GBAGBO. La représentante du FPI-Hortense Assalé".
La Représante du FPI en France a donc décidé de fixer le tarif de 20 € par personne pour être du convoi organisé par la Représentation de son parti.  Ce tarif de 20 € viendrait ainsi confirmer l'information selon laquelle l'Ambassadeur de Côte d'Ivoire en France aurait subventionné le convoi organisé par la Représentation du FPI. En vérité, la location d'un car de 60 places pour La Haye oscille entre 1800 et 2000 euros, selon la période de location. En fixant le tarif de 20 euros, le FPI-FRANCE devra subventionner chaque car à raison de 600 euros, si le calcul se fait sur la base du coût minimum de 1800 euros pour la location d'un car. Alor question: d'où la Représentation du FPI en France sortira t-elle autant d'argent pour subventionner la location des cars de son convoi? Si le montant de 5000 euros reçu pour la subvention est exact, il est clair que le FPI ne pourra que subventionner 8 cars maximum. Ce tarif de 20 euros utilisé par le FPI-FRANCE comme appât pour attirer vers lui plus de voyageur  portera un sérieux  coup aux autres organisations de convois ayant fixé un tarif non subventionné. Ces Organisations ne pourront pas effectivement organiser leurs convois, faute de nombre suffisant de personnes inscrite sur leurs listes de convois. Or il se trouve que le FPI ne sera pas à mesure de convoyer à La Haye toutes  les personnes qu'il aura attiré par son tarif. En effet,Le FPI attirera sans doute plus partants vers lui, mais empêchera en même temps plusieurs d'entre eux de se rendre à La Haye, faute de suffisance de cars subventionnés. Il est ainsi démontré que l'idée de mobiliser plus d'hommes pour La Haye, si tel est vraiement le cas, produira inéluctablement l'effet contraire. Car le parti de Laurent Gbagbo aura indirectement saboté les autres organisations de convois par ses tarifs subventionnés, sans toutefois pouvoir satisfaire la demande, son offre n'étant pas à la hauteur. Il faut se rappeler que les patriotes ivoiriens de France avaient se rendre à La Haye le 18 juin dernier avec plus d'une vingtaine de cars. Le FPI-France a-t-il reçu plus 5000 euros, afin de pouvoir financer au moins une vaintaine de car? Si non, ses manoeuvres actuelles pourront empêcher le départ de d'une douzaine de cars, soit la pésence de 720 potentiels manifestants à La Haye.

La Source de subvention du convoi du FPI, une autre face du problème.

Le FPI a déclaré aux yeux du monde qu'il n'avait plus rien, qu'il un parti pauvre, après le gèle des avoirs de plusieurs de ses cadres et la fin des subventions publiques dont il bénéficiait de l'Etat. Tous se rappellent encore que le FPI avait orginisé le 10 novembre dernier à Paris une grande cérémonie de remise de dons pour son financement. Une maigre somme a pu être recoltée ce jour là, qui évidemment n'a pu rendre le parti riche. Comment le Parti de Laurent Gbagbo a donc pu être subtement riche pour financer à hauteur de 5000 euros ou plus un convoi pour La Haye? Faute d'éclaireciement sur ce sujet, l'information selon laquelle la subvention est venue de l'Ambassadeur serait la plus probante. Dans ce cas, le FPI serait dans un jeu trouble avec le régime d'Alassane Ouattara par l'intermédiaire de son Ambassadeur.Plusieurs patriotes ivoiriens commencent déjà à dénoncer cette situation de jeu trouble du FPI. Selon certains, "il est inadmissable de tomber amoureux de son bourrau", voulant dire par là qu'il est n'admissible que le FPI accepte de l'argent de l'Amssadeur de Ouattara pour aller soutenir Laurent Gbagbo qu'il a fait injustement emprisonner à La Haye. Déjà le découragement causé par les agissements du FPI s'annonce chez plusieurs d'entre ceux qui espéraient encore en l'avenir du combat. Ils avaient été très critiques envers la direction intérimaire du FPI reçue en novembre dernier, de façon festive, par le même Ambassadeur. Ces patriotes ivoiriens déçus par ces agissement disent qu'ils ne peuvent continuer de mener un combat, pendant que le FPI fait l'option d'une collaboration aux contours flous, ambigüs et suspects avec le régime d'Alassane Ouattara. Cette sutuation vient s'ajouter au rendez-vous manqué du 1er février avec l'Ambassdeur. Un rendez-vous qui selon nos informateurs, avaient obtenu la caution du FPI-France, mais qui  a été boycotté par les leaders des Associations invités, et qui par conséquent, pu avoir lieu. Alors que la grande suspicion règne déjà entre les différents leaders, certains étant accusés à tort ou à raison d'être corrompus et d'émarger tous les mois à l'Ambassade, les manoeuvres du FPI-FRANCE ne sont pas non plus faites pour fortifier la résistance patriotique. Sur la base de tous ses faits, il y a risque que soient comptés les jours de la résistance patriotique et pacifiques des ivoiriens de France, déjà affaiblie pour différentes raisons.

Marie Ange Zouzoua








Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !