Laurent Gbagbo a 68 ans: Un anniversaire sous le sceau de la conquête de la dignité

Samedi 1 Juin 2013 - 09:38


Laurent Gbagbo a 68 ans: Un anniversaire sous le sceau de la conquête de la dignité
Le président Laurent Gbagbo a, aujourd’hui, 68 ans. Il commémorera l’événement au centre de détention de Scheveningen, à La Haye (Pays-Bas), où il est détenu depuis le 29 novembre 2011. Le 68ème anniversaire, à l’instar du précédent, intervient dans un contexte très particulier, qui est celui de l’emprisonnement. Laurent Gbagbo est à des milliers de kilomètres de son pays, hors de l’Afrique, sur une terre étrangère. Il est loin de son peuple. Mais loin également de ses parents et amis. Laurent Gbagbo est accusé, à tort, entre autres choses, de crimes contre l’humanité. Il est tenu pour responsable des tueries qui sont survenues à l’issue du second tour de la présidentielle d’octobre 2010.
Le transfèrement du président Gbagbo devant la Cour pénale internationale (Cpi) déclenche depuis deux ans une vive polémique dans l’opinion africaine sur l’affaire en même temps qu’elle a remis au goût du jour le débat sur la légitimité de cette instance à juger les Africains. Sur l’affaire, il est clair qu’il y a de solides éléments qui mettent sérieusement en doute les accusations portées contre Laurent Gbagbo.
A l’audience de confirmation des charges, Me Emmanuel Altit, avocat principal du président Gbagbo, et son équipe l’ont amplement démontré preuves à l’appui. Aujourd’hui, malgré le lynchage médiatique, l’on sait que Laurent Gbagbo a été régulièrement déclaré vainqueur par le Conseil constitutionnel conformément à la Constitution ivoirienne, contrairement à Alassane Ouattara, qui, lui, a été proclamé provisoirement vainqueur par le président de la Commission électorale indépendante (Cei), Youssouf Bakayoko, en violation des textes.
Au sujet des massacres, Alassane Ouattara, dans sa volonté de prendre le pouvoir, a créé et armé une rébellion en vue de renverser Laurent Gbagbo. Ses hommes armés se sont heurtés à la résistance farouche des forces régulières, les Forces de défense et de sécurité (Fds). Ce n’est pas le président Gbagbo qui, pour se maintenir au pouvoir, a décidé de tuer de nombreux Ivoiriens. Ce qui est complètement insensé ! Par ailleurs, les insuffisances criardes dans l’enquête et la manipulation de certains éléments, notamment les vidéos de la crise au Kenya présentées comme des faits liés la crise postélectorale, ont achevé de convaincre les sceptiques sur la thèse du complot. En outre, ils sont nombreux, les Africains qui s’offusquent de ce que la Cpi ne juge finalement que les Africains.
Laurent Gbagbo est un prisonnier politique. Il est à La Haye par la volonté et l’acharnement de la France. «Laurent Gbagbo et sa femme doivent dégager», avait péremptoire affirmé Nicolas Sarkozy, alors président de la République française, au plus fort de la crise. Cette position a été traduite en acte à travers l’intervention de l’armée française qui a été à la base de la chute du fondateur du Fpi.
Le parcours et l’histoire de Laurent Gbagbo montrent qu’il est loin d’être un criminel. Emprisonné à plusieurs reprises, il est aujourd’hui la figure de proue de la résistance africaine. Pour nombre d’Africains, il incarne aujourd’hui l’espoir. Au moment où sonnent ses 68 ans, Laurent Gbagbo est au combat pour le respect de la dignité de l’Afrique.

César Ebrokié

Source: Notre Voie du 30 mai 2013

N.B: Titre modifié par la Rédaction de Civox




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !