La vaine démagogie d’Abel Naki.

Jeudi 6 Décembre 2012 - 05:35


La vaine démagogie d’Abel Naki.
«Campagne d’intoxication et de dénigrement». Ces mots, utilisés dans le titre d’une déclaration attribuée à ses partisans et publiée par le site ivorian.net, sont d’Abel Naki, «l’homme qui voulait liquider la résistance patriotique ». C’est par ces mots que le responsable du CRI-Panafricain (Congrès pour la renaissance ivoirienne et panafricaine), espère pouvoir relever la tête face aux preuves accablantes de son imposture. «Intoxication», «dénigrement», dit-il. Mais a -t-il pesé les mots? A-t-il révisé leurs sens avant de les employer? A l’évidence, non! En en faisant usage, l’auteur de ces mots espère se sauver par la démagogie. Une démagogie d’apprenti sorcier, bonne pour berner des esprits superficiels et quelques fanatiques encore plongés dans leur sommeil dogmatique. Mais heureusement que tous les patriotes ivoiriens ne sont pas dupes. Encore en possession de toutes leurs facultés, ils ont compris qu’il y a effectivement imposture et volonté manifeste de fragiliser et de liquider la résistance patriotique par la dissolution illégale d’un mouvement de résistance dont les «dissolvants» ne sont plus membres.
«Intoxication», «dénigrement», des mots creux, dont la légèreté est manifeste, face aux preuves jusque là irréfutables et irréfutées par celui là même qui les emploie.
Il aurait fallu démontrer qu’Abel Naki et trois de ses suiveurs n’ont pas tenu une Assemblée générale extraordinaire pour dissoudre le Cri-Panafricain (Conseil pour la Résistance ivoirienne et Panafricaine). Il aurait fallu démontrer que les signatures apposées sur le procès verbal de cette Assemblée Générale extraordinaire de dissolution ne sont pas celles des personnes dont les noms ont été mentionnés sur le procès verbal. Il y aurait fallu démontrer qu’Abel Naki n’a pas été mandaté pour signer la déclaration de dissolution du Cri-Panafricain.
Il y aurait fallu démontrer qu’Abel Naki a le droit de se réunir avec trois de ses suiveurs pour dissoudre une Organisation dont-ils ne sont pas membres. Il y aurait fallu démontrer que le Cri Panafricain n’est pas une marque déposée, protégée à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle), pour satisfaire une ambition personnelle mercantiliste, matérialiste. Il aurait fallu démontrer que toutes les pièces à conviction, publiées pour éclairer les uns et les autres, sont fausses. Tant que ces quelques démonstrations nécessaires ne sont pas apportées de façon apodictique, en toute honnêteté et objectivité, il est malhonnête de parler de «campagne d’intoxication et de dénigrement». Sans ces démonstrations nécessaires, il est évident que la vraie intoxication provient de celui qui tente de faire croire qu’il en est victime.
Quand on se trouve dans une incapacité manifeste d’ apporter la réfutation, en lieu et place d’affirmations stériles, il faut s’avoir s’incliner humblement pour faire son mea culpa. C’est ce que recommande la sagesse, pour éviter le ridicule et pouvoir se faire pardonner.
 
Christophe Nèguê.




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !