La tribune interdite de Michel GALY, proposée en vain par Michel Galy au "Monde" et au "Figaro"!!! : "Laurent GBAGBO à la CPI, ou le procès fait à l'Afrique".

Mercredi 9 Mars 2016 - 16:00


Michel Galy
Michel Galy
Transformer un homme politique ivoirien en une icône pan-africaine ! L'intervention française en Cote d'Ivoire en 2011 et la déportation de Laurent Gbagbo à La Haye a réussi ce tour de force inattendu.
Et certes la perception africaine -dont je ferai état ici- de la CPI et du procès qui va s'ouvrir est bien différente de la version officielle de la Cour et de ceux qui la soutiennent. Le lieu, le rituel, l'homme jugé lui même : tout choque l'opinion au Sud du Sahara, qui en a une vision très politique et remet ce procès dans le contexte d’un long temps historique, celui de la domination et de l humiliation.

L'Occident juge l'Afrique. Mais , comme on se le demandait déjà à Rome, « qui jugera les juges ? ». Qui remettra en question la légitimité même de l'Europe, puisque c' est d'elle dont il s'agit(les USA, la Russie ni la Chine n'étant membres de la CPI)- de juger des hommes politiques africains, mais aussi d'exploiter, intervenir militairement, diplomatiquement, économiquement. De manière accélérée pour la France, et dans la dernière décennie dans un vertige d'escalade militaire et de recolonisation rampante dont on ne voit pas la fin:Libye, Cote d'Ivoire, Mali , Centrafrique...et bientôt Libye à nouveau ?
A travers le contrôle des cinq pays sahéliens de l’opération Barkhane, à travers ses bases militaires et ses coopérants d'un autre age, le complexe militaro-colonial engage notre pays dans une épreuve des force de longue durée contre les djihadistes mais aussi les jeunes démocraties africaines , sans plus de régulation démocratique ni de contre -pouvoirs.
Il s'agit en fait d'une sorte de décolonisation manquée dont il suffit de passer les frontières pour comprendre qu'elle est propre à notre pays. Quoiqu’elle en ait dans certains épisodes récents, notamment lors des crises post électorales, on n'imagine pas la Grande Bretagne, par exemple, intervenir militairement au Zimbabwe ou au Kenya. C 'est pourtant ce que la France a fait en 2011 en Cote d'Ivoire, et c'est dans le cadre du « coup d' Etat franco-onusien » que s’inscrit le procès de La Haye : il s'agissait , ainsi qu'a avoué récemment Sarkozy, de « sortir Gbagbo pour installer Ouattara » !
Les anciens chefs d' Etat africains ne s'y sont pas trompés, qui viennent la semaine dernière de provoquer un séisme diplomatique en demandant unanimement la libération du président Laurent Gbagbo. Initiée par Jerry Rawlings et Thabo Mbeki ils demandent purement et simplement
l 'annulation des procédures judiciaires inéquitables, qui selon eux accroissent tellement les tensions en Cote d'Ivoire qu'elles risquent d amener à une reprise de la guerre civile.Sous l'égide du groupe de l'African Forum, cette quarantaine d 'anciens chefs d' Etat démocrates et légalistes, refont l' historique du régime de Laurent Gbagbo, des tentatives de déstabilisation menées depuis 2000 par l' ancienne puissance coloniale et par une rébellion téléguidée depuis la dictature de Compaoré du Burkina, relais bien connu connu des manœuvres de Paris.
Ils sont essentiellement anglo-saxons, ces leaders africains , pour une bonne raison :quoiqu'ils en pensent les chefs d'Etat africains francophones sont tellement dépendants de Paris , en plein XXI°siècle, que s opposer directement à la version officielle et au procès équivaudrait pour eux à un suicide politique. Mais ils n'en pensent pas moins.
Bien plus, sous l'inspiration de chefs d'Etat particulièrement remontés par cette curieuse « Cour » soit disant internationale, mais qui n' est que l' outil judiciaire d'une domination multiforme, l'Union africaine se montre de plus en plus critique envers ce tribunal des vainqueurs, menaçant de s'en retirer.
La version officielle de la crise ivoirienne, qui vient d’être encore mise à mal par plusieurs ouvrages concordants, parle de 3000 morts pendant la « crise post électorale » ; mais la commission Dialogue , vérité et réconciliation dirigée par l'ancien premier ministre Konan Banny, fait elle état de plus de 16000 morts, dus aux trois quart aux forces pro Ouattara. La seule prise d'Abidjan par les milices de mercenaires de Guillaume Soro- qui ont déjà massacré fin mars 2011 selon Amnesty international 800 Guérés (hommes, femmes et enfants, et selon d autres sources un millier)dans l'Ouest du pays – a causé des milliers de morts, ainsi qu'en brousse se multipliaient les massacres à base ethnique chez les Bété, Dida, Attié ou Dida, peuples soutenant majoritairement Laurent Gbagbo.
De tels faits- des crimes de guerre en fait- sont restes impunis et même sont volontairement ignorés par la CPI. Selon mes propres investigations, si on considère aussi la zone Nord du pays, contrôlée par la sanglante rébellion dirigée par les fameux « com-zones » de Soro, c 'est d'environ 20000 victimes civiles dont il faudrait parler de 2002 à nos jours, aux 9/10 èmes exécutés par les forces se réclamant d' Alassane Ouattara ! Si l' on ajoute par la suite une gouvernance par répression,par emprisonnement et parfois tortures des centaines de prisonniers politiques (350 actuellement) , on comprend mieux le silence gêné , depuis 5 ans,des intellectuels français et africains qui ont mené campagnes politique et médiatique aux coté des sarkosystes : se sentiraient t-ils moralement coupables des exactions ?

Des notes diplomatiques et militaires jusqu 'aux très pessimistes analyses de « risque pays », tout concorde : le pays qui fonde une croissance artificielle sur un très fort endettement et sur un « rattrapage ethnique » qui donne à l'ethnie du président Ouattara 90% des postes d' Etat, est à la fois fragile et profondément divisé. Lors des présidentielles récentes de 2015, si Ouattara a eu 80% des voix, c est seulement sur...20% du corps électoral ! Autrement dit les 80% d abstentionnistes ont bien suivi les consignes du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, mais beaucoup d' électeurs ont aussi fait le succès de cette consigne de boycott en restant chez eux, tout simplement par peur des troubles et d'une reprise des terribles exactions de 2011.

Ainsi l'opinion africaine, qui suit avec passion le procès par les réseaux sociaux, a l 'impression d'une profonde injustice:l’innocent ( ou le démocrate) est en prison:le putschiste, auteur d'un sanglant coup d'Etat en avril 2011 garde le pouvoir et ses prébendes ;jusqu'ici s'appuyant sur les forces occidentales qui l'ont mis en place, il nargue jusqu'aux organisations des droit de l homme, sûr de son impunité. Et pourtant ce soutien s’effrite en coulisse et parfois publiquement : lors de sa dernière « investiture », après une élection tronquée voire truquée, aucun chef d' Etat africain ou occidental ne s' es t déplacé : un signe qui ne trompe pas.
Laurent Gbagbo a 70 ans et subit encore le choc du traumatisme de son arrestation par les forces spéciales françaises et des mauvais traitements qui lui ont été infligés par des criminels de guerre à Korhogo:la moindre des choses serait une assignation à résidence provisoire, si on veut qu il suivre son procès -qui pourrait lui être une formidable tribune pour rétablir la vérité historique. L 'opinion africaine ne supporterait pas qu'il lui arrive quoi que ce soit, loin de sa terre natale. Un sentiment pan-africain puissant se développe effectivement autour de lui : pour quel autre leader africain manifesterait- on à Ouaga,Cotonou ou Yaoundé, comme les jours précédents ?

Mais seule une négociation politique globale pourrait lui rendre justice- et lui redonner sa liberté- pour en finir avec cet honteux « procès » d 'un autre âge. La diplomatie française a instrumentalisé dès 2000 la CDEAO, L' Union Africaine, L' ONU en se « chargeant »-curieux archaïsme - du cas ivoirien. Qu 'elle le fasse en sens inverse, car l' appareil judiciaire de la CPI, soumis au calendrier politique, ne trompe personne:les clefs du cachot et du procès de La Haye sont à Paris et MM. Hollande et Fabius en sont personnellement responsables. La France risque, à travers ce désastre politico judiciaire, de perdre définitivement la bataille de l'opinion en Afrique. Qu'ils agissent, avant qu'il ne soit trop tard.

MICHEL GALY




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !