« La reconstruction de la Côte d’Ivoire passe par la réouverture des Universités Ivoiriennes… » selon le Chercheur Erick Achille Nkoo.

Lundi 25 Juin 2012 - 06:12


l'université de Cocody
l'université de Cocody
L’ENTRETIEN D’AFRICAVIEW.NET

 
Dans le cadre de sa campagne « Éducation pour tous », la Fondation Roska a rencontré Mr Erick Achille Omar Nkoo pour échanger sur des questions relatives à l’Education, en collaboration avec AFRICAVIEW.NET.

www.africaview.net - Mr Erick Nkoo, Vous n’êtes plus à présenter aux internautes, mais pour une question de formalité je vais vous demander de vous présenter à ceux qui vous lisent pour la première fois.
 

Mr Erick Achille Omar Nkoo - Avant de m’appesantir sur la quintessence de la thématique permettez moi de remercier de vive voix la Fondation Roska et AFRICAVIEW.NET pour l’occasion que vous me donner de pouvoir contribuer avec vous au développement de l’Afrique. En effet, Je suis Erick Achille Omar Nkoo, originaire de la région du centre du Cameroun. Je suis professeur des sciences de l’éducation et de la culture. J’enseigne aussi la langue arabe et je suis chercheur à la Ligue Arabe pour la promotion de la science, l’éducation et la culture. Je suis pour le moment à l’Institut de la langue Arabe de Khartoum au Soudan. Je suis aussi traducteur Anglais, Arabe, Français et Consultant en science éducative et culturelle. Je suis un passionné de l’écriture, avec pour intérêt particulier, la poésie, les essais et le roman.

 www.africaview.net - Vous êtes écrivain poète et vous écrivez des essais sur différents thèmes parmi lesquels l’éducation. Que représente l’éducation pour vous ?

Mr Erick Achille Omar Nkoo - L’éducation pour moi reste et demeure l’ossature du développement dans la mesure où, c’est elle qui forme l’individu, le libère de l’ignorance et lui donne la capacité de comprendre son histoire et son environnement, d’analyser les évènements qui surviennent autour de lui et de pouvoir résoudre à long terme les problèmes qui se posent dans cet environnement. Et par là, elle contribue à l’épanouissement et à l’éveil intellectuel des peuples. Cela étant, l’éducation doit être continue et axée sur la parité des sexes afin de contribuer pleinement au développement social, économique, culturel et politique. Vous comprenez donc que tant que les systèmes éducatifs en Afrique ne sont pas fortement objectifs, le développement politique, économique et social reste une utopie.

www.africaview.net - Comment se porte le système éducatif camerounais selon vous ?

Mr Erick Achille Omar Nkoo - Disons que le système éducatif camerounais connait des progrès. Il y a notamment une amélioration du taux de scolarisation. Malgré le fait que le Cameroun soit en bonne voie d’atteindre les objectifs d’universalisation de l’enseignement primaire à l’horizon 2015, on note un manque de transparence dans le fonctionnement et les performances scolaires. Le nouveau rapport de la Banque mondiale met en exergue les causes possibles de cette triste réalité. Selon ce rapport, « les fortes disparités régionales en ce qui concerne les résultats scolaires et le mauvais fonctionnement du système éducatif du Cameroun sont en partie attribuables à deux problèmes : la mauvaise gestion du système et le manque de transparence dans l’allocation des ressources ». Le cas spécifique du Cameroun peut être généralisé à l’échelon africain.


www.africaview.net - On constate que le système éducatif des pays Africain a beaucoup de lacunes, au point où les occidentaux ont parfois du mal à accepter nos diplômes. Quel regard portez-vous sur les deux systèmes?
 
Mr Erick Achille Omar Nkoo - Historiquement, le système d'éducation africain est basé sur le legs colonial. La plupart des pays du continent ont calqué leur système sur ceux qui ont été établis durant la période coloniale. En Angola, par exemple, l'école secondaire est divisée en deux branches : l'éducation générale et la formation professionnelle. Cette façon de faire est très similaire à celle du Portugal. Sans trop rentrer dans une présentation comparative des deux systèmes, je vois en ce système éducatif africain plein de lacunes et d’anomalies et ce malgré les efforts que font les Etats africains en vue
d’améliorer l’éducation dans nos pays Africains.
 

www.africaview.net - Si nous avons calqué sur des systèmes qui eux fonctionnent bien en occident, comment se fait-il que cela fonctionne mal dans les pays Africains ? Quelles sont les raisons qui expliquent ces lacunes ?
 

Mr Erick Achille Omar Nkoo - Je crois que ces lacunes sont dues à la mauvaise gouvernance causée par une politique éducative médiocre, à des objectifs pédagogiques qui ne sont pas clairs. En effet, les objectifs pédagogiques doivent être clairs pour l’enseignant et l’apprenant. C’est vrai qu’à cela s’ajoute le faible taux du produit intérieur brut (PIB). Mais là encore je prends la question avec des pincettes car vous vous rendrez compte qu’avec un PIB sensiblement égal à celui des pays africains anglophones, les pays africains francophones souffrent d’un net retard par rapport aux pays africains anglophones. Vous comprenez donc que le problème réel se situe au niveau de la politique éducative. Et d’ailleurs cela ne surprend nullement personne si les dirigeants africains accordent moins d’importance au développement de nos systèmes éducatifs ; car leurs enfants étudient tous dans des écoles d’autres cieux qu’ils estiment meilleurs. Pendant que les écoles et universités des pays qu’ils sont supposés dirigés tournent en rond dans la médiocrité, leurs enfants évoluent en Amérique, en Angleterre, en France, en Scandinavie, au Canada et ailleurs où ils jugent les systèmes meilleurs.


www.africaview.net - Que pourrait-on faire pour améliorer cette faiblesse dans le système éducatif Camerounais en particulier et Africain en générale?
 
Mr Erick Achille Omar Nkoo- Pour faire de l’éducation un véritable moteur du développement socioéconomique en Afrique en général, et au Cameroun en particulier, il faut non seulement s’efforcer à parfaire la gouvernance jusqu’ici médiocre, mais surtout aussi résoudre le problème d’éthique qui colmate les efforts des gouvernements. C’est grâce à la bonne gouvernance que les acteurs directs de l’éducation contribueront véritablement à réaliser les objectifs assignés à l’éducation L’élaboration d’un nouveau système éducatif national adapté aux réalités sociales et aux valeurs morales et spirituelles de l’Afrique. Au delà de cela, je pense que l’éducation doit être obligatoire jusqu’en classe de troisième. En rendant l’école gratuite, il faut également la rendre obligatoire.


www.africaview.net - On sait qu’on ne peut pas parler de développement, si on ne prend pas en compte toutes les couches sociales. Pourtant nous assistons à une inégalité persistante dans nos systèmes éducatifs. Nos systèmes par exemple défavorisent les handicapés et mêmes les jeunes filles. Qu’en pensez-vous ?
 

Mr Erick Achille Omar Nkoo - Tout à fait. Vous savez que l’un des maux majeurs qui freinent le développement de notre continent c’est bien l’inégalité et l’injustice. Cette inégalité est également perceptible dans l’accès à l’éducation. Les pauvres ont accès à une catégorie d’écoles où la qualité de l’enseignement est déplorable. Pendant que les riches quant à eux se contentent des meilleures écoles. Pour faire de l’Afrique un chantier de développement où tous les africains, sans marginalisation aucune, participent à la vie économique, sociale, politique et culturelle de leurs communautés, il est aussi important de renforcer l’éducation des personnes handicapées qui semble encore quelque peu à la traine parce que négligée par les pouvoirs publics. Quand on sait qu’ils demeurent victimes de préjugés socioculturels, notamment ceux liés à l'éducation, à la formation et à l'emploi. Il est clairement visible dans les sociétés africaines que les personnes victimes d’un handicape soit –il sensoriel, moteur, mental ou social, vivent en général dans des conditions de vie qui laissent voir leur misère. Il faut de ce pas donné la chance à tous les enfants avec une nette considération des plus défavorisés socialement.
 
www.africaview.net - Il faut dire que les jeunes filles en Afrique n’ont souvent pas la chance d’aller à l’école pour diverses raisons. Soit culturelles, soit religieuses, si ce n’est les deux. Rencontrez-vous ce problème aussi au Cameroun ?
 
 
Mr Erick Achille Omar Nkoo - Comme je vous le disais précédemment, le cas du Cameroun n’est pas singulier. Les problèmes de l’Afrique sont similaires. C’est vrai qu’au Cameroun, les politiques œuvrent de plus en plus à la promotion de l’égalité des sexes pour une pleine exploitation de la ressource humaine et un rééquilibrage des droits fondamentaux. Selon le PNUD au Cameroun, L’indice de parité fille/garçon dans l’enseignement primaire s’est dans l’ensemble quasiment stabilisé entre 2001 et 2007. Ces valeurs extrêmes sont enregistrées dans les régions de l’Adamaoua, du Nord et du Sud-ouest. Au niveau national, la situation est de 95 filles inscrites pour 100 garçons.
Dans le secondaire, en plus de Douala et de Yaoundé, une région sur deux a connu une dégradation de l’indice de parité entre 2001 et 2007. Cette régression est plus prononcée dans l’Adamaoua et le centre. La répercussion au niveau national est perceptible. On note une chute de près de 9,5% de cet indice sur la période sus-évoquée.
Il est évident que l’autonomisation des femmes passe naturellement par des emplois salariés dans tous les secteurs. En zone rurale, elles sont particulièrement occupées aux activités agricoles aux côtés des hommes. Lorsqu’on s’intéresse à celles qui sont salariées dans les secteurs secondaire et tertiaire, on compte 1 femme salariée sur 4 en 2001 et un peu moins en 2007. L’augmentation de la population féminine en âge de travailler et la stabilité de l’effectif des employées due aux difficultés d’embauche sont sources de cette dégradation générale.
 

www.africaview.net - Nous vous avons rencontré dans le cadre de la Campagne « Éducation pour tous » et de la Caravane « À chaque élève, son livre » que lance la Fondation Roska. Quelles sont vos impressions par rapport à cette campagne et cette caravane qui auront lieu très bientôt en Côte d’Ivoire et si possible dans d’autres pays en Afrique ?


Mr Erick Achille Omar Nkoo - Je crois que c’est un acte salutaire d’une ampleur sociale qui va pouvoir ré-galvaniser la jeunesse ivoirienne, en lui donnant accès à l’éducation. La crise ivoirienne ayant causé de nombreux déséquilibres sociaux et économiques, je pense que le gouvernement en place devrait saisir cette occasion à portée humanitaire qui contribue au redressement et à la reconstruction de la cote d’ivoire. Une reconstruction qui passe par la réouverture des Universités ivoiriennes fermées depuis la crise poste électorale. Et comme je le disais plus haut l’éducation en Afrique souffre de plusieurs maux, parmi lesquelles la mauvaise gestion et le manque d’éthique qui sont en fait les plus criards; et je ne pense pas que la Cote d’Ivoire soit en marge de ces problèmes. Le cas de la Côte d’Ivoire doit être plus grave car dans une situation d’instabilité ou de guerre le taux d’éducation régresse naturellement. Soucieux de voir la Cote d’Ivoire reconstruite, nous souhaiterions que la paix y revienne afin que l’éducation, vraie gage de développement soit reformée.
 
www.africaview.net - Mr Erick Achille Omar Nkoo, nous n’allons pas abuser de votre temps. Nous voulons pouvoir revenir vers vous une prochaine fois. Avez-vous un dernier mot pour nos chers lecteurs ?


Mr Erick Achille Omar Nkoo - Je voudrais juste encourager la Fondation Roska pour l’œuvre humanitaire qu’elle entend accomplir dans une Côte d’Ivoire en quête de stabilité et d’élan socioéconomique. Et j’ose espérer que je ferais partie de cette caravane pleine d’espoir pour ce pays que nous aimons tant. La cote d’ivoire.

www.africaview.net - Merci à vous Mr Erick Achille Omar Nkoo, d’avoir mis votre expertise au service du développement.

Mr Erick Achille Omar Nkoo - C’est plutôt moi qui vous dis merci pour votre dynamisme.

Interview réalisée: par Marie-David Houphouët / le 23 Juin 2012
Source: AFRICAVIEW MAGAZINE / AFRICAVIEW to VALORISE AFRICA!
 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !