La politique de la France en Afrique ou la manifestation des carences d'une nation sans repère vertueux ?

Jeudi 17 Novembre 2016 - 10:46


Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy
Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy

La France, ce pays qui se fait attribuer tous les qualificatifs élogieux, ne serait-elle en réalité qu’une terre originellement peuplée d’incapables, de tricheurs qui n’hésitent devant aucune bassesse pour s’approprier indûment des titres, et surtout les biens d’autrui ? Les faits qui justifient cette interrogation sont légion, au point qu’on pourrait en faire un sujet de thèse. À côté de « l’Avenue des Champs Élysées » qui serait « la plus belle avenue du monde », Il existe des œuvres d’art d’auteurs d’autres pays que la France garde chez elle, en s’arrangeant pour en devenir propriétaire ou« copropriétaire », sans parler des innombrables pièces dérobées ailleurs, et surtout en Afrique et qui sont confisquées par ce « pays des libertés et des Droits de l’homme ».Beaucoup porte à penser qu’il y a comme une nature à se proclamer de meilleure graine sans avoir à le mériter, une tendance à rechigner à faire l’effort d’honnêteté nécessaire pour mériter le rang auquel on se place. C’est cela qui semble présider à la politique africaine du pays de « nos ancêtres les Gaulois ». Cette politique de prédation inhumaine, jalonnée de crimes de toutes sortes, y compris les génocides, reconnus comme Rwanda en 1994, ou camouflés si non niés, comme au Cameroun au début des luttes pour l’indépendance de ce pays, quand on extermina les Bamiléké, et en Côte d’Ivoire où, pour imposer un homme lige à la tête de l‘État, un certain Sarkozy, chef d’État de France, non content de faire massacrer par les armes des dizaines de milliers d’innocents, usa d’un « embargo sur les médicaments », pour accélérer gravement le grossissement du nombre des morts dans le pays. Une attitude de vampire, que subissent tous les pays qui ont eu le malheur d’être colonisés par la France. De fait, hormis l’Indochine et l’Algérie qui arrachèrent leur dignité à l’ogre français, Haïti ayant été enchainé à perpétuité par une dette fantaisiste, tous les pays francophones du monde, et particulièrement d’Afrique, du fait de la colonisation, subissent les crimes (il n’y a pas d’autre mot) de la France, en tous domaines.Au plan économique, en Afrique, en plus de l’escroquerie sans nom que constitue l’imposition du franc des Colonies Françaises d’Afrique (CFA), il faut voir tous les contrats de dupes, qui font des ex-colonies des vaches à lait et des marchés captifs où la France peut déverser ses produits, agricoles, manufacturés et de tout autre domaine, qui ne peuvent soutenir la concurrence du fait des couts surévalués. Pour illustration, on peut remarquer que depuis que la France a placé, dans le crime, son Sous-préfet à la tête de l’État de Côte d’Ivoire, non seulement les entreprises françaises raflent tous les marchés, mais les produits de France, Peugeot, Citroën, Renault et autres, ont envahi exagérément l’espace ivoirien.

Au plan sécuritaire, les États issus de l’espace francophone sont des « billards », comme on désigne dans l’armée les espaces où le danger est permanent. La raison, c’est que la France, prétendument « quatrième puissance militaire de la planète », n’a laissé dans ses espaces coloniaux que des systèmes de défense et de sécurité peu performants, avec des armements de qualité de moindre efficacité, stratégie de tricherie, pour que l’on ait toujours besoin des français pour sa sécurité. Le pire, c’est que les faits n’arrêtent pas de montrer que la France ne peut pas assurer sa propre sécurité ! Alors attendre d’elle qu’elle assure la sécurité ailleurs devient carrément une gageure. Cela se voit partout (Mali, Centre Afrique…) Et comme les clauses militaires de supes contraignent ces espaces coloniaux à subordonner leur systèmes de défense et de sécurité à la France, on est loin de sortir de l’auberge.

À tous les autres plans, tels la santé, la formation, la production, en passant par l’administration, on a fait copier tous les systèmes sur ceux de la France.Les États de l‘ex-empire colonial français étant restés enchaînés aux intérêts du colonisateur, toutes les limites de ces systèmes pleins de carences se trouvent amplifiés dans États nés de la colonisation française. Le plus grave c’est que lorsqu’un de ces États veut faire des efforts pour corriger les carences, la France use de tout pour le maintenir dans l’incurie. On a vu cela en Côte d’Ivoire, lorsque la France fit encore un coup d’État sanglant, pour mettre fin au régime de Laurent Gbagbo, avec son Assurance Maladie Universelle (AMU), son Budget Sécurisé, sa gestion intégrée des filières agricoles, etc.La France fit la guerre à Laurent Gbagbo, bombarda le pays et le palais de la présidence, après avoir fait pression sur tous les chefs d’État des alentours. Puis,par crainte que les Ivoiriens ne se dotent d’une monnaie de souveraineté, elle changea illégalement les responsabilités à la BCEAO.Ensuite ce fut la déportation à La Haye de Laurent Gbagbo, le président élu, comme la même France le fit jadis de Samory Touré, de Béhanzin et d’autre résistants Africains. Pour couvrir la honteuse tricherie, on essaie de justifier la déportation de Laurent Gbagbo par des accusations de « crimes contre l’humanité ». Et depuis des années, aucune preuve n’est trouvée, puisqu’il n’en existe pas, pour étayer l’accusation mensongère. Alors tout le monde regarde sans la moindre réaction,sauf celle des Africains. Ainsi, encore au XXIè siècle, le monde se fait complice du crime des carences des Français, qui envoient au bucher les victimes de leurs propres crimes !Car les crimes de la France dans les pays de ce qu’on appelle pré-carré français sont le fait des carences des élites et des populations de la terre des Gaulois. Nous nous bornerons à en citer deux, celles qui sont les plus évidentes.

 D’abord, il ya la carence morale. Il y a certes quelques personnes qui refusent de cautionner le mensonge, des personnes morales comme le Parti Communiste Français, et des personnes physiques, comme Jean-Luc Mélenchon, mais la grande majorité des Français marchent à l’unisson, comme une armée d’eunuques,à la suite des élites en déficit de vision morale : les Chirac, Alliot-Marie, de Villepin, Sarkozy et autres Hollande peuvent poser des actes qui vont à l’encontre des « lois » morales, le peuple de France est sans voix et sans acte : il suit comme à la bergerie ses dirigeants. Les Français suivent sans broncher, et sont même prêts à confier leur destinée à des personnes totalement sans repère morale, là où des enfants de moins de 10 ans d’âge sont choqués d’entendre le Ministre des Affaires Étrangères de France, le nommé Laurent Fabius, déclamer que « BâcharAl Assad, le dirigeant Syrien, ne mérite pas de vivre ! »… Ensuite la carence intellectuelle. En vérité, le fait que les élites françaises ne soient pas capables de trouver autre chose que des combines malhonnêtes, voire criminelles, pour donner à leur pays la possibilité de prétendre au rang de pays développé, ne peut s’expliquer que par leur manque de génie. Et croire que les pratiques de mensonges d’État, d’accords de dupes, de crimes crapuleux et autres actes de lèse souveraineté dans des États qu’on maintient malicieusement dans la faiblesse,par de procédés insidieux, pourraient signifier avoir du génie n’est qu’une illustration de plus des deux carences morale et intellectuelle.Cependant, ce que les Français et leurs alliés semblent ignorer, c’est que rien sur terre n’est éternel. Et, autant ce qui a cours aujourd’hui est la conséquence de ce qui s’est passé hier, autant ce qui détermine les contours de demain, c’est ce qui se passe aujourd’hui. Et ce n’est pas réfléchi que de se croire capable d’être toujours le plus fort. La sagesse populaire énonce que « quelle que soit la longueur de la nuit, le jour finit toujours par se lever ! Autrement dit : qui vivra verra ! 
 

BEDI HOLY ,Enseignant





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017