La peur

Mardi 26 Juin 2012 - 05:14


La peur
La peur est un sentiment fortement présent dans tout bon régime tyrannique. Elle habite non seulement les citoyens mais également hante, les instants des tyrans ou autres despotes. Concernant les citoyens, cette peur résulte de la trop grande tendance des gouvernants à écraser arbitrairement les plus petits. Ceux-ci devenant de fait, de l’argile entre les mains de ceux là. Du côté des tyrans, la peur découle de la crainte d’un soulèvement du peuple. Ils ont en effet peur de voir leurs privilèges et autres biens acquis frauduleusement leur échapper du jour au lendemain. Pas seulement cela. Ils ont surtout en mémoire les conditions scandaleuses qui les ont projeté au devant de la scène. Et comme la mémoire du peuple ne s’éteint pas toujours, ces tyrans redoutent que ce peuple lui rappelle que c'est en définitive lui qui a le dernier mot. Mobutu Sesé Séko a connu ses heures de gloire avec l’embrigadement des pensées, les pendaisons publiques, les exécutions sommaires, l’enrôlement de force des étudiants. Mobutu a échoué dans le creux de la honte dans un cimetière marocain à Rabat. Augusto Pinochet, a connu des heures succulentes parsemées de tortures, disparitions, de terreur… Il est parti, rejoindre ses pairs, dans un déshonneur retentissant. Ces deux petits dictateurs ont eu pour mérite de comploter et faire tuer leurs prédécesseurs. Le pouvoir leur ayant échoué entre les mains, ils n’ont fait qu’instaurer la peur. Il est certes vrai que ces premiers tyrans sont passés ; mais ils ont légué a d’autres leurs méthodes. La peur, la terreur, les tueries et enlèvements etc.
En Côte d’Ivoire, contrairement à certains pays qui, en ce 21è siècle tentent de s’essayer à la démocratie, les gouvernants préfèrent plutôt s’attacher aux vestiges des gouvernements tyranniques. La peur est visible partout. Le pouvoir a peur, il a perdu sa sérénité. Il traque, torture, enlève le citoyen lambda, muselle et muselle. Le citoyen lui aussi a peur, peur de se voir taxé de milicien ou mercenaire pro-Gbagbo. Il a peur d’ouvrir les yeux et la bouche. Ses oreilles, ses yeux ainsi que sa bouche sont fermés comme ceux du singe mythique qui, pour vivre tranquille préfère ne rien entendre, ne rien voir et naturellement ne rien dire. Seul parle en lui, son cœur.
Après que les gouvernants aient réussi la prouesse de transformer une stratégie de communication non validée en programme de coup d’Etat, après qu’ils aient transformé la télévision nationale en haut lieu d’expression de piètres artistes politiques, ils décident d’intensifier la peur. Grande fut notre surprise d’apprendre que le petit département de Sinfra et précisément la sous préfecture de Gohi est désormais un camp d’entrainement de mercenaires. Le pouvoir paranoïaque quitte ainsi les villes de Lopou, Taï, Sikensi pour descendre à Gohi avec toujours les mêmes pratiques. Que peut la petite localité de Gohi là où les « grands déstabilisateurs du FPI » ont échoué? Franchement il faut avoir perdu la raison pour s’inventer de telles fâbles. Des citoyens, sur dénonciation de quelques Dozos devenus désormais une force régulière, ont été conduit manu militari à Abidjan. Ils n’ont ni été transférés à Sinfra, ni à Bouaflé, mais directement à Abidjan certainement pour bénéficier du même traitement qu’a connu le Ministre Lida Kouassi Moïse. Ces personnes ont été accusées d’inoculer dans leurs corps, des anti balles. Et curieusement ceux qui s’activent à les arrêter, sont les maîtres des pratiques mystiques, les Dozos. L’un des Dozos de la localité de Kayéta (Département de Sinfra) , un certain Arouna de nationalité Burkinabé, est à la tête des dénonciateurs. La peur est-elle aussi grande au point de considérer que des personnes qui s’octroient d’hypothétiques protections sont des déstabilisateurs? Les gouvernants auront certainement du mal à nous convaincre, eux qui veulent par tous les moyens conserver leur trône en terre. La peur s’installe un peu plus chaque jour si bien qu’une tentative de protection est considérée comme un acte de déstabilisation donc un crime. Alors si les tyrans raisonnent ainsi, que font-ils des Dozos ? Que font ils de l’ancien chef rebelle Koné Zakaria devenu chef de la police militaire, lui-même grand Dozo devant l’Eternel. Que faisaient les tyrans lorsqu’en 2011, des dozos venus de la sous région se sont offerts en spectacle mystique pendant plus d’une semaine dans le département de Sinfra? Avaient ils l’intention de déstabiliser ce pouvoir? Pourquoi, la télévision nationale couvre-t-elle les manifestations de ces Dozos ? Toutes ces questions ne trouveront jamais de réponse auprès des tyrans qui ont peur. Ils ont même peur de leur propre ombre. Le cas de la localité de Gohi et de Kayéta n’est pas isolé. Un peu partout, les tyrans voient des pépinières de rebellions. Pourtant, il ya exactement trois mois, nous avons entendu ceci : « vous savez cette question de déstabilisation de la Côte d’Ivoire, je la lis de temps en temps dans la presse. Mais considérez que la Côte d’Ivoire est stable maintenant et qu’il n’y a pas de risque de déstabilisation. Mais certains peuvent se faire des illusions. » Alors comment comprendre aujourd’hui le frétillement de ce pouvoir ? C’est tout simplement la peur. Pas plus.
La peur est aussi instaurée par les armes et les grands tyrans le savent bien. François Hollande avait annoncé que le 06 Mai serait une terrible nouvelle pour les dictateurs. Eh oui, depuis qu’il est au pouvoir, il ferme ses portes aux dictateurs, mêmes ceux portés par la fameuse communauté internationale. Ils ont donc peur parce leur « Jésus », leur « Paraclet » n’est plus là. Où vont-ils aller ? Ils ont choisi la terre promise, pour les élus et non pour les tyrans. Ils ont choisi d’aller là où est mort le grand Bohoun Bouabré, en Israël. Les grandes oreilles nous disent qu’ils y sont allés chercher la protection. Le Ministre de la défense, son délégué, tous sont allés en Israël. Pour quoi faire? Nous ne doutons pas une seule seconde, ils y sont allés pour acquérir un soutien militaire, en un mot des armes, pour faire peur au peuple parce que la Licorne ne peut plus faire peur au peuple. Avec ces armes, ils viendront tuer tous ceux qui tenteront de tenir tête à la tyrannie. Mais Israël n’est pas Sarkozy. Face à leur échec, ils veulent aller en Arabie Saoudite, ceux là qui n’ont jamais déposé une seule babouche à la Mecque. Mais pour acquérir des armes ils iront certainement à la Mecque. Ils pensent pouvoir y trouver un soutien militaire aussi ferme que celui accordé par le tristement célèbre Sarkozy. La fin justifiant les moyens, ils ne négligeront certainement pas les détails. Mais fort heureusement que la peur ne traverse pas le temps et ne vainc pas l’ordre naturel des choses.. Comme le feu, lorsqu’après avoir embrasé les herbes, il croise la rivière, lentement, doucement, il s’éteint. Ainsi s’éteindra la peur du peuple. Seule demeurera, la peur que la perte du pouvoir inspire au tyran.
Nous y reviendrons.

 
Alain Bouikalo
bouikhalaud10@gmail.com




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !