La finalité du printemps arabe

Mardi 1 Mai 2012 - 07:57


 La finalité du printemps arabe
Dieu est-il fatigué de façonner le monde au point de l’abandonner aux mains de l’homme ? En tous cas, tout porte à croire que les illuminés pensent savoir d’avance ce qui arrivera à l’Humanité ; donc ils s’ingénient à poser des actes artificiels de régulation, afin que l’équilibre, à leur jugement, reste constant. A ce niveau de notre réflexion, ceux qui ont des oreilles pour entendre ont déjà entendu et ceux qui ont des yeux pour voir ont déjà également vu. Cependant, pour les autres, ceux qui ont du mal à suivre, voici la finalité du printemps arabe.
L’Occident, conscient du fait que la population mondiale augmente dangereusement par rapport à l’espace vital, veut une troisième guerre mondiale, mais seulement à sa périphérie. Pour ce faire, les Occidentaux ont tenté de susciter une guerre en Chine. Ce pays à lui seul, fait le quart de la population mondiale, d’où il fallait y créer des troubles. Ils ont trouvé le thème privilégié de droits de l’homme pour voir les Chinois s’entretuer. Ainsi, pendant plusieurs années, la Chine a été attaquée sur la question des droits humains, mais la mayonnaise n’a pas pris. Le monde entier a été ému en 1990, (Révolte estudiantine) mais la fermeté des dirigeants chinois n’a pas permis à l’araignée d’entrer dans le mur, parce qu’ il est sans faille, lisse et compact.
Alors en désespoir de cause, les pays comme l’Inde et le Pakistan ayant la plus forte densité de population après la Chine, se sont retrouvés dans la ligne de mire occidentale. Pour cacher leur visage hideux, les comploteurs ont changé de thème. Ici on a mis en avant la question religieuse. Il fallait susciter des tueries inter confessionnelles là où deux voire trois religions différentes cohabitent. Et les pays les mieux indiqués en la matière sont l’Inde et le Pakistan ; parce que les intégristes et les autres y rivalisent. Cependant, un danger potentiel guette le monde car il y a la bombe atomique dans cette région du monde. L’Inde la possède officiellement, alors que le Pakistan est simplement soupçonné de la posséder. D’où la nécessité d’y aller avec la pédale douce. L’Iran est le trublion de la zone. Il faut l’empêcher d’accéder au cercle fermé des puissances nucléaires, sinon, la manipulation peut déraper et le monde peut connaître les conséquences dramatiques d’une nouvelle bombe atomique dont les effets n’épargneraient personne, y compris en Occident : il y a donc un péril en la demeure.
Les autres endroits de la terre où d’ici l’an 2050, il y aura une très forte poussée de population se trouve en Afrique et en Moyen-Orient. Que fallait-il inventer pour que le feu s’allume dans cette zone ? Aucun nouvel élément ne venant enrichir leur vocabulaire de propagande, il a fallu remettre la démocratie au goût du jour avec une nouvelle couche de vernie. Vu que ces peuples vivent sous une légendaire tyrannie, il suffisait de susciter une révolution pour que l’effet de domino se déclenche.
Mouammar Kadhafi aurait bien pu leur être utile dans cette basse besogne, mais ses délires de volonté de puissance sont imprévisibles. Avec tout ce que le pétrole lui rapporte, s’il continue de rester au pouvoir, l’idée saugrenue de se doter de l’arme nucléaire pouvait l’animer. Pis, ses nombreux avoirs dans les banques de l’Euroland, constituent une menace immédiate pour l’Europe, car l’Euro en crise, peut lui donner des idées de racler tous ses avoirs et décupler les difficultés des Européens. Par conséquent, pour attaquer la forte tête de la zone africaine, il faut commencer par là où la population menacée, peut fuir, c’est-à dire chez le voisin Tunisien. D’où le choix de ce pays pour inaugurer le printemps arabe.
D’aucuns diront que c’est une simple coïncidence que la révolution arabe ait débuté en Tunisie. A ceux-là, il suffit de poser la question de savoir qu’est-ce qui a changé entre le Kadhafi reçu avec faste par le Français Nicolas Sarkozy et le Kadhafi à qui l’Otan a crié haro sur le baudet ? Pourquoi est-ce l’OTAN qui a décidé de neutraliser le colonel libyen ?
En clair, le printemps arabe est un stratagème, un simple prétexte pour faire baisser le niveau de la population mondiale là où la potentialité existe de la voir s’élever de façon exponentielle dans quelques années. Ainsi toute la zone nord-africaine a été prise dans la nacelle du supposé printemps arabe, ces pays dans lesquels les dictateurs d’aujourd’hui étaient de tout temps regardés comme des gens fréquentables. Hors du secret de la danse des sorciers, Michel Alliot-Marie, ministre des affaires étrangères de France, a voulu voler au secours de son ami Ben Ali, chef de l’Etat tunisien. Or, ce dernier comme d’autres dirigeants de la sous-région, avaient déjà été désignés pour être immolés sur l’autel des illuminés.
La procédure est simple : Les Occidentaux dont principalement la France et les USA, envoient des instructeurs dans les pays cibles où les troupes de l’ONU ne sont pas présentes. Ils y sèment les troubles en tirant sur l’armée loyaliste. Si celle-ci réagit, la presse occidentale entre en jeu pour jouer sa partition. Ainsi, les pays qui pendant des lustres ont toujours vécu avec leur opposition, brusquement sont surpris en flagrant délit d’assassinat de leur peuple. Du moins, ce que dit l’Occident.
En temps normal, on attendrait qu’en Tunisie, la démocratie se consolide d’abord avant de l’exporter dans les pays voisins. Pendant que le régime politique de ce pays est en plein balbutiement, on se presse de contraindre d’autres Etats à suivre ou à subir le printemps arabe. C’est tout le paradoxe qui trahit les Occidentaux.
L’os dans la gorge des Américains et des Français est que la Russie et la Chine, traditionnelles alliées de la Syrie veillent au grain et ne veulent rien entendre à propos des accusations montées de toutes pièces contre leur protégé. Embarrassés, les Occidentaux, tentent de créer des troubles en Russie, afin que préoccupée à éteindre son propre incendie, elle baisse la garde en Syrie. Y réussiront-ils ? L’envers du décor du printemps arabe n’est donc pas reluisant, c’est tout simplement une mise en scène occidentale pour préparer la troisième guerre mondiale qui cette fois-ci n’aura pas l’Europe pour théâtre, mais plutôt la périphérie de ce continent.

Louis-Freddy Aguisso





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !