La diaspora ivoirienne a manifesté ce week-end à Paris contre les tueries d'enfants en Côte d'Ivoire.

Samedi 7 Février 2015 - 21:10


Les manifestants indignés portant bandéroles et pancartes
Les manifestants indignés portant bandéroles et pancartes
Le phénomène d'enlèvements et de tueries d'enfants en Côte d'Ivoire ne cesse de causer l'indignation générale des ivoiriens. Ces tueries seraient, dit-on, destinées à des rituels occultes d'enrichissement, de conquête ou de conservation du pouvoir. En Côte d'ivoire, les populations révoltées n'hésitent plus à marquer leur profonde indignation et leur ras-le-bal en appliquant la justice expéditive. Ces réactions sont dues au fait que les autorités ne donnent pas suffisamment de gage d'une justice en action pour punir les coupables et  les commanditaires de ces crimes odieux. Crimes odieux dont sont désormais également victimes des jeunes et des adultes. L'heure est grave, d'autant plus que les autorités du pays, après avoir annoncé la mobilisation de plus 1500 forces de l'ordre, ne semblent pas rassurer effectivement les populations qui se plaignent de l'invisibilité sur le terrain de cette mesure annoncée à grande pompe. L'heure est grave d'autant plus que le conseil des ministres du mercredi dernier a passé sous silence ce phénomène tragique et traumatisant, comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

La diaspora ivoirienne a manifesté ce week-end à Paris contre les tueries d'enfants en Côte d'Ivoire.
Cependant le phénomène persiste et gagne en ampleur. La psychose est totale. Les populations sont dans le désarroi. Elles sont désemparées, interdites de manifester pour protester contre les anges de la mort rodant dans tout le pays et prêts à  capturer, égorger, mutiler, tuer. Jusqu'à ce jour, les parents des victimes et le reste de la population s'en tiennent à cette mesure inique et cynique d'interdiction de manifester contre les tueurs d'enfants qui en moins de deux mois ont fait plus de 25 victimes.

Ces faits si gravissimes ne pouvaient laisser la diaspora ivoirienne indifférente. Sur le réseau social Facebook, cette diaspara a multiplié les vidéos, images et messages écrits de dénonciation, de protestation et de sensibilisation, afin que les autorités ivoiriennes se mobilisent véritablement pour mettre fin au phénomène cruel. Pour marquer davantage son indignation et pour sensibiliser l'opinion internationale sur ces infanticides, des patriotes ivoiriens  ont manifesté ce week-end dans les rues  parisiennes.

La diaspora ivoirienne a manifesté ce week-end à Paris contre les tueries d'enfants en Côte d'Ivoire.
Parti du métro Victor Hugo, à proximité de l'ambassade de Côte d'Ivoire située dans le 16ème arrondissement, les manifestants ont regagné, à la suite d'une longue procession,  le Bureau parisien de l'UNICEF (Fond d'urgence humanitaire de l'ONU pour la défense des droits de l'enfant) situé dans les environs de la gare Saint- Lazare.
La révolte se lisait sur les visages des manifestants portant  pancartes et banderoles marquées par des images d'atrocités commises sur les enfants victimes de la barbarie des ravisseurs. " Arrêtez de tuer nos enfants en Côte d'Ivoire !", scandaient  les manifestants.
Il faut souligner que l'ambassade de Côte d'Ivoire a marqué son refus de recevoir la motion des organisateurs de la manifestation. Cette motion  a cependant été déposée dans la boîte aux lettres de l'ambassade. Leur motion sera également remise ce lundi au Siège de l'UNICEF - France.
"SOS enfants en danger en Côte d'ivoire" ! Nous espérons que cette tragédie prendra fin le plus tôt possible.


Zéka Togui

Ci-après quelques images de la manifestation.


La diaspora ivoirienne a manifesté ce week-end à Paris contre les tueries d'enfants en Côte d'Ivoire.







Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !