La déclaration des Archevêques et Evêques de Côte d'Ivoire qui fait mal au RDR d'Alassane Ouattara.

Les Pères, les Archevêques et Evêques catholiques de Côte d’Ivoire ont produit le 10 mai 2015 un communiqué pour interpeler les dirigeants ivoiriens sur la grave menace qui plane sur la Côte d’Ivoire si rien n’est fait. Pour ces hommes de Dieu la Côte d’Ivoire risque à nouveau de plonger dans le chaos à cause « des mensonges qui ont été semés dans la vie socio-politique de la nation. Mais aussi les rancœurs, les tensions, les frustrations, les traumatismes et la pratique du rattrapage ethnique sont toujours présents. Aussi parce que le pouvoir et l’opposition continuent de se défier. L’on reste toujours arc-bouté à son appartenance régionale, tribale ou ethnique. Par ailleurs le problème foncier reste entier dans certaines régions ». Toutefois selon d’Eglise, « une vraie réconciliation, dans le contexte actuel, nécessite un certain nombre de conditions dont, entre autres : la rencontre entre les leaders politiques, l’unité au sein de chaque parti politique, le désarmement, la vérité, une justice équitable et le pardon… c’est pourquoi elle invite à plus de responsabilité.

Mercredi 13 Mai 2015 - 03:00


Evêques de Côte d'Ivoire
Evêques de Côte d'Ivoire
Au terme de la 99ème Assemblée plénière de notre Conférence, tenue à Abengourou, nous avons adressé un message à la nation. Dans ce message, nous avons fait une analyse de la situation qui prévaut dans notre pays la Côte d’Ivoire en vue de proposer une voie de sortie susceptible de consolider la paix. Dans cette nouvelle adresse, nous souhaitons, une fois encore, partager avec vous, nos compatriotes, le souci de la construction d’une société ivoirienne toujours plus fraternelle et ouverte à tous, respectueuse de la dignité et des droits de la personne humaine et préoccupée d’établir entre tous les citoyens des liens d’amitié, de confiance et de respect mutuel. En effet, il est de la mission de l’Eglise de s’engager à promouvoir en son sein et dans la société, une culture soucieuse de la primauté du droit (cf. Africae Munus 81). Pour ce faire, vos Pères, les Archevêques et Évêques de Côte d’Ivoire, vous rappellent à nouveau les conditions d’une vraie réconciliation, pour des élections apaisées. Cela nécessite tout d’abord que l’on fasse brièvement l’état de la situation actuelle.

I-SITUATION ACTUELLE

 Au sortir de la crise née des dernières élections, les nouvelles autorités du pays, conscientes de la fracture sociale, ont opté pour la réconciliation des fils et des filles du pays. Aussi avaient-elles mis en place la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), dont la mission principale consistait à ramener la paix et la concorde entre les différentes composantes de la société ivoirienne. Cette mission serait vaine sans le désarmement. C’est pourquoi les autorités compétentes ont procédé à la création d’un organe chargé de désarmer les ex-belligérants et de les réinsérer dans le tissu social. Ainsi l’on a vu le retour progressif à la vie civile de plusieurs ex- combattants qui, aujourd’hui, après une formation reçue dans les centres d’apprentissage, mènent une activité génératrice de revenus. Parmi les actions réalisées par le pouvoir, il faut relever le procès d’un grand nombre de détenus de la crise post-électorale, le retour au pays de certains exilés et le dégel des avoirs de certains concitoyens. Toutes ces actions visaient sûrement à ramener la confiance et la concorde perdues entre les fils et les filles de notre pays. Cependant malgré toutes ces actions menées en si peu de temps, force est de constater que beaucoup reste à faire. En effet, la CDVR qui avait si bien commencé et qui suscitait beaucoup d’espoir chez les populations, est arrivé au terme de son mandat sans avoir relevé le défi de la Réconciliation. A vrai dire, les rancœurs, les tensions, les frustrations, les traumatismes et la pratique du rattrapage ethnique sont toujours présents dans notre pays. Le pouvoir et l’opposition continuent de se défier. L’on reste toujours arc-bouté à son appartenance régionale, tribale ou ethnique. Par ailleurs le problème foncier reste entier dans certaines régions. Aujourd’hui, cette commission s’est vue remplacée par une autre structure appelée à parachever le travail déjà entrepris, cette fois-ci, en insistant sur l’indemnisation des victimes. Par ailleurs le front social en ébullition ces derniers temps nous inquiète tous. Aussi les archevêques et évêques encouragent – ils les uns et les autres à créer les conditions d’une réconciliation vraie.

 II- LES CONDITIONS D’UNE VRAIE RÉCONCILIATION

Une vraie réconciliation, dans notre contexte actuel, nécessite un certain nombre de conditions dont, entre autres : la rencontre entre les leaders politiques, l’unité au sein de chaque parti politique, le désarmement, la vérité, une justice équitable et le pardon.
1. Rencontre et dialogue entre les leaders politiques « Si ton frère a quelque chose contre toi…va d’abord te réconcilier avec lui et viens… » (Mt 5,23-24). Une vraie réconciliation exige une rencontre entre les belligérants d’hier.
C’est pourquoi nous souhaitons vivement que tous les leaders politiques se rencontrent et fassent la paix.
2. Unité au sein de chaque parti politique Nous invitons les partis politiques à œuvrer à l’unité et à la paix en leur propre sein pour contribuer ainsi à la réconciliation du pays.
3. Désarmement Nous encourageons la poursuite et l’achèvement effectif du processus de désarmement, condition indispensable pour des élections apaisées.
 4. Vérité Il est évident qu’on ne peut pas arriver à une vraie réconciliation dans le mensonge. C’est pourquoi, chacun devra reconnaître sa responsabilité dans les crises successives qui ont secoué notre pays. En effet, trop de mensonges ont été semés dans la vie socio-politique de notre nation. L’heure est venue de sortir courageusement de cette culture de mensonge pour accéder à la vérité.
5. Justice équitable Dans la crise ivoirienne, des crimes ont été commis dans les deux camps. Une justice équitable devrait juger les coupables de l’un et l’autre camp. 6. Pardon Sans le pardon demandé et reçu, il n’y a pas de réconciliation authentique. Nous invitons donc les bourreaux de l’un et l’autre camps à regretter leurs torts, à en demander pardon avec la ferme résolution de ne plus recommencer. Quant aux victimes, elles devront faire un effort de pardon et de dépassement.

III-BÂTIR UNE CÔTE D’IVOIRE RÉCONCILIÉE ET PROSPÈRE

A ce stade de notre propos, nous voulons nous adresser aux différents acteurs de la vie socio-politique de notre pays. Aux leaders Politiques Vous vous présentez comme des éveilleurs de conscience et des modèles de citoyens. A ce titre, vous êtes appelés à être les repères et les guides des militants de vos partis politiques. Pour cela, vous devrez incarner vous-mêmes les valeurs humaines et démocratiques que vous prônez dans vos projets de société et programmes de gouvernement. Dans vos discours et comportements, vous veillerez à ne mépriser personne et à n’insulter personne. L’autre candidat n’est qu’un adversaire politique et non un ennemi. Aussi doit-il être traité avec courtoisie. Quels que soient les résultats des votes des prochaines élections, vous devrez placer l’intérêt supérieur de la nation au-dessus de toute autre considération ; vous ferez montre de grandeur d’âme pour ne pas considérer la victoire comme une occasion de domination et la défaite comme une déchéance humaine. Dans cette dynamique, le vainqueur devra tendre la main aux vaincus qui accepteront en toute humilité et honnêteté de collaborer à l’unique construction du pays. Au regard de l’histoire récente de notre pays où beaucoup de jeunes par dizaines ont été sacrifiés sur l’autel des ambitions politiques partisanes, nous vous recommandons vivement de vous abstenir de les impliquer dans vos aventures idéologiques meurtrières. Aux militants Vous constituez la base et la force des partis politiques. Mais en même temps, sans le vouloir, vous pouvez en être la faiblesse. Par votre propre faute, à travers l’usage de la violence, le refus de la contradiction, le tribalisme, l’ethnicisme et le fanatisme religieux, vos partis peuvent perdre en crédibilité. Au contraire, vous devez faire preuve de tolérance en acceptant le droit à la différence d’opinion et en traitant avec bienveillance vos adversaires, à défaut de les aimer. Dans la manifestation légitime de votre joie, en cas de victoire de votre candidat, vous ne devez ni provoquer ni humilier les perdants. Victoires et défaites ne doivent pas être des occasions pour poser des actes de vandalisme qui contredisent l’esprit civique (descentes dans les rues, pillages, incendies, meurtres, viols, etc.). Aux journalistes Pour permettre à la Côte d’Ivoire de vivre des élections sereines et apaisées, il s’impose d’une part que vous évitiez d’écrire des articles incendiaires de nature à mettre le feu aux poudres et à compromettre la paix fragile qui pointe à l’horizon. Il est impératif d’autre part que l’équité soit respectée dans l’accès de chaque candidat aux médias d’Etat. Aux jeunes L’avenir d’un pays repose sur sa jeunesse. A ce sujet, l’Eglise a raison lorsqu’elle affirme que « la jeunesse n’est pas seulement le présent mais surtout l’avenir de l’humanité » (Ecclesia in Africa, n°93). Nous le savons tous, vous les jeunes, vous constituez une force. Tout en vous félicitant pour votre générosité à répondre aux appels qui vous sont adressés, nous vous invitons à beaucoup de vigilance et à plus de maturité dans vos engagements politiques et idéologiques. Vous ne devrez pas vous laisser manipuler et instrumentaliser par les hommes politiques. Refusez systématiquement le faux martyre qui ne servirait qu’à la gloire d’un individu se souciant peu ou même pas de votre véritable avenir. Rejetez également tout acte qui serait de nature à détruire aussi bien les acquis que le pays lui-même. Aux autorités religieuses Nous, autorités religieuses, sommes les guides et les éclaireurs des consciences des hommes, des femmes et des communautés au nom de la foi en Dieu. A ce titre, nous ne devrions pas avoir peur de dire la vérité qui s’impose et qui seule libère. Pour y parvenir, nous, autorités religieuses, préserverons notre liberté vis-à-vis des leaders des partis politiques, des pressions et des logiques ethniques. Nous devons avoir le courage de dénoncer ouvertement les pratiques occultes liées aux élections qui hélas, vont quelquefois jusqu’aux sacrifices humains. Dans nos diverses interventions, nous rappellerons aux leaders politiques le vrai sens de leur engagement qui est d’abord et essentiellement un service de la communauté. Il n’est nullement un moyen d’enrichissement individuel et rapide, encore moins la recherche d’une gloire personnelle ou d’une revanche sur des adversaires.

CONCLUSION

 Nous ne saurions terminer cette adresse sans vous inviter à tracer les sillons d’une réconciliation vraie pour le retour d’une paix durable en Côte d’Ivoire. Ainsi les fils et filles de ce pays pourront se mettre ensemble pour construire une société plus digne et plus fraternelle. Puisse la Vierge Marie, Notre-Dame de la Paix, nous accompagner toujours dans nos efforts pour bâtir la patrie de la vraie fraternité.

Fait à Taabo dans le diocèse d’Agboville, le 10 mai 2015

Vos Pères, les Archevêques et Evêques catholiques de Côte d’Ivoire
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !