La Russie et la Chine ont bloqué un projet de résolution sur la situation humanitaire à Alep.

CIVOX.NET
Mardi 6 Décembre 2016 - 20:50


Selon le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu Vitali Tchourkine, Moscou avait prévenu d'avance qu'il voterait contre ce texte proposé en violation des règles du Conseil de sécurité de l'Onu.

La Russie et la Chine ont opposé leur veto sur un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sur la situation humanitaire à Alep, en Syrie.

«Onze délégations sont pour, trois contre et une délégation s'est abstenue», a annoncé le président du Conseil de sécurité à l'issue du vote.

Le Venezuela a aussi voté contre ce texte. L'Angola s'est abstenue.

Selon le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu Vitali Tchourkine, Moscou a prévenu d'avance les membres du Conseil de sécurité de l'Onu qu'il voterait contre ce texte proposé en violation des règles du Conseil de sécurité de l'Onu.

«L'organisation d'un vote sur ce projet de résolution constitue une violation des normes de procédure du Conseil, puisque le projet (…) ne peut être voté avant mardi matin conformément à la norme des 24 heures. C'est important, parce que cela aurait permis aux membres du Conseil de tenir compte de nouveaux faits, de parvenir à un consensus et d'adopter une résolution qui permettrait d'améliorer la situation humanitaire en Syrie et notamment à Alep-Est», a indiqué M. Tchourkine.

Présenté par l'Égypte, l'Espagne et la Nouvelle-Zélande, le projet de résolution appelle à instaurer une nouvelle pause humanitaire de sept jours à Alep. Il fait l'objet de discussions depuis plusieurs jours. Initialement, le texte proposait d'instaurer une pause humanitaire de dix jours à Alep.

Le diplomate russe a rappelé que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain John Kerry s'étaient mis d'accord à Rome sur un plan spécial pour Alep-Est.

«L'élément clé de ce plan est le départ des terroristes d'Alep», a noté M. Tchourkine.

Les experts russes et américains tiendront une rencontre mardi ou mercredi pour étudier cette initiative proposée par John Kerry.

Selon M. Tchourkine, il faut attendre les résultats de cette rencontre des experts russes et américains avant de voter sur une nouvelle pause humanitaire à Alep.

«Nous considérons qu'il faut attendre les résultats de cette rencontre d'experts pour que la résolution du Conseil de sécurité soit sérieuse», a déclaré Vitali Tchourkine devant les journalistes.

Source: agences et rédaction





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA