La Justice de l’opacité

Jeudi 28 Juin 2012 - 04:35


La Justice de l’opacité
Monsieur Koffi Charles est le président du réseau national des victimes des déchets toxiques en Côte d’Ivoire. Sans entrer dans les méandres de ce qui est devenu une nébuleuse d’affaires floues impliquant malfrats et moralistes de notre petite République bananière, je m’interroge encore sur l’esprit qui a animé le juge qui a bien voulu le condamner à 6 mois de prison fermes et de 5 ans de réclusion dans son village. Un collègue me dit que dans la profession, on ne commente pas la décision de justice. Mais a-t-on besoin de commenter une décision de justice ? Ou elle est juste ou elle ne l’est pas. Apparemment celle-ci n’est pas loin de renfermer trop de points d’ombre. Je ne suis pas un spécialiste de la justice, mais j’ai rarement vu qu’on condamne quelqu’un parce qu’il met à nu des malversations avérées. Adama Bictogo cité dans cette affaire a démissionné du gouvernement. Il aurait promis de rembourser ce qu’il a gardé par devers lui quant au dédommagement des victimes. Rien que cela est la preuve que monsieur Koffi Charles en sait un brin sur toute cette affaire sulfureuse de détournement des sommes faramineuses allouées par la compagnie Transfigura en guise de réparation des dommages que pourrait causer la toxine qu’elle a déversée sur le territoire ivoirien. Un juge soucieux de découvrir la vérité ne devrait-il pas diligenter une enquête plus approfondie sur la question et écouter et vérifier tout ce que le plaignant a à dire. A quelle logique répond l’arrestation, le jugement et cette condamnation sévère pour diffamation et trouble à l’ordre public de Charles Koffi justement au moment où celui-ci se dit prêt à faire éclater la vérité. Est-il normal que dans une République on condamne quelqu’un au silence parce qu’il veut apporter la preuve que des criminels à col blanc font main basse sur le bien des plus faibles ? Adama Bictogo et tous ceux qui sont cités dans l’affaire courent encore. Ils n’ont pas encore remboursé ce qu’ils disent eux-mêmes avoir volé. En réduisant Charles Koffi au silence, le juge peut-il nous dire qu’il n’y a pas de délit de détournement et que toutes les victimes vont bientôt percevoir leur dû ? Sans quoi il faudra craindre que Charles Koffi ne soit en fait le symbole d’une absence totale de justice dans notre pays.

Joseph Marat (Aujourd’hui)





Résistance patriotique | Pensées politiques | Droit/Justice | Historique





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !