La «France-afrique » ou l'apartheid Français en Afrique

Quand j’entends par-ci, par-là que le Président Gbagbo sera libéré le 2, le 3 ou le 11 de tous les mois parce que le dossier est vide, ils n’ont rien contre lui…, je comprends cet aspect sans doute religieux; mais, je dois avouer que ces déclarations me choquent.

Vendredi 22 Novembre 2013 - 05:41


Image d'archives: Un sommet de la françafrique
Image d'archives: Un sommet de la françafrique
Je suis arrivé à la compréhension que les raisons essentielles de la crise ivoirienne échappent à certains de nos compatriotes. Et c’est dommage. Cependant, je voudrais ici rappeler que les gens qui ont équipé, entretenu et protégé la rébellion armée contre le pouvoir du Président Gbagbo depuis le 19 Septembre 2002 ne sont pas des humoristes. Ce ne sont pas non plus des augustes personnes, encore moins des cinéastes. C’est le réseau mafieux, sans la moindre sensation humaine, masqué derrière la monstrueuse «france-afrique» qui n’est rien d’autre que ces accords de dupes au prix des indépendances farceuses qui a opéré en Côte-d’Ivoire. C’est ce qui explique la position de certains pays dont le Nigeria qui s’était loyalement rangé du coté du Président Gbagbo contre les rebelles, au début de l’agression armée du 19 Septembre 2002, et qui s’est, finalement, retrouvé comme l’élite robuste de l’agresseur pour chasser le président Gbagbo du pouvoir.
 
Nous avons tous observé les mouvements de certains chefs d’état africains qui transitaient obligatoirement par la France, y faisaient des déclarations offusquantes, avant de participer aux nombreuses réunions sur la crise ivoirienne. A quoi répondait cette nécessité de transiter par la France, comme préalable, pour participer aux rencontres sur la crise ivoirienne, si ce n’était pour y prendre des injonctions auprès des maîtres. Les chefs d’Etat qui ne voulaient plus marcher dans cette combine pendant qu’ils sont eux-mêmes le produit de la «france-afrique» en ont eu pour leur compte. On ne comprendra jamais des disparitions brusques, mais n’oublions pas que le Président Gbagbo avait certainement des raisons de baptiser certains de « rigolo ».

La «France-afrique» c’est le traité de sourds que les colons ont imposé aux leaders Africains avant la proclamation des fausses indépendances entre 1958 et 1960. Ces traités sont un ensemble de principes ou de foutaises inchangeables notamment; le (FCFA) ou Franc des comptoirs français d’Afrique. Cette monnaie française en Afrique, selon les closes qui ont abouti aux promulgations des indépendances supposées doit soutenir inconditionnellement le Franc Français de l’époque. En d’autres termes la France doit être l’unique ouverture diplomatique, commerciale, industrielle et technologique de ses colonies. Pas de concurrents aux entreprises Françaises dans ses colonies.
Tous les chefs d’état des colonies Françaises doivent impérativement dire bonjour au Président de la République Française tous les matins entre 11 et 12:00. Aucun retard n’est tolérable. Chaque chef d’état de la colonie doit soutenir financièrement et matériellement le Président Français à tout moment et ne doit lui désobéir. Les chefs d’état et leurs familles passeront impérativement leurs vacances en France, de même que tous les membres des gouvernements respectifs. Les chefs d’état, leurs familles et gouvernements respectifs se soigneront en France. Les accords militaires entre la France et ses colonies resteront intacts. La France restera toujours le tuteur légal et légitime de ses colonies à l’ONU. Celui qui se dérobe de l’un de ces principes sera chassé du pouvoir. Celui qui respectera tous les principes du traité à la lettre, demeurera au pouvoir sous la protection de la France jusqu'à la fin naturelle de son séjour sur terre. De nos jours le principe reste le même et le réseau (France-afrique) s’est élargi à certaines ex-colonies Anglaises pour ne pas dire tous les pays membres de la (CEDEAO) communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest. Il faut lire le livre de Faucard ou Mr Afrique de l’Etat Français pour découvrir l’identité et le fonctionnement du monstre «France-afrique».

Nous sommes tous sans ignorer que c’est pour sa vision pour son peuple, c’est pour avoir bravé l’ordre colonialiste de la fameuse «france-afrique» que le Président Gbagbo a été bombardé, arrêté, déporté et détenu dans le centre punitif impérialiste de La Haye. Les gens qui l’ont conduit dans cette prison colonialiste sont ceux qui l’accusent de faire de la résistance après avoir perdu, selon eux, l’élection Présidentielle de Novembre 2010. Ce sont ces mêmes gens qui ont installé le régime actuel d’Abidjan et reconfiguré ce monstre ségrégationniste ou «france-afrique» dans la sous-région, et ce, dans l’intérêt exclusif et coutumier de la France.
Le film, depuis le 19 Septembre 2002 jusqu’au centre punitif de La Haye, en passant par le 11 avril 2011, est un message clair et net: gare au prochain président africain qui mettrait en cause le traité esclavagiste ou la « France-Afrique ».
 
Libérer le président Gbagbo, pour manque de preuves contre lui, mettrait à mal la «france-afrique»; et, ce serait un grand désaveu à cette politique colonialiste qui date de l’époque des indépendances bidon. Libérer le président Gbagbo serait un désaveu à leur régime qu’ils ont installé a d’Abidjan. Ils ne peuvent pas se fourvoyer. Ils ne peuvent abandonner leur régime au bénéfice de rien. Ils ne peuvent pas jouer contre eux-mêmes. Ils n’ont jamais joué contre eux-mêmes. Cela ne fait pas partie de leur fonctionnement, quand il s’agit des pays qui croupissent sous leur domination sans partage. Les verdicts de la CPI sont prévisibles et seront les mêmes, tant que les gens qui ont déporté le président Gbagbo seront toujours ceux qui l’accusent d’avoir non seulement refusé de céder le pouvoir alors que, disent-ils, il a perdu l’élection présidentielle de novembre 2010, mais en plus de continuer, depuis sa cellule de La Haye, d’insister qu’il est le Président élu de la Côte-d’Ivoire. Dans ces conditions, comment peut-il être libéré ?
En tout cas, sa libération temporelle, conditionnée ou définitive nous ramènerait, indiscutablement, à l’avant crise post-électorale ou nous avions deux présidents, deux gouvernements et deux armées. Croyez-vous qu’il est de l’intérêt du réseau «France-Afrique» de revenir à un tel scénario? Certes non ! Voilà ce qui explique que le Président Gbagbo reste détenu et le sera davantage, bien entendu sans base juridique. La seule raison qu’ils trouvent très valable, c’est que le président Gbagbo a osé contrarier ou combattre les principes de la « France-Afrique ». Ils l’ont conduit à cet endroit pour le punir pour ce crime de lèse-majesté. Voici chers compatriotes les raisons de la détention et du maintien en prison, sans raisons juridiques, du président Gbagbo.
 
Par ailleurs, j’entends parler de liberté provisoire, de liberté accommodée du Président Gbagbo dans un pays volontaire pour l’accueillir et je me dis humainement: mais pourquoi pas?! Mais, au même moment, je me demande: l’apartheid en Afrique du Sud aurait-il cessé de lui-même si Nelson Mandela n’avait pas été déporté sur l’île de la mort pendant 27 ans par les dignitaires segregationistes? L’Afrique du Sud serait-elle libérée de l’apartheid si Nelson Mandela avait bénéficié d’une liberté conditionnée dans un autre pays ?... En un mot, je voudrais davantage m’interroger si les noirs Sud Africains auraient retrouvé la dignité de vivre chez eux, sur leur terre naturelle, maternelle, paternelle, natale et que sais-je, si Nelson Mandela n’avait pas fait de sa vie le sacrifice suprême pour sauver son peuple ?
 
Examinant la posture du Président Gbagbo depuis sa cellule de la prison correctionnelle de La Haye, qui continue de dire fièrement que « je suis ici pour avoir gagné l’élection Présidentielle de 2010», cela veut tout simplement dire qu’il est mentalement disposé a mener le combat de libération de son peuple militairement enchaîné et économiquement torturé par les vrais bénéficiaires de la «france-afrique) dont la France et l’Union Européenne, à l’image des dignitaires de l’apartheid, hier en Afrique du Sud.
 
De ce fait, la protestation contre l’injustice faite au Président Gbagbo doit s'accroître. La protestation est l'artillerie naturelle de l’être humain. A sa naissance, l’expression vocale, notamment le cri ou le pleur de l’enfant, selon certaines études, est le signe de la vie. Ce signalement vital, sans lequel le nouveau-né serait anormal, est surtout interprété par des recherches psychologiques comme la protestation de l’enfant soudainement exposé à l’atmosphère environnementale. Au cours de ses différentes phases de développement, ce cri vital permettra à l’enfant d’exiger ses besoins nutritionnels, hygiéniques, positionnement physiques, etc. On peut donc conclure que la protestation, en tant que symbole vital, reste incontestablement l’arme naturelle de l’être humain. Et donc réagir, massivement et inlassablement, contre la déportation et le maintien sans base juridique du Président Gbagbo au centre correctionnel esclavagiste de La Haye, en Hollande, est un acte naturel qui vaincra toutes les manipulations inventées jusqu'à ce que justice soit faite. Et, elle le sera.
 
Cependant, il est me semble nécessaire d’alerter mes compatriotes sur le fait que, à l’image des pays totalement décolonisés ou en voie de l’être, la Côte-d’Ivoire suffisamment dépendante sur le plan alimentaire, pharmaceutique et avec le meilleur score d'analphabètes, de chômeurs et de corruption reste très vulnérable pour le système esclavagiste. Il va falloir créer les conditions pour avoir notre autonomie au moins dans les secteurs vitaux, à savoir:
 
• L’alimentation (cultures vivrières: riz, banne, manioc, patates, arachides); car, un peuple dont l’alimentation qui est la première nécessité vitale dépend d’un autre pays risque son indépendance.
 
• L’éducation (encourager la vraie éducation des populations pour minimiser l’ignorance); car, un peuple dont le taux d’illettrés est nettement supérieur au taux d’instruits, le risque de chômage débordant existe, de même que le risque de manipulation, y compris les autres dangers sociaux. Par exemple, Mr Soro étant chômeur a l’époque, il était très vulnérable à la manipulation et à la récupération, de même que ces milliers de jeunes sans éducation, sans domicile fixe, sans emplois et donc sans avenir qui ont été facilement recrutés et armés pour tuer afin de gagner leur vie et permettre aux instigateurs, aux bénéficiaires tapis dans l’ombre d’atteindre leurs lugubres objectifs. Dieu seul sait combien de jeunes désœuvrés, armés avec ou sans leur consentement ont péri dans cette guerre de changement de régime.
 
L’instruction est l’antidote de l’ignorance. Je dis souvent que si quelqu’un approche des jeunes dans les rues à Paris, à Londres, en Espagne et dans les autres pays ou le taux d’alphabétisés est nettement plus élevé, pour proposer des milliards pour l’aider à changer la nature du pouvoir de ces pays, immédiatement l’on appellera non pas la police, mais l’ambulance pour vous conduire directement dans un centre psychiatrique. Pendant que, à Abidjan, à Bamako, à Lomé et autres, si vous proposez des miettes pour un coup d’état, les jeunes trouveront une occupation et une activité très rentable, au point qu’ils soutiendront discrètement et fortement. Voici le mal de l’Afrique.
 
• La pharmacie (l’exemple du Ghana dont les produits pharmaceutiques sont entièrement issus de sa pharmacopée et des recherches locales). Aucun embargo meurtrier de l’Union Européenne sur les médicaments n’aura d’effets sur les populations de ce pays.
 
•  L’hygiène alimentaire et sanitaire…. Il faut bien se porter pour étudier, créer de l’emploi, exercer cet emploi et développer le pays. Notre pays est victime du système éducatif hérité de la colonisation qui ne tient pas compte des réalités du moment. J’entends des gens dire, «j’ai mon Bac, ma licence, ma maîtrise mais je ne trouve pas de boulot». Mais c’est dans le Bac, la licence ou la maîtrise de qui, il est écrit qu’il va créer ton boulot. Telles sont les limites affligeantes de ce vieux système d’éducation.

On nous parle aussi d’un Ministère de la santé publique dont l’action se limite à la phase soignante. Tant que le concept de santé publique qui est une sciences préventive, n’est pas fortement intégré dans le système d’éducation et de fonctionnement des populations, dix millions d’hôpitaux sophistiqués à Abidjan ne résoudront jamais les problèmes sanitaires des cinq millions d’Abidjanais.
 
Tels sont les conditions minimales vitales pour espérer réduire l’expansionnisme. De ces faits, j’invite la diaspora Ivoirienne à dénoncer davantage et massivement la recolonisation de la Côte d’Ivoire par la France. J’invite les âmes allergiques à l’injustice, à la manipulation et à la colonisation de continuer à protester contre la politique raciale française en Afrique et, principalement, contre le pacte colonial «France-afrique», contre la francophonie et surtout contre la détention correctionnelle du Président Gbagbo. La dénonciation est un droit élémentaire et naturel; donc, utilisons-la sans complexe.
 
Il faut aussi que nous continuions à nous éduquer massivement; car, comme le disent toutes les têtes pensantes de ce monde, l’éducation reste la clef de la vie. Il faut aussi chercher à investir dans la création de plantations industrielles, dans l’agriculture, dans l’élevage industriel et dans les créations de divers emplois, seules assises qui minimisent les risques néocolonialistes. Tel est le modèle qui a amené le développement et minimiser les risques néo-colonialistes dans les pays d’Asie et d’ailleurs appelés désormais pays émergents. Ils n’ont pas pris les armes. Ils n’ont tué personne. Ils n’ont insulte personne. Ils n’ont chassé personne. Ils ont travaillé sans cesse pour garantir d’abord leur indépendance nutritionnelle, sanitaire et culturelle. Les domaines économiques, industriels, militaires, diplomatiques ect… ont été progressivement décolonisés.

La terre Ivoirienne est fertile à tout pour le moment donc mettons nous au travail. Arrêtons la construction des villas, des hôtels et des étages. Quel emploi génèrent ces millions d’argent investis dans ces bâtiments? Quels impacts positifs ces bâtiments ont sur la néo-colonisation à laquelle sont dangereusement exposés ces millions d’individus sans emplois, sans repères, sans avenir et exposés aux recruteurs des rebellions armées? Dénonçons certes les dérives du pouvoir actuel d’Abidjan mais oeuvrons pour le vrai combat qui gagne.

Dally Gogognon
BA (Hons) & MSc en Psychology
jmarco33@hotmail.com

Source: www.cameroonvoice.com




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !