La CPI pourrait abandonner ses poursuites contre Gbagbo et Blé Goudé

Samedi 20 Décembre 2014 - 11:49


La CPI pourrait abandonner ses poursuites contre Gbagbo et Blé Goudé

Face à la réticence du chef de l'Etat ivoirien de livrer Simone Gbagbo à la CPI, la haute cour pourrait choisir de retirer ses accusations contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

Le 17 décembre dernier, les autorités ivoiriennes par la voix de son président Alassane Ouattara ont subtilement refusé la demande du CPI qui réclame l'extradition de Simone Gbagbo vers La Haye.

Refus de collaborer avec la CPI

Lors de la remise du rapport de mission de la CDVR, le président ivoirien Alassane Ouattara a glissé ces mots à l'endroit de la Cour pénale Internationale (CPI): "notre justice est sur les rails. Nous avons les moyens de donner un procès équitable à tous". Il faisait ainsi allusion à l'injonction de la CPI qui réclame que lui soit livrée l'épouse de Laurent Gbagbo.

Ce bras de fer entre la CPI et la Côte d'Ivoire risque d'irriter la procureure Fatou Bensouda. De sources proches de la Haute cour, Mme Fatou ne cacherait pas d'avorter les poursuites contre le camp Gbagbo, si le pouvoir ivoirien refuse de collaborer avec l'institution internationale. Ce refus met à mal le fonctionnement de la CPI accusé de ne poursuivre que les pro-Gbagbo.

Pas question pour Ouattara de livrer son propre camp

En livrant Simone Gbagbo à la CPI, Alassane Ouattara est conscient que les prochaines personnes qui seront réclamées par la CPI viendront de son camp. En effet, Moreno Ocampo le prédécesseur de Fatou Bensouda avait indiqué qu'il fallait six présumés coupables dont trois dans chaque camp pour le dossier ivoirien.

Ayant déjà Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, la CPI voudrait compléter la liste au niveau du camp Gbagbo avec le transfèrement de Simone Gbagbo. Cependant, en bouclant la liste du camp Gbagbo, la CPI devra ensuite se tourner vers le camp adverse qui n'est autre que celui du chef de l'Etat Alassane Ouattara.

Par conséquent, conscient de la situation et faisant face au défi de se faire une nouvelle et bonne image à l'approche des présidentielles, pas question d'ouvrir la porte sur sa propre maison. Le chef de l'Etat ne souhaite donc pas retourner son propre couteau contre son camp, alors, il refuse livrer Simone Gbagbo à la CPI.

Par conséquent, Fatou Bensouda n'aura d'autres solutions que d'abandonner les poursuites contre le camp Gbagbo, dans l'impossibilité d'avoir des présumés coupables dans le camp Ouattara.

Incrédibilité de la CPI?

L'instance pénale internationale est à couteaux tirés avec le continent noir. Faute de preuves accusatrices, la procureure Fatou Bensouda a été obliger de retirer ses plaintes contre les chefs d'Etat Kényan Uhuru Kenyatta et Soudanais Omar el Béchir.

Récemment, le président ougandais Yoweri Musseveni a appelé tous les pays africains à se retirer de la CPI, perçu finalement comme un tribunal uniquement établi contre les dirigeants africains.

Source: http://news.africahotnews.com




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !