La BEREZINA du super parti majoritaire

Mercredi 24 Avril 2013 - 04:00


La BEREZINA du super parti majoritaire
Ils clamaient partout qu’ils étaient majoritaires. Tellement majoritaires que pour faire d’eux des peaux de chagrin, Laurent Gbagbo avait planifié  leur extermination.  Le  nord qu’ils disent être leur propriété privée avait été bassiné par les manipulations du maître absolu. Le charnier, la chasse aux nordistes, l’escadron de la mort et tutti quanti. Tout cela avait bien rassuré le nord –pris en otage- au point où tous les départements de la région devinrent la chasse gardée du super parti majoritaire. Dans l’une de leur principauté, il avait été question de faire voter des singes et des moutons pour montrer à Laurent Gbagbo, qu’il valait mieux devenir des bêtes que de participer à des élections qui ne répondaient pas à leurs rêves. La majorité s’était exprimée de fort belle manière  : la violence.
Nos amis les majoritaires avaient également magnifié leur supériorité par des coups de canon et de petits bruits de calibres 12 de nos bienfaiteurs les dozos. Ils firent ce que font tous les majoritaires qui tirent leur statut du ventre du mensonge. Dans le ventre du mensonge, la logique est fortement inversée. Là bas, les majoritaires s’expriment par les biceps, les armes. Les minoritaires tétanisés se plient comme des chiots qui se mettent la queue entre les pattes.
Et un jour, les majoritaires vinrent au trône, après le travail de leurs ancêtres les gaulois. Mais bien avant qu’ils ne viennent, ils avaient expérimenté leur super majorité par une héroïque révolution orange. Les rues furent envahies aussi bien par eux que par les minoritaires devenus leurs adjuvants. Ils furent, depuis leur micro Etat, des maîtres absolus du terrain. Depuis leur Etat, ils donnaient des ordres aux fonctionnaires, travailleurs, chômeurs, désœuvrés etc. Chaque couche socio-professionnelle s’exécutait parfaitement. Une fois au pouvoir, ils accaparèrent tout. Les fœtus devinrent des membres de leur majorité, le carré des martyrs devint leur majorité, les votants clonés devinrent leur majorité et vlan, le parlement devint leur affaire comme si nous étions dans une mutuelle de développement du Nord. Le désert électoral du 11 Décembre 2011 fut leur majorité absolue. Les morts et les disparus visitèrent les isoloirs. Ils bourrèrent les urnes. Ils lancèrent de menus coups de biceps. L’allié au cœur meurtrit, versa un océan de larmes. En vain. Alors que tous riaient du faible taux de participation, par une formidable opération du saint esprit, le taux pris l’ascenseur. Le désert électoral devint une steppe avant de finalement se transformer en une forêt  ! Il fallait prouver qu’on est majoritaire. Par tous les moyens. Chacun connait les moyens. Mais taisons-nous  !
Nos majoritaires voulaient une fois encore expérimenter leur suprématie. A l’occasion, ils refusèrent de dissoudre l’organe chargé des élections, ils rejetèrent brutalement toute idée de reforme. Ils imposèrent leurs vues aux minoritaires et partirent organiser, avec quelques ricanements traitres, .une mascarade électorale. Et vlan, la souricière se referma sur eux. Ils devinrent une peau de chagrin. Ce fut la bérézina. Les majoritaires sont dévoilés. Ils sont exposés. Le gôpô marcha parfaitement. Les esprits d’Eburnie les désignèrent comme des minoritaires achevés. Et les revoilà s’adonnant à leur jeu favori. Ils enflèrent leurs biceps partout où ils furent battus à plate couture. Ils renouèrent avec l’ère des loubards et des calibres 12. L’heure de la chasse à l’homme sur un fond tribal. L’heure des cars bourrés de barbares assoiffés de sang. Les pauvres  ! Ils perdirent là où ils croyaient tout plié.
De grosses têtes furent conduites au cimetière des loques politiques. Des circonscriptions qui avaient été braquées et copieusement asséchées jetèrent à leur face  :  «  Nous ne voulons plus de vous  ».Très affectés, les bulldozers ne furent pas de trop pour casser les adversaires et brûler les hommes de «  Il n’est pas encore minuit  ». Pendant qu’ils s’adonnent fièrement à leur art, Laurent Gbagbo est à la Haye. Son parti est dans les chaînes. Ses militants sont dans les geôles ou muselés chez eux. Pourtant, la violence prospère sur le terrain politique. Et oui, ma mère m’a conçu dans la violence. C’est donc dans la violence que se trouve mon salut.
A la vérité, le super parti majoritaire a toujours été minoritaire. Il s’impose par la force du canon, du tripatouillage et de la mascarade. C’est l’arme des faibles. Derrière l’attrayante couleur orange qu’il arbore, se masque une réalité pétrifiante  : la bérézina. Une bérézina à tous égards. Les recettes sont indigestes et les méthodes totalement désincarnées. Un véritable décalage entre la réalité du pouvoir et les réalités du bas peuple. Toute sa grandeur est enrobée dans du faux. Lorsque vous levez le drap, vous vous rendez compte qu’il ne s’agit que d’un super parti complexé, versé dans l’art de la manipulation de la masse crétinisée.  La mascarade électorale a définitivement ôté le drap. Plus nous avancerons, vite la minorité se recroquevillera pour offrir au monde un tombeau blanchi bon pour l’oubli. C’est ainsi que lentement, se ferme la page des acteurs politiques jouissant d’une réputation surfaite.


Alain Bouikalo
Juriste




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !